AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Le communiqué de la CEDEAO vu par Eric Dupuy


Politique

iciLome | | 47 Commentaires |Imprimer

Dans le communiqué sanctionnant les travaux de la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’États et de Gouvernement de la sous-région ouest africaine tenue le samedi 14 avril 2018 à Lomé, l'opposition et la société civile togolaise ont été appelés à la préservation de la paix au Togo. Cet appel à la non-violation déplait fort bien à Eric Dupuy, le chargé à la Communication de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), parti membre de la Coalition des 14.

« La Conférence invite instamment tous les partis politiques et la société civile togolaise à s’abstenir de tout acte de violence et de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la région », lit-on au point 20 du communiqué de la CEDEAO.

Intervenant lundi sur une radio de la place, le bras droit de Jean-Pierre Fabre a livré ses analyses sur ce point 20 du communiqué qui semble taxer « les leaders de la Coalition des 14 » d'instigateurs des multiples répressions et troubles sociopolitiques que connait le pays depuis plus 8 mois.

Pour Eric Dupuy, cet appel à la non-violence particulièrement adressé la classe politique de l’opposition et la société civile montre à suffisance que certains présidents réunis autour du chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO, samedi dernier, n’ont pas « la vraie mesure » de ce qui se passe au Togo.

« Ce qui se passe au Togo n’est nullement le fait des partis politiques, ni de la société civile. Il s’agit d’une répression sauvage et barbare de la part des corps habillés instrumentalisés par le régime », a-t-il souligné.

L'homme politique se dit persuadé que les pays comme le Bénin de Patrice Talon, le Burkina Faso de Roch Marc Christian Kaboré, le Nigeria de Muhammadu Buhari et le Ghana de Nana Akufo-Addo, eux, connaissent très bien la situation qui prévaut au Togo. « Ils sauront apprécier la situation », a-t-il ajouté.

Revenant sur la nomination des présidents Nana Akufo-Addo et Alpha Condé comme facilitateurs de la CEDEAO pour la résolution de la crise togolaise, Eric Dupuy estime que « cela n’a rien de nouveau ». Puisque les deux dirigeants interviennent depuis dans la résolution de la crise togolaise.





Autres titres
Togo Manifestations de la coalition de l’opposition dans le septentrion : Des menaces de Boukpessi qui cachent mal ses réelles intentions 
Togo Réactions des Togolais sur la désolidarisation du PNP des manifestations de la C14 
Mali Campagne électorale: décès d’un conseiller technique d’IBK dans un accident 
Plus de nouvelles




 47   1111 | Mercredi, 18 Avril 2018
  Réponse à 41-Tes se sont ouverts
  il est plus malin que toi ? Et pourtant jusque-là on n' a pas réussi à de prendre la main dans le sac!

 46   Holala | Mercredi, 18 Avril 2018
  Dixit
"Eric Dupuy estime que « cela n'a rien de nouveau »
______
il y a que entre temps Macron avait demandé à Son Excellence Monsieur Condé de laisser son homologue s' occuper du cas togolais, as-tu oublié Eric

 45   Rire Unpeu | Mercredi, 18 Avril 2018
  s' il veut y voir clair, monsieur Dupuy doit enlever ses verres solaires

 44   FIN DE REVOLUTION | Mercredi, 18 Avril 2018
  Réponse à 44-ADJRAPA
  je te cite:
"Soyons conscients qu'ils nous amènerions droit dans le mûr "
_______
Fabre à déjà reussi:
1) à rassembler certains á la plage et á leur faire croire qu' ils sont devant Lomé 2
2) à mener la Révolution et les révolutionnaires dans le Bas-fond Saint Jo.( Bas-fon= symbole de l' échec)
Bonne journée, compatriote

 43   Guindua Agbolenu | Mercredi, 18 Avril 2018
  Dixit.
"M. DUPUY et son mentor JP.F font de la politique "YOYO" au Togo et se comportent comme des gros enfants qui croient au " PERE NOEL"
_____
tu as raison ce sont des enfants qui ont du mal á devenir adultes malgré leur âge avancé !

