AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo La LTDE s’insurge contre le gouvernement et des chefs d’établissements scolaires qui obligent des élèves à participer à la marche d’UNIR


Société

iciLome | | Commenter |Imprimer

Il revient sans cesse que dans certaines localités, les représentants du pouvoir et des chefs d’établissements scolaires exercent des menaces sur des élèves qu’ils obligent à aller à la marche organisée par le parti au pouvoir. La Ligue togolaise des élèves et des étudiants (LTDE) s’insurge contre la méthode et interpelle le gouvernement. Lire le communiqué !

Communiqué

Il nous revient depuis ce jeudi 11 janvier 2018 que le gouvernement, sur fonds de menaces et d'intimidations contraint, par l'intermédiaire des chefs d'établissements les élèves et étudiants à prendre part à une marche de soutien à Monsieur Faure GNASSINGBE le samedi 13 janvier 2018.

Ces machinations du gouvernement et des chefs d'établissements (censeurs, proviseurs et directeurs), rappelons-le, violent les droits et libertés fondamentaux des élèves et étudiants garantis par notre Constitution, les lois de la République et les instruments internationaux relatifs aux libertés de réunion, d'association et de manifestation.

La Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE) dénonce et condamne donc rigoureusement cette attitude anti-constitutionnelle et moyenâgeuse du gouvernement qui, visiblement veut opérer un retour aux anciennes et vieilles pratiques consistant à obliger les élèves et étudiants à danser, chanter et louer le Chef de l'État chaque 13 janvier (date d'assassinat du Premier Président Togolais, Sylvanus Olympio).

Pour ne donc pas laisser croire davantage que le Togo est un État voyou, irrespectueux des droits et libertés des apprenants et des citoyens, la LTDE demande expressément au gouvernement de cesser ces pratiques qui, d'une part remuent le couteau dans les plaies en voie de cicatrisation, d'autre part portent gravement atteinte aux droits et libertés fondamentaux des élèves et des étudiants.

Par ailleurs, la LTDE demande au gouvernement de prendre des mesures concrètes pour garantir aux enfants des parents pauvres le droit à l'éducation, d'organiser instamment les assises nationales de l'éducation, de satisfaire dans les plus brefs délais les revendications des enseignants en vue d'une reprise normale des cours, d'augmenter les tranches des étudiants, de satisfaire les légitimes revendications des élèves et étudiants et de trouver des solutions idoines aux problèmes qui minent le secteur éducatif Togolais s'il veut véritablement qu'un jour les élèves et étudiants soutiennent le Chef de l'État, seul responsable de tous les malheurs qui frappent les apprenants et leurs parents.

*EN AUCUN CAS, NUL NE PEUT CONTRAINDRE LES ÉLÈVES ET ÉTUDIANTS À PARTICIPER À UNE MARCHE FASCITE*

Fait à Lomé, le 12 janvier 2018
Le Président National,
Foly SATCHIVI



Autres titres
Cameroun La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais 
Burkina-Faso Bonne gouvernance et fête nationale au menu des quotidiens burkinabè 
Bénin La presse béninoise fait focus sur le Bloc Républicain 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com