AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Sénégal Le discours du Président Macky Sall à la Conférence nationale du l’aménagement et l’attractivité du territoire


Politique

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer

Honorables invités, vos titres, grades et qualités,

Jeudi dernier, j’étais à Boki-Dior, dans le Département de Koungheul, au cœur du Bambouck, pour marquer la solidarité et la compassion de la Nation aux vaillants éleveurs dont une partie du cheptel a été décimée par les récentes intempéries.

Cet évènement est, en soi, révélateur de la fragilité de nos territoires, qu’il convient de renforcer afin de les rendre plus résilients aux changements climatiques, mieux organisés et plus aptes à contribuer au renouveau productif de notre pays.

C’est tout le sens de l’organisation de cette conférence nationale sur l’Aménagement et l’Attractivité du Territoire qui confirme mon ambition de bâtir, dans l’équité et la cohésion sociale, un Sénégal de paix et de prospérité, à partir de ses territoires.

Cette rencontre me donne ainsi l’opportunité d’être à l’écoute des acteurs territoriaux et d’actualiser avec eux, notre politique d’aménagement du territoire, et d’en dessiner les nouveaux contours au regard des enjeux et mutations en cours.

Je voudrais donc saluer la forte mobilisation de toutes les familles d’acteurs dont l’administration centrale et territoriale, les élus nationaux et territoriaux, le corps diplomatique, le secteur privé, la diaspora, la société civile, les partenaires techniques et financiers, les universitaires ainsi que les experts.

Mesdames, Messieurs,

Aménager le territoire, c’est-à-dire disposer avec ordre et de façon optimale les activités et les hommes, est reconnu comme un formidable levier pour l’attractivité et le développement durable des territoires.
J’ai pu mesurer davantage la pertinence de cette assertion en parcourant le pays, entre 2008 et 2012, de Ngor à Ballou, de Dimath à Dimbéring.

Ces périples m’ont permis d’avoir une cartographie complète des préoccupations des populations liées aux inégalités et déséquilibres socio-spatiaux.

J’ai pu également apprécier, les contraintes de l’action publique de l’Etat, ainsi que de celles des collectivités territoriales, tout en notant la faible valorisation des immenses potentialités de nos territoires.

D’où la nécessité de refonder les relations entre l’Etat, les collectivités territoriales et les autres pour consolider le développement territorial.

Voilà pourquoi, dès mon accession à la magistrature suprême, j’ai pris l’option résolue de faire de la Gouvernance territoriale un pilier essentiel de notre quête d’émergence.

Cette option stratégique vise à répondre à six exigences majeures:
- la réorganisation de notre architecture territoriale ;
- la territorialisation de l’action publique ;
- la promotion de pôles de développement porteurs de projets de développement ;
- le renforcement des compétences et des capacités des territoires ;
- la mise en place d’un réseau cohérent d’infrastructures et d’équipements structurants.
- et enfin la consolidation de notre intégration à l’espace sous régional,

Dans cet esprit que j’ai engagé des réformes majeures articulées à d’ambitieux programmes et projets afin d’atténuer les disparités, d’améliorer la gouvernance territoriale, de stimuler le dynamisme économique des territoires.

C’est le sens de l’Acte III de la décentralisation qui marque la consolidation de la démocratie locale et la refondation de l’action territoriale de l’Etat.

Cette réforme importante a consacré la communalisation intégrale et l’érection des départements en collectivités territoriales.

En outre, j’ai mis en place de nouveaux cadres stratégiques en vue de garantir un pilotage inclusif des politiques publiques territoriales, à travers l’institution du Haut conseil des collectivités territoriales et de la Commission nationale de Dialogue des territoires.
De plus, d’importantes infrastructures routières, autoroutières, ferroviaires portuaires et aéroportuaires, ont été réalisées pour mieux structurer l’espace national et soutenir le processus de transformation structurelle de notre économie.

Par ailleurs, mon Gouvernement est en train d’intensifier l’aménagement des zones économiques spéciales et des pôles industriels tels le parc de Diamniadio, en vue d’asseoir des économies locales fortes qui viennent soutenir notre développement économique et social.

C’est dans cette dynamique, j’ai initié le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), le Programme de modernisation des Villes (PROMOVILLES), le Programme d’Urgence pour la Modernisation des Territoires et Axes frontaliers (PUMA) et le Programme de Modernisation des Cités religieuses pour garantir l’accès équitable aux services sociaux de base.

En effet, à travers ces programmes innovants, j’ai voulu mettre à nouveau des zones fragiles, sensibles et souvent déshéritées et promouvoir ainsi leur développement.
Sous ce rapport, le pôle urbain de Diamniadio, étendard du renouveau de notre politique urbaine est l’expression achevée de ma volonté d’assurer un aménagement attractif du territoire.
Cette ville emblématique, alliant innovation, mixité fonctionnelle, et inclusion sociale, fruit de l'audace et du savoir-faire sénégalais est, une vitrine voire un laboratoire, qui doit inspirer le remodelage de notre territoire.

Diamniadio préfigure le Sénégal rayonnant que je veux léguer à mes concitoyens.