 42   ADJRAPA | Mercredi, 18 Avril 2018
  CHERS COMPATRIOTES !

M. DUPUY et son mentor JP.F font de la politique "YOYO" au Togo et se comportent comme des gros enfants qui croient au " PERE NOEL" Ils ne maîtrisent rien et font croire au peuple naif qu'ils y parviendront. Soyons conscients qu'ils nous amènerions droit dans le mûr et cette fois ci vous verriez que ce sera plus sanglant , frustrant et chaotique !

Peuple TOGOLAIS reprenez votre courage pour embrayer notre lutte nous même à une vitesse grand "V" et vous verrez le RESULTAT.

ABLODE ! FEZIRE ! FEZIYE !

 41   KOZAX | Mercredi, 18 Avril 2018
  Réponse à 37-KASSANDA
  Le scénario était déjà prévisible bien avant l'entame du dialogue. L'opposition et ceux qui la supportent aveuglément n'ont rien vu venir. Quel dommage! Ceux qui relevaient les erreurs et incohérences de l'opposition étaient considérés comme nuisibles à la cause de la lutte. Beaucoup de mes commentaires étaient même censurés. Heureusement que j'en ai gardé des copies. Tous les sacrifices consentis par le peuple en lutte n'auront pas servi à grand' chose. Les Burkinabès n'ont pas eu recours à un dialogue pour chasser Blaise Compaoré. Il semble que nous les Togolais ne jurons que par le dialogue, même si cela va à l'encontre de nos intérêts, pourvu qu'il soit organisé ou supervisé par un médiateur.

 40   Tes se sont ouverts | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 37-KASSANDA
  Enfin.

Akuffo, c'est le plus malin de ceux qui roulent pour Faure

 39   Tes se sont ouverts | Mardi, 17 Avril 2018
  Enfin.

Akuffo, c'est le plus malin de ceux qui roulent pour Faure

 38   KOZAX | Mardi, 17 Avril 2018
  La C14 réagit à la Résolution de la CEDEAO sur la situation au Togo
Mes commentaires
Avec une opposition conduite par des gens comme Éric Dupuy et compagnie le Togo fera du surplace pendant encore plusieurs décennies. Je dirai sans mâcher mes mots que ces individus sont politiquement analphabètes doublés d'une naïveté déconcertante. N'est-ce pas ce même Éric Dupuy qui a apposé sa signature sur le règlement intérieur du dialogue inter-togolais? Il ne pouvait pas signer ce document sans avoir participé à la séance préparatoire qui avait confectionné le règlement intérieur. Ce document contient l'ordre du jour du dialogue, et il est permis de croire que M. Éric Dupuy, en tant que représentant de l'opposition, a contribué à la préparation de l'ordre du jour, à moins que ses pairs l'aient envoyé à cette réunion comme simple figurant sans aucune consigne concernant les demandes de l'opposition.

Tous les Togolais attentifs et même les étrangers qui suivent de près la crise politique depuis août 2017, se souviennent que le médiateur désigné avait demandé aux protagonistes de la crise d'appliquer des mesures d'apaisement pour permettre l'ouverture d'un dialogue susceptible de conduire à la résolution de la crise. La preuve, c'est que l'opposition a répondu à cet appel en suspendant les marches. Par contre, le gouvernement, de son côté, n'a pas levé le siège des villes de la moitié nord du pays, ni libéré les manifestants de l'opposition qui avaient été arrêtés au cours des marches depuis le 19 août 2017, et encore moins suspendu les préparatifs pour les élections controversées.

M. Éric Dupuy, représentant de l'opposition à la réunion préparatoire était bien au courant de cette situation avant de signer le règlement intérieur qui contenait l'ordre du jour du dialogue et dont le premier point s'intitulait: "Mesures d'apaisement et de confiance (à examiner de manière prioritaire par les participants)" Tous ceux qui comprennent le français qu'on nous a imposé comme langue officielle avaient compris, à la lecture de cet ordre du jour, que le dialogue allait commencer sans la réalisation des mesures d'apaisement, que l'opposition était la seule partie concernée par la demande de suspension de ses activités de mobilisation, et que le gouvernement en était exempté, quitte à l'opposition de négocier avec le gouvernement pendant le dialogue pour que ce dernier daigne faire des gestes.

