AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo La Chartes de Lomé contre les réseaux internationaux de pirates maritimes




iciLome | | Commenter |Imprimer

De passage à Paris, Robert Dussey, ministre en charge des Affaires Etrangères a été l’invité d’Afrique soir sur Rfi, Mardi dernier. L’occasion a été pour le diplomate togolais, de faire la lumière sur l’objet concret de la Chartes de Lomé, principal objet du prochain sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la Sûreté et la Sécurité Maritimes.

Selon le ministre Dussey, « la Chartes de Lomé sera le Résultat concret » de la grande messe extraordinaire de l’Union Africaine qui se tiendra du 10 au 15 Octobre prochains à Lomé. De quelle couleur sera alors cet accord qui entend ramener les 54 Etats d’Afrique à la solde d’un texte contraignant sur la sécurité et la sûreté des mers ?

Robert Dussey explique que la Chartes sera à deux volets :
« Le volet sécuritaire qui touche à la sûreté maritime et le volet développement qui sera consacré à tout ce qui concerne l’économie bleue », a-t-il souligné.

Selon les révélations du ministre, il y a eu certes le code de conduite de Djibouti en 2009 et celui de Yaoundé en 2013. Mais ce sera une grande première pour l’Union Africaine de se doter d’un instrument juridique et contraignant qui, d’un point de vue pragmatique, va « renforcer les coordinations sous régionales ».

En d’autres termes, la Chartes de Lomé ne vise pas forcément une armée maritime africaine qui surplombera en permanence les côtes africaines, d’autant plus que l’Afrique a déjà un mal fou à se constituer une force militaire.

« La responsabilité première sera à chaque communauté économique régionale dans ces zones et chaque communauté est sensée travailler avec les autres régions, afin d’harmoniser la sécurité commune au niveau du continent africain », a expliqué Robert Dussey.

La piraterie maritime n’est pas seulement l’apanage des petits groupes terroristes africains. Sur les Côtes Togolaises par exemple, la marine a eu à appréhender des pirates qui n’étaient pas du tout des Africains.

C’est souvent des réseaux internationaux bien structurés avec la haute complicité des certains Etats, souvent des Etats non africains, selon les propos du diplomate togolais. L’homme soutient ses révélations par le fait qu’il soit impossible que des milliers de tonnes de produits pétroliers issus des attaques pirates circulent librement sur les côtes des Etats en question, parfois avec des morts à bord des navires sans que les autorités ne s’en rendent compte.

La Sommet de Lomé, c’est aussi un défi sécuritaire quand on sait que les djihadistes sont aux portes des pays Ouest Africains. Selon Robert Dussey, aucune cellule terroriste dormante n’a été dénichée au Togo.

« Nous n’avons pas de courants extrémistes au Togo », a-t-il déclaré tout en rassurant que les Forces de sécurité togolaises, avec le soutien de la communauté internationale, travaillent d’arrache-pied pour garantir la quiétude.

L’Union Musulmane du Togo qui réunit toute la communauté musulmane sur l’étendue du territoire est mise à contribution et les autorités religieuses veillent à ce qu’à travers toutes les mosquées du pays, le message véhiculé soit le vrai message de l’Islam : l’amour et la paix.

Tout est fin prêt à Lomé pour accueillir l’Afrique toute entière sinon toute la communauté internationale pour le sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sûreté et la sécurité maritimes et le Développement en Afrique.

A.L



Autres titres
Togo Sécurité : Lomé accueille une rencontre de haut niveau sur Résolution 1540 (2004) du Conseil de Sécurité des Nations Unies 
République Centrafricaine Les partenaires du panel de l’initiative africaine préparent les pourparlers de Khartoum 
Soudan L'ONU préoccupée par l’usage excessif de la force contre des manifestants pacifiques 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com