AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Les chefs d’Etat-major des pays de la Cédéao en réunion à Lomé




iciLome | | 6 Commentaires |Imprimer

Hier s’est ouverte dans la capitale togolaise une rencontre des chefs Etat-major des pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Ces hauts gradés tiennent à Lomé depuis hier leur 38è session. Pendant 72 heures, ils étudient les recommandations de la précédente réunion tenue au Liberia. L’objectif de ce conclave est d’examiner l’état d’avancement du niveau de la sécurité dans l’espace communautaire.

Les chefs d’Etat-major réfléchissent en outre sur la problématique de la Force en attente de la CEDEAO (FAC), entre autres.

« Face à la situation sécuritaire préoccupante que connaît l’Afrique de l’Ouest, je mesure la tâche qui est la nôtre pour y préserver la paix et la sécurité. Comme nous le savons tous, il ne saurait avoir de paix sans sécurité ou de développement sans paix », rappelle le Général de division Felix Abalo Kadanga, chef d’Etat-major des Forces armées togolaises (FAT).

Egalement président en exercice du comité des Chefs d’Etat-major de la CEDEAO, il a incité ses frères d’armes à « saisir cette occasion pour décider des orientations à donner aux missions de paix en Guinée Bissau et en Gambie ».

Cette rencontre va prendre fin demain.

A.H.



Autres titres
République Centrafricaine « Bambari sera débarrassée des groupes armés par tous les moyens», dit le Commandant de la Force de la MINUSCA en visite dans la ville 
Mali Communiqué du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants 
République Centrafricaine Un casque bleu mauritanien de la MINUSCA tué au sud de la Centrafrique 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 6   L'AVEUGLE | Mercredi, 16 Mai 2018
 
LES ARGUMENTS DE LA CONSTITUTION DE 1992.

On dira ce qu'on veut mais la Conférence nationale souveraine a donné le tournant qu'elle pouvait à la marche du Togo. Conduite dans l'enthousiasme et même l'excès de patriotisme par des forces vives avides de changement, elle a inspiré puis accouché une Constitution qui ne pouvait qu'être plébiscitée à la soviétique. On aurait pu arrondir à 100% de Oui que personne n'aurait crié à la forfaiture. Il n'y avait aucun doute sur la droiture du processus référendaire. Les Forces du changement tenaient les rênes du pays au grand jour. En aucun cas nul ne pouvait effectuer plus de deux mandats. C'était gravé dans le marbre. Et pourtant !

L'élection présidentielle qui suit immédiatement, voit la candidature d'Eyadema acceptée avec la bénédiction de la fameuse phrase fétiche qui devait l'éjecter de la course.
Mieux, son score laisse penser que les mêmes Forces du changement ont préféré voter pour lui, pour un changement mais avec la continuité... Le togolais n'était pas contre la rétroactivité immédiate. Il voulait seulement attendre que l'euphorie passe. Il sera toujours temps de voir ce qu'on en fait. Ce peuple qui s'est doté d'une Constitution dégagiste a aussi préféré une longévité supplémentaire pour son bien-aimé Président.

27 ans après ce combat héroïque, on demande à ce peuple de bien vouloir reprendre dans sa version originelle, cette idyllique Constitution qui n'a pas fait ce qu'une minorité attendait secrètement d'elle, et n'a pu empêcher le toilettage de sa phrase incantatoire devenue obsolète. 27 ans après, si on veut bien croire les affirmations des Forces du changement rénovées (C14 ou G14), le peuple tient au retour de sa Constitution de 1992. C'est le même peuple et il devrait l'approuver avec la même ferveur et , normalement lui donner la même application. Sauf s'il s'avise de se poser la question épineuse : à quoi sert-il de ressusciter les mêmes causes pour espérer en tirer des effets différents ?

La réponse est toute faite dans ce cas, le vote n'aurait pour but que de lui faire explicitement enterrer à jamais cette constitution 92, bon sens oblige !!

Il faut être G14 pour s'accrocher mordicus à l'idée prometteuse que le peuple n'avait pas compris le sens de la rétroactivité ou que ça ne renforcerait pas la jurisprudence. Hélas même si c'est le cas, le peuple n'aurait d'autre choix que de donner un sens contraire à son vote pour obtenir l'effet inverse de ce qui s'était passé 27 ans plus tôt. J'espère que la C14 va se munir d'une bonne quantité d'aspirine pour tenter de comprendre ma sulfureuse démonstration.




 5   Clement GAVI | Mercredi, 16 Mai 2018
  « Face à la situation sécuritaire préoccupante que connaît l'Afrique de l'Ouest, je mesure la tâche qui est la nôtre pour y préserver la paix et la sécurité. Comme nous le savons tous, il ne saurait avoir de paix sans sécurité ou de développement sans paix », rappelle le Général de division Felix Abalo Kadanga, chef d'Etat-major des Forces armées togolaises (FAT).

Avec cette douloureuse réalité qu'au Togo, le régime, cette dictature représente et toujours représenté, l'insécurité pour des millions de familles togolaises. C'est lui qui a assassiné des centaines en 2005, c'est lui qui a abattu Tavio Amorin derrière chez moi à Tokoin Gbonvié à Lomé, c'est lui qui a tué de balles explosives, Marc Attidépé à Soudou, c'est lui qui a massacré des dizaines au Fréau Jardin, c'est bien lui qui jeté les corps sans vie de Togolais dans la lagune de Bè après les avoir assassinés, c'est lui qui est la cause de la mort de plusieurs militaires à la Primature sous Koffigoh, c'est lui est responsable de la disparition de milliers de Togolais, c'est lui qui tue au Togo et a les moyens de ruiner, même d'essayer d'assassiner hors des frontières du pays, etc. Le terrorisme, c'est aussi ce régime qui se sert de la terreur pour se maintenir. Presque toutes les familles au Togo ont été touché dans leurs chairs et dans leurs âmes par ce régime qui est une vraie terreur. Pour moi Togolais, pour moi qui a expérimenter ce qu'est ce régime, il n'est en rien différent de Boko Haram, c'est le même esprit qui les anime tous, l'esprit du mal.

LE REGIME TYRANNIQUE DU TOGO DEPUIS 1967, C'EST DU TERRORISME.

 4   Ckap | Mardi, 15 Mai 2018
  ..Parmi eux,les anglophones reflechissent mieux.Ils aiment plus leur pays et oeuvrent en son epanouissement.Les francophones ne sont que des marionnettes ,prets a tuer pour plaire a leurs presidents qui eux mement ne sont que sous prefets de la France.

 3   GNAROU | Mardi, 15 Mai 2018
  " Les chefs d'Etat-major des pays de la Cédéao en réunion à Lomé "

C'est pour discutet avec les FAT pour voir dans quelle mesure ils pourront envahir le Togo amicalement pour permettre à l'opposition d'arriver au pouvoir !!

KASSANDA, ton heure a sonné enfin.

 2   Tikata | Mardi, 15 Mai 2018
  Mot de quatre mots.

Comment nommer celui là pour diriger les autres?

 1   Epanvo | Mardi, 15 Mai 2018
  HIHIHIHI! "Un mot de 4 mots " depuis quand cet espèce de vampire de KADANGA(ce terrible boucher ) a-t-il été préoccupé par la "PAIY" 🤣🤣🤣🤣 la fin du mandat de l'homme simple à tête de la CEDEAO est imminente ! L'heure de la distribution des mallettes des billets de banque pour corrompre ces hauts fonctionnaires de l'armée dans le seul but de se maintenir au pouvoir contre vents et marées ! Hihhi la fin est vraiment proche et leur chute sera terrible!
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com