Si Éric Dupuy n'a pas donné un compte rendu fidèle des travaux de la réunion préparatoire à ses pairs, il leur a au moins remis la copie du règlement intérieur qu'il a signé au nom de la C14. Le premier point de l'ordre du jour du dialogue était d'ailleurs le seul à être numéroté. Les onze autres y sont jetés pêle-mêle, avec la mention que la hiérarchisation de ces points sera faite par les participants au dialogue. Ne pas voir anguille sous roche dans tout cela un signe de naïveté ou d'incompétence qui a coûté très cher à l'opposition, je dirai plutôt au peuple en lutte. En effet, l'opposition s'est fait pendre par la corde qu'elle a si généreusement offerte au gouvernement. Et pourtant, les mises en garde et autres commentaires désapprouvant la démarche de l'opposition n'ont pas manqué pas été.

Pendant que le dilatoire combiné du médiateur et du gouvernement se s'allongeait, permettant à ce dernier de poser des actes qui allaient à l'encontre des mesures contenues dans l'ordre du jour du dialogue, l'opposition quant à elle, s'accrochait à sa foi dans une intervention de quelque sorte de la communauté internationale, et surtout des chefs d'États de la CEDEAO, allant même jusqu'à désavouer un des membres de la coalition qui, entrevoyant le piège, avait appelé à reprendre les marches pour au sujet desquelles la coalition avait elle-même envoyé une note au gouvernement. On se souvient que c'était le même Éric Dupuy qui, au nom de la coalition, avait désavoué le leader du PNP à propos de cette fameuse marche. L'opposition a ainsi attendu deux longs mois avant de se rendre compte de la supercherie à laquelle elle s'était si imprudemment exposée, puis elle a essayé de rallumer précipitamment le flambeau (longtemps éteint et mouillé) de la mobilisation.
Le dernier appel à des marches était en quelque sorte un mea culpa maladroit pour avoir renoncé aux manifestations précédemment prévues, puis annulées. Non seulement l'opposition n'a rien gagné en retour de sa "faveur" au médiateur, mais encore et surtout ses incohérences et sa naïveté ont permis au gouvernement de reprendre du poil de la bête et de se consolider. Le fait qu'elle n'était même informée de la tenue du sommet des chefs d'États de la CEDEAO démontre la vraie attitude de cette organisation régionale vis-à-vis de l'opposition qui ne cesse de se bercer d'illusions au lieu d'organiser la lutte sur le terrain en éduquant politiquement ses membres et le reste de la population. Car sans éducation politique, toute lutte de libération est vouée d'avance à l'échec. La mobilisation de la population est vraiment impressionnante, mais l'incapacité de l'opposition à canaliser cette mobilisation dans une lutte acharnée pour faire échec au régime est patente.

Qui se souvient encore que le dialogue inter-togolais sous la médiation du président ghanéen était prévu pour durer 10 jours? Aujourd'hui, après deux mois de dilatoire favorisant le gouvernement, la CEDEAO vient d'enfoncer le clou en demandant aux médiateurs Alpha Condé et Akufo-Addo "d'intensifier leurs efforts pour aider le gouvernement et les acteurs politiques togolais dans la réalisation des réformes constitutionnelles, dans le respect des délais légaux, des normes et principes de la démocratie et de l'Etat de droit." En d'autres termes, les médiateurs ont laissé trainer les choses jusqu'à l'approche des échéances électorales, ce qui renforce la position du gouvernement qui n'a cessé d'invoquer le respect des délais légaux pour accélérer la préparation des élections dont les conditions sont contestées par l'opposition. Il n'est même plus fait mention des mesures d'apaisement que le gouvernement était censé appliquer. Ainsi, le tour est bien joué. L'opposition par la bouche de M. Éric Dupuy cache mal son embarras en déclarant, sans rire, que certains présidents réunis autour du chef de l'Etat togolais, Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO, samedi dernier, n'auraient pas 'la vraie mesure' de ce qui se passe au Togo, et que Patrice Talon du Bénin, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Muhammadu Buhari du Nigeria et Nana Akufo-Addo du Ghana, qui, selon lui, connaissent très bien la situation qui prévaut au Togo, sauraient mieux apprécier la situation. Autrement dit, la plupart des chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO n'auraient aucune idée de ce qui se passe réellement au Togo depuis le 19 août 2017.
Il est possible que certains militants des partis de l'opposition partagent l'avis de leurs leaders, mais la vérité est que la coalition de l'opposition s'est lamentablement fait avoir, et c'est le peuple qui va ramasser les pots cassés de ce gâchis. C'est tout de même inimaginable qu'on puisse faire échouer un mouvement populaire aussi prometteur à ses débuts.

