AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Bénin Un enseignant écope de 18 mois de prison pour coups mortels sur son enfant




AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer

Sylvain Olihidé, enseignant a été condamné à 18 mois de prison ferme. Ce, au terme d'un jugement qui a eu lieu à la Cour d'assises de Parakou.

Selon les faits, l'enseignant a commis un "homicide involontaire" sur son enfant Prudence Olihidé à Natitingou sans intention de lui donner la mort. Tout s'était passé en 2015 pendant les vacances quand cet enseignant de la langue française au Collège d’Enseignement Général 1 de Natitingou aurait constaté le faible niveau de son enfant. Pour relever donc ce niveau de son enfant, le sieur Sylvain Olihidé a entreprit de l’aider avec des séances de répétition.

D'après ses propos, au cours desdites séances, il administrait parfois des coups de chicottes à son enfant. Et le coup fatal a été administré à sa progéniture le vendredi 17 juillet 2015.
Ce jour-là, le enseignant et son enfant devaient encore faire comme d'habitude, une séances de répétition. Lors dedite séance, Sylvain Olihidé a porté des coups de main à la nuque de son enfant. Prudence a poussé un cri suivi de la perte de connaissance. Il fut évacué au centre de santé de Bakkita de Natitingou où il rendit l’âme le lendemain.

Appréhendé et inculpé de coups mortels, Sylvain Olihidé passa aux aveux à toutes les étapes de la procédure.
Le ministère public représenté par Nasser Michel Linsoussi a fait savoir à la cour après avoir examiné le dossier que le crime de coups mortels reproché à l’accusé est prévu et puni par l’article 309, alinéa 4 du code de procédure pénal.

"A en croire l’avocat général, les éléments constitutifs du crime à savoir l’élément légal, l’élément matériel, celui moral ou intentionnel sont réunis. Pour lui, il existe un lien de causalité entre les coups portés et le décès de l’enfant", rapporte l'agence béninoise de presse.

Seulement, l'avocat général a placé l'infraction incriminée comme un cas d'accident. Mais, pour lui, ce n’est pas une raison pour la non application de la loi.

A la barre des accusés, l'enseignant est reconnu coupable de crime de coups mortels. Il a été condamné à la peine de 05 ans de réclusion criminelle.

Deux avocats de la défense, ont tour à tour plaidé en faveur des circonstances atténuantes mais, en vain.

Voici une partie de la défense d'un avocat en la personne de Me Roland Adjakou.

"Aucune preuve ne prouve que la victime a reçu un coup à la nuque et des analyses conséquentes n’ont pas été faites pour diagnostiquer les causes réelles de la mort de l’enfant"

Selon cet avocat défenseur, un doute sérieux pèse sur la culpabilité de l’accusé. Il a demandé à la cour d’accorder une chance à l’accusé afin qu’il aille aider son épouse à garder le reste des enfants.

De son côté, Me Aboubakar Baparapé formule sa défense comme suitt

"Le but ultime visé par l’accusé pour accompagner son fils dans ses études est que ce dernier puisse être au pas en lecture, être à l’image de son père, bref un modèle pour ses jeunes frères mais le sort en a décidé autrement". Avant de préciser: "Cest un incident malheureux qui, faute de diligence de soins adéquat par les agents de santé s’est compliqué. Il a déploré l’échographie qui n’a pas été faite à cause de la négligence des agents de santé dans un contexte de week-end, l’absence d’autopsie pour desceller les causes réelles de la mort de l’enfant".

Aux dires de ce dernier, il y a un doute au principal sur l’affaire de coups mortels. Il a demandé à la cour d’acquitter son client au bénéfice de doute.

La cour présidée par Edouard Ignace Gangy délibère et déclare-le nommé Sylvain Olihidé coupable d’avoir involontairement commis un homicide sur la personne de Prudence Olihidé et le condamne à 18 mois d’emprisonnement ferme.



Autres titres
Burkina-Faso Manquement à l’éthique par 37 magistrats: Me Sankara demande la publication du rapport 
Maroc Massacre de Gdeïm Izik: la justice marocaine a rendu son verdict dans le procès des activistes polisariens mis en cause 
Côte D'Ivoire La Chambre d'appel de la CPI ordonne à la Chambre de première instance I de procéder à un nouvel examen de la détention de M. Gbagbo 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com