Mesdames, messieurs

Avec ces réalisations phares, le Sénégal amorce un virage décisif sur la voie de l’émergence.
Il était, dès lors, impératif de donner un souffle nouveau à notre politique de Gouvernance territoriale pour lever les contraintes subsistant afin d'accélérer notre marche vers une croissance forte et une prospérité partagée.
A cet égard, cette conférence nous permettra d’asseoir une véritable prospective territoriale pour anticiper, notamment sur le futur des établissements humains et donner des réponses adéquates aux défis énormes qui interpellent notre territoire.

Il s’agira de relever :
- le défi d’une cohérence territoriale rénovée pour favoriser la solidarité et la complémentarité des territoires ;
- le défi de la transition écologique afin de concilier le développement économique et la préservation des ressources naturelles ;
- le défi de l’intensification des investissements publics et privés et de leur répartition optimale pour stimuler l’économie des territoires et renforcer les bassins d’emploi ;
- le défi de l’inclusion sociale pour consolider la stabilité et la cohésion nationale ;
- et enfin le défi de l’aménagement numérique équitable du territoire.

La prise en charge durable de ces défis passe nécessairement par le renforcement des capacités techniques et financières des collectivités territoriales.

Voilà pourquoi, je me réjouis de la mise en place du Programme d’Appui aux Communes et Agglomérations du Sénégal (PACASEN), dont les conventions de financement viennent d’être signées avec la Banque Mondiale et l’Agence Française de Développement (AFD).
Ce programme d’un coût de 130 milliards de F CFA amorce la seconde phase de cette réforme majeure.

Le PACASEN a pour finalité d’améliorer l’efficience du cadre de maitrise d’ouvrages des projets des collectivités territoriales, à travers une réforme globale des mécanismes de financement, la réalisation d’infrastructures et la gestion des services publics.
Le PACASEN qui bénéficiera à sa phase initiale, à 123 villes et communes totalisant plus de 50% de la population nationale sera bientôt étendue aux autres collectivités.

Mesdames, Messieurs ;

Honorables Invités,

Comme vous pouvez le constater cette conférence devrait ouvrir une nouvelle ère dans notre ambition collective de rendre notre territoire plus attractif et plus compétitif.

C’est dire que j’attends avec beaucoup d’intérêts vos conclusions et recommandations.
Au regard de la qualité des participants, je demeure convaincu que vous saurez formuler les critères d’attractivité consensuels tenant compte de nos réalités politique, socio-culturelle, économique et environnementale.

Nous disposerons, ainsi, de cartes d’attractivité de nos territoires en vue de motiver objectivement l’allocation des ressources d’investissement et la localisation rationnelle des infrastructures et équipements.

Au demeurant, je vous demande de mettre l’accent dans vos réflexions sur certains sujets cruciaux auxquels j’attache une attention particulière.

A savoir :
- le renforcement du dispositif de pilotage de l’aménagement du territoire pour le restaurer dans ses missions d’analyse, d’orientation, de veille et de mise en cohérence des politiques publiques;
- la redynamisation et la modernisation de la Commission nationale et du comité interministériel de l’aménagement du territoire ;
- l’adoption d’une loi d’orientation pour l’Aménagement et le Développement durable du territoire ainsi que la mise en place d’un dispositif de financement incitatif pour l’attractivité des territoires ;
- la mise en place consensuelle des pôles-territoires ;
- la mise en œuvre d’une réforme fiscale plus efficace, indispensable au développement des territoires, de leurs entreprises et à la solidarité entre citoyens ;
- la promotion soutenue de l’intercommunalité pour la mutualisation des ressources et l’harmonisation des interventions ;
- la finalisation du Plan national d’Aménagement et de Développement du territoire ;
- l’articulation du PNADT au futur Schéma de Développement de l’Espace régional (SDER) de l’UEMOA.
A ce titre, je demande au Premier Ministre d’élaborer, sur la base des recommandations de cette plateforme de dialogue, une feuille de route visant à asseoir un développement territorial porté par des pôles attractifs et capables de réconcilier les populations avec leurs territoires.

Mesdames, Messieurs,

Avant de conclure, je voudrais féliciter le Ministre en charge de l’Aménagement du Territoire Yaya Abdoul KANE, ainsi ses collaborateurs, en particulier le Directeur général de l’ANAT Monsieur Mamadou DJIGO pour la bonne organisation de la présente conférence.
J’associe à ces félicitations le Président de la Commission scientifique et le Président du Comité préparatoire pour leur implication personnelle pour la réussite de cet événement.
Il me plait, également, de remercier le groupe thématique en décentralisation des partenaires techniques et financiers pour leur engagement constant à accompagner l’Etat dans sa politique de Décentralisation.

Je voudrais, aussi saluer, la contribution remarquable de la Banque Mondiale et de l’Agence française de Développement, dans le financement du PACASEN, piloté par l’ADM, dont je félicite le Directeur général.
Sur ce, je déclare officiellement ouverte la Conférence nationale sur l’Aménagement et l’Attractivité des Territoires et souhaite pleins succès à travaux.

Je vous remercie de votre aimable attention.



Autres titres
Togo Elections législatives : Dissensions internes au sein de l’UFC et la CPP 
Togo Crise politique : Cri de cœur des femmes togolaises 
Togo La CEDEAO pour superviser les élections législatives controversées… 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com