 37   KASSANDA | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 38-Jihadiste Atchadam
  Tintin quand le Togo et la Gambie avaient refusé de signer le protocole d'accord pour la limitation des mandats ils auraient été été contraints avec ta majorité.

Toi tu sors d'où toi, espèce de Honvi.

Nous ne signerons aucun accord qui remette les compteurs à zéro pour Faure Gnassingbé.


 36   KASSANDA | Mardi, 17 Avril 2018
  , 17 Avril 2018
J'estime que ce n'est pas à la CEDEAO d'imposer des décisions aux togolais en ce qui concerne leur avenir.
Depuis la période de Gnassingbé Eyadema on aurait pu attendre les mêmes décisions contraignantes. Après le décès de Eyadema également.
Ces chefs d'États francophones pour la plupart prennent leur ordre de la France.
Il faut noter l'absence des présidents ghanéen et Nigérian au sommet de Lomé.
Il se murmure que les différents présidents présents à Lomé pensent que la coalition est trop intransigeante et qu'elle cherche à exclure Faure Gnassingbé des futures élections.
Ils mettent en avant la question de la rétroactivité de la modification constitutionnelle.
Certains par égo s'émeuvent de la tentative de reprise des manifestations qui coïnciderait avec leur venue à Lomé.

Il est à noter ici que les Togolais ne prennent pas leurs ordres chez les présidents de la sous région. Les souffrances des togolais sont les souffrances des togolais.
Et même pendant le G 20 il y a des manifestations.
Ces présidents sont vraiment des anti démocrates notoires.
Le président ghanéen Nana Addo ne s'est pas déplacé car ces pairs le trouvent très copain copain avec l'opposition.
D'où le retour en force de alpha konde.

Les décisions contraignantes pourraient être le fait d'imposer une candidature de Faure Gnassingbé aux futures élections.
Nous attendons de voir les contours de ces décisions mais je vois mal comment on pourrait presser le Togo à organiser des élections dans le contexte actuel.

Nous sommes vraiment à la croisée des chemins.
La communauté sous régionale francophone on va dire montre son penchant pour le régime de Faure Gnassingbé via l'entremise de la France.
Le Ghana et le Nigeria soutiennent la cause des togolais ouvertement.

Le but de la manœuvre serait d'isoler la coalition et de permettre une remise en scelle de Faure Gnassingbé.

Comment ?
C'est la seule question à laquelle il faut trouver une réponse.

Les termes du communiqué de la CEDEAO sont choisis exprès pour empêcher les manifestations de la coalition.

Comment une organisation qui prône la démocratie peut s'opposer à l'expression populaire ?
En quoi des manifestations pacifiques sont de nature à créer des troubles dans l'espace CEDEAO ?

Que dire de l'entêtement de Faure Gnassingbé à vouloir se représenter indéfiniment à la tête du pays.

La CEDEAO se rendra elle complice d'un 4eme et 5 ème mandat de Faure Gnassingbé au Togo ?

Nous aurons bientôt réponse à cette question.

 35   LU POURTOI | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 31-jjk
  « La Conférence invite instamment tous les partis politiques et la société civile togolaise à s'abstenir de tout acte de violence et de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la région », lit-on au point 20 du communiqué de la CEDEAO.

 34   Komersan | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 33-JKJ
  il faut laisser mon ami JJK tranquille ! Aprés le recadrement de ses patrons il doit prendre le temps de réfléchir.
J' ai entendu dire qu' il veut rejoindre le PNP de TIKPI mais est-ce qu' on va l' accepter ?

 33   100 Mil-lions | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 31-jjk
  tu mens ! Je l' ai vu courir sur 5 mètres á Deckon après il a raconté qu' il a couru sur 200 à 300 mètres et considérait ce petit sport comme une tentative d' assassinat !


 32   JKJ | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 31-jjk
  Dixit:
"Dupyui peux marcher de kodjindji jus qua la plage"
______
Il paraît qu' il préfère marcher de Codjindji à Gbonsimé ( Marché de moutons)
Ce que je trouve interessant c' est qu' il y a quelque temps seulement il recadrait Tikpi, maintenant il se sent recadré par le communiqué de la CEDEAO ?
C' est en quelque sorte l' histoire dui recadreur recadré

 31   voltic | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 31-jjk
  Moi je dis bonne marche monsieur Dupuy ou mieux Durobinet.

 30   jjk | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 29-honvi Dupuy
  ton père est vieux que Dupyui
ton père ne peux pas marcher comme Dupyui
Dupyui peux marcher de kodjindji jus qua la plage

 29   Isep | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 15-Zaid Zongo
  Il est proche de la tombe et ce corniaud de Dupuy ne mûrit pas ! Il ira en enfer en racontant des idioties !

 28   Clement GAVI | Mardi, 17 Avril 2018
  « La Conférence invite instamment tous les partis politiques et la société civile togolaise à s'abstenir de tout acte de violence et de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la région », lit-on au point 20 du communiqué de la CEDEAO.

Ce conférence a alors une conception restrictive de l'appel à s'abstenir de actes de violence et des agissements à même de menacer la paix et la stabilité du Togo et de la région. Car, elle semble s'ignorer dans cet appel, elle n'appelle pas par son être. Comment expliquer qu'une conférence présidée par quelqu'un qui, poussé par ses passions n'a pas hésiter l'assassinat de centaines de Togolais en 2005 pour hériter d'un régime tyrannique vieux de plus de cinquante ans dans la région, ne pratique pas l'appel qu'elle lance. La conférence n'est pas cohérente dans son appel. C'est le régime, la dictature du Togo qui menace la paix et la stabilité de la région. Parce qu'elle façonne une culture psychologique très néfaste. Gbagbo Laurent à qui dix ans de pouvoir ne suffisaient pas vivait dans une région où le régime du Togo par la violence, l'assassinat, etc, a su se maintenir de plus de cinq décennies. Le danger c'est ce régime.

 27   lakignon nkassiwè | Mardi, 17 Avril 2018
  IL ETAIT UNE FOIS UN MATCH
première partie
Atchadam tikpi après des années de lutte menée par l'opposition contre le régime dictatorial d'Eyadema père et fils réussit à provoquer une adhésion populaire massive à la lutte et à faire trembler FAURE ses amis et toute la cour des courtisans!
Pour la première fois l'espoir de changement avait gagné le cœur des togolais
Donc score togo=1;faure=0
deuxième partie
Faure échafaude un plan selon lequel tout le peuple togolais obéissant aux ordres d'un facilitateur arrêterait les manifestations les marches et toutes autres actions révolutionnaires . Puis il fait venir comme prévu dans son plan une conférence internationale des présidents de la CDEAO à LOME pour leur prouver qu'il tient son pays qu'il en est le maitre et qu 'on peut lui faire confiance Avec l'aide de l'armée il fit mettre aux arrêts tout le monde: la coalition séquestrée dans ses locaux...la population de Sokodé de kpalimé et d'un peu partout tenue en respect ou mise en joue... Tout se passa comme sur des roulettes.. Faure a gagné
score Togo=0 Faure =1
Troisième partie
Maintenant que tout le monde comprend ce qui se passe , que se passera t il au TOGO?
Faure a un plan ? on ne le connaît pas mais le résultat sera de garder le pouvoir!
Quel est notre plan ? que faisons nous ? Arracher le pouvoir ou le négocier avec Faure

 26   Zogbea | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 24-Welerihou
  Tu est bon compatriote

 25   Zogbea | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 20-Den
  Combien les cochons de Lome 2 te donnent pour que tu deviennes ainsi leur prisonnier
Tu as l insomnie depuis que Atchandan a pris les commande
Conseil mon frère:
Trouve toi un boulot
Ce que tu écrit ici te décrit tu n est pas en paix
Trouve toi du boulot et prend un peu congé de ce site
Je ne veux pas insulter

 24   Welerihou | Mardi, 17 Avril 2018
  C'est ce qui arrive quand un paysan sans terre trouve les armes.Il tue tout ce qui bouge.Le mal du Togo c'est que nous avons des analphabetes qui ont des armes et des intellectuels qui n'en ont pas. Imaginez la suite.

 23   RECUPERATION | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 16-Gayman djiwonou
  dans ma prope société le dernier salaire est de 60.000frs
______
c' est tout ?

 22   SÈ RATÉ | Mardi, 17 Avril 2018
  la C14 vient de se ridiculiser aux yeux du monde entier !

 21   KI TROMPKI ? | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 17-Chromosome 21
  « dialogue national » ??????
___
au Togo ?

 20   Den | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 18-Jihadiste Atchadam
  Je soutiens. Il est temps que des gens impartiaux réécrivent l'histoire contemporaine du Togo et restitue la vérité. On comprendra beaucoup de choses et les masques tomberaient en saccade.
Vous avez été maléfiques et le vieux d'où il est vous fera la misère.

 19   FERNANDO GARCIA | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 6-Zouave
  Ma femme est trop, trop,trop belle pour laisser ces delinquants s'approcher d'elle. D'abord ils ont combien dans leus poches pour oser parler a ma Cherie.

YAKAME

 18   Jihadiste Atchadam | Mardi, 17 Avril 2018
  Vraiment vous avez un problème en votre sein.
Pour vous, tout le monde est mauvais et contre vous.
Je vais vous dire une chose : vous souffrez d'une malédiction au sein de l'opposition togolaise. Et cette malédiction vient du fait qu'en avril 1991, vous avez sorti des cadavres de la morgue du CHU Tokoin pour allez les ajouter aux vouous qui s'étaient noyés dans la lagune de Bè. Vous avez ensuite transporté les corps devant les ambassades de France et d'Allemagne dans le but de les forcer à agir en votre faveur face à Eyadéma. Et vous avez réussi. Ces deux pays ont demandé à Eyadema d'accepter la tenue d'une conférence nationale que vous avez par le suite transformée en tribunal pour juger Eyadema. À vrai dire le Togo n'avait pas besoin s'une conférence nationale, mais le Bénin OUI car le marxisme-léninisme de Kérékou avait mis le Bénin en faillite économique.
Après la conférence, les cadavres que vous avez trimbalés ont commencé à vous maudir jusqu'à ce jour. Vous serez éternellement maudits. Vous verez chaque fois le pouvoir à prtéé de main mis tout le temps insaisissable.
Vous avez été trop malhonnètes. Et vous l'êtes toujours.
Bande de canailles !

 17   Chromosome 21 | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 4-Avouantheboss
  Au Togo, la crise politique revient dans la rue

Par lemonde.fr
Publié sur ActuTogo

Alors que le « dialogue national » entre le pouvoir et l'opposition est à l'arrêt, les manifestations ont repris. Tout comme la répression.

Alors qu'au Togo les manifestations s'étaient interrompues depuis l'ouverture, le 19 février, d'un « dialogue national », l'opposition avait appelé ses militants à descendre dans les rues les mercredi 11, jeudi 12 et samedi 14 avril. Si le premier jour a donné lieu à des manifestations d'ampleur dans plusieurs villes du pays, la répression qui s'en est suivie semble avoir découragé certaines velléités protestataires. Rares étaient ceux, les jours suivants, à braver l'interdiction gouvernementale de manifesteret à défier les coups et les gaz lacrymogènes des forces de l'ordre.

Si la protestation de jeudi n'a finalement pas eu lieu, celle de samedi était en revanche très attendue dans la capitale togolaise. Elle avait valeur de démonstration puisque son organisation coïncidait avec la tenue à Lomé d'un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest. A cette occasion, les chefs d'Etat de la région n'ont pas été en mesure de relancer les discussions entre les rivaux politiques togolais, leur communiqué se limitant à appeler les deux facilitateurs, le président ghanéen Nana Addo Akufo-Addo et son homologue guinéen Alpha Condé, à « intensifier leurs efforts pour aider le gouvernement et les acteurs politiques togolais dans la réalisation des réformes constitutionnelles, dans le respect des délais légaux, des normes et principes de la démocratie et de l'Etat de droit ».

Dialogue au point mort

Dans un contexte où le dialogue est au point mort depuis le 23 mars - officiellement afin de permettre aux deux camps d'« étudier les propositions faites par chaque partie » - l'opposition maintient son refus de voir le chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, se représenteren 2020, et, comme l'explique Jean-Pierre Fabre, le président de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), demande « un retour à la Constitution de 1992, abrogée par le père du président, qui stipule que nul ne peut cumulerplus de deux mandats ». A cette exigence, un proche du chef de l'Etat répond, lapidaire qu'avec la Constitution actuelle, « Faure Gnassingbé [au pouvoir depuis 2005] peut êtrecandidat ad vitam aeternam ».

Entre les deux plus éminents adversaires de la vie politique togolaise, les motifs de tension s'accumulent. « Le mercredi, il y a eu une résistance farouche dans la ville de Lomé », se félicite le chef de file de l'opposition. Le bilan était de 25 blessés et 41 personnes interpellées, selon le ministère de la sécurité. « Les forces de l'ordre jouent leur rôle pour empêcher que des manifestations interdites aient lieu pendant le dialogue, justifie une source proche du gouvernement. Le simple fait de braver cette interdiction est déjà une raison suffisante pour être interpellé. Si en plus on se rend coupable de voie de fait avec de la casse ou des jets de pierre, alors l'addition est plus salée. »

« Tentative d'assassinat »

Elle aurait pu l'être bien davantage. Lors de cette même journée de mercredi, Jean-Pierre Fabre dit avoir été victime d'une « tentative d'assassinat » alors qu'il circulait en convoi à Adidogomé, l'un des points de rassemblement. « Dès qu'ils m'ont identifié, ils m'ont pris en sandwich. L'un d'entre eux a essayé de me tirerdessus et a cassé une vitre avec la crosse de son arme. Mon chauffeur a pu démarrer et ils ont tiré sur le véhicule. Après une course-poursuite, nous avons réussi à les semer, je ne sais même pas comment », raconte-t-il au Monde Afrique.

Plus que terrorisé, Jean-Pierre Fabre se dit galvanisé par l'événement : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. Je ne me laisse pas intimider par des actes de voyous. Je me dis que j'ai raison de les combattre parce qu'ils ne sont pas dignes de conduire un pays. »

Pour Jean-Pierre Fabre, l'élément déclencheur de cette semaine de colère est « l'attitude du pouvoir en place, qui malgré les engagements pris, continue de prôner l'organisation d'une élection de manière unilatérale. » Du côté du pouvoir, la réplique est sèche et comminatoire : « Le dialogue n'est pas encore terminé, résume un proche du président, à moins que l'opposition ne nous le dise, et dans ce cas-là on avisera. »

lemonde.fr

 16   Gayman djiwonou | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 5-FERNANDO GARCIA
  Chers frères
Avoulan le boss
Garasin
Zoppo
Fin Amusegeule
J'ai de quoi vous occuper au lieu de10,000frs d'unir je vous propose de faire comme beaucoup d'entre nous u' vrai job et un vrai salaire car dans ma prope société le dernier salaire est de 60.000frs
Un jour viendra oú le regret sera votre dernier mot

 15   Zaid Zongo | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 13-RAPPEL O ZOPOZANS
  l' intervention a eu lieu samedi au siége de la CDPA à Hanoukopé , tu n' es pas au courant ?
Olympio Nathanael a eu si peur qu' il veut porter plainte contre X, mais il ne précise pas pourquoi....

 14   dans tout les cas | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 2-Avouantheboss
  En aucun cas nul peut faire plus de 2 mandats.

 13   RAPPEL O ZOPOZANS | Mardi, 17 Avril 2018
  Zokpé Dupuy vous nous aviez promis l' intervention de l' armée nigériane, cela ne marche plus ?

 12   FIN AMUSEMENT | Mardi, 17 Avril 2018
  Dupuy ,tu nous avais fait croire que Condé et Fabre étaient des mais alors tu n' as rien á craindre!
Tu peux aller dormir tranquille, Condé va bien engueuler Faure.

 11   Fogan | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 6-Zouave
  Monsieur le Zouave , ne vous insultez pas entre frères . apprenez à échanger poliment et avec tenue. Merci

 10   Léon M'BA | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 8-KEL KLUB
  on peut conclure que le recadreur de Tikpi a été lui-même recadré ! Point barre !

 9   Tou TÈCLAIR | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 8-KEL KLUB
  Pauvre Dupuy,
décidément le mois d' Avril ne vous porte pas chance.
- Avril 2017 vous avez été recadrés parvotre supposé ami Monsieur Francis Kpatindé quvotre propre invité.
Rappel: sans détours ce dernier vous reprochait de diviser la nation avec votre manie de vouloir fêter le 27 Avril à part.
Avril 2008 ce sont les chefs d' etat de la CEDEAO qui vous recadrent en vous reprochant sans ambage vos actes de violence

CONSEIL : faites désormais attention au mois d'Avril

 8   KEL KLUB | Mardi, 17 Avril 2018
  Il y a quelques jours c' est Dupuy Zokpéa qui recadrait Tikpi et Fousséna leur reprochant d' être allés trop vite en besogne
Aujourd' hui c' est le tour des chefs de la CEDEAO sur qui le groupe folklorique de la C14 comptait de recadrer proprement toute l' oppsotition et leurs amis de la société civile

 7   LU POUR VOUS | Mardi, 17 Avril 2018
  3 Avouantheboss | Mardi, 17 Avril 2018 - 12:36
Art. 14 : L'exercice des droits et libertés garantis par la présente Constitution ne peut être soumis qu'à des restrictions expressément prévues par la loi et nécessaires à la protection de la sécurité nationale, de l'ordre public, de la santé publique, de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d'autrui.

 6   Zouave | Mardi, 17 Avril 2018
  Réponse à 5-FERNANDO GARCIA
  Ils étaient dans ta chambre (au lit) avec ta femme! Imbéciles.

 5   FERNANDO GARCIA | Mardi, 17 Avril 2018
  Ils etaient ou le Samedi passe????. Ils avaient promis aux peuple Togolais que le pays tout entier sera en ebullution totale. Ce Samedi aucun d'entre eux n'etait sorti de sa maison. Ils veulent que nos enfants se battent et meurent pour eux dans les rues pour qu'ils viennent se partager le gateau. Ce vieux Eric Dupuy etait ou ce Samedi passe?
Cette opposition est la plus mediocre de toute l'Afrique.
BANDE DE CAFARDS.

 4   Avouantheboss | Mardi, 17 Avril 2018
  Art. 30 : L'Etat reconnaît et garantit dans les conditions fixées par la loi, l'exercice des libertés d'association, de réunion et de manifestation pacifique et sans instruments de violence.

Le législateur n'a pas précisé la violence en question. Les instruments de violence peuvent être, la sonorisation, les pierres jetées contre les Forces de l'ordre, l'occupation intempestive des rues, les messages de haine sur les réseaux sociaux, les images montées sur les réseaux sociaux, l'exagérée fréquence des manifestations pour nuire à l'économie, les accoutrements des manifestants...

Vous allez voir! Maintenant que des médiateurs sont nommés, on va les prendre à témoin avant de vous mater! La récré est terminée!!!!

 3   Avouantheboss | Mardi, 17 Avril 2018
  Art. 14 : L'exercice des droits et libertés garantis par la présente Constitution ne peut être soumis qu'à des restrictions expressément prévues par la loi et nécessaires à la protection de la sécurité nationale, de l'ordre public, de la santé publique, de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d'autrui.

Bientôt, les manifestations de la C14 seront interdites, et la C14 dissoute!!!

Allons aux élections, bande d'ivrognes!

 2   Avouantheboss | Mardi, 17 Avril 2018
  Eric, lire la Constitution de son pays, ça ne fait pas de mal! Vos manifestations sont désormais interdites, en vertu de la Constitution! Je te mets sous le nez, nos arguments!

Art. 08 : Les partis politiques et les regroupements de partis politiques ont le devoir de contribuer à l'éducation politique et civique des citoyens, à la consolidation de la démocratie et à construction de l'unité nationale.

Art. 14 : L'exercice des droits et libertés garantis par la présente Constitution ne peut être soumis qu'à des restrictions expressément prévues par la loi et nécessaires à la protection de la sécurité nationale, de l'ordre public, de la santé publique, de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d'autrui.

Art. 30 : L'Etat reconnaît et garantit dans les conditions fixées par la loi, l'exercice des libertés d'association, de réunion et de manifestation pacifique et sans instruments de violence.

 1   Colonel de Lattre de | Mardi, 17 Avril 2018
 
Il ne reste plus à notre vielle carapace d'Eric Dupuy qu'à insulter
les chefs d'Etats réunis au Togo pour cette cession extraordinaire.
Nos opposants sont les plus Intelligents du monde. Tous ceux qui ne
tranchent pas en leur faveurs sont des idiots.

Courage à notre opposition.

Colonel de Lattre de Tassigny
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com