AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Actes de violences sur les stades : De lourdes sanctions contre les fauteurs de troubles


Sport

iciLome | | 1 Commentaires |Imprimer

Il est connu de tous que des actes de violence ont émaillés récemment le football togolais, notamment les rencontres du championnat national de 1ère division (D1) et de 2ème division (D2). Ces violences ont été constatées surtout lors des matchs qui ont opposé Gbikinti FC à Gomido FC (D1), Foadan FC à Dyto FC (D1) et Kotoko FC et Arabia FC (D2).

Afin de dissuader ceux qui se prélassent de ces violences sur les stades lors des championnats au Togo, la Commission de discipline de la Fédération Togolaise de Football (FTF) par un communiqué, a rendu publiques les décisions sanctionnant les auteurs de ces actes de violences observés sur les stades lors des rencontres conformément aux articles du code de discipline.

Selon le communiqué, la commission responsabilise l’équipe de Gbikinti de l’usage de jets de projectiles, de menaces, d'envahissement de terrain, d'agressions sur les officiels et de défaillance sécuritaire, au cours de la rencontre contre Gomido FC à domicile.

« La Commission décide de condamner GBIKINTI FC à une amende d’un million (1.000.000) de francs CFA pour comportements inconvenants de ses supporteurs, conformément aux articles 68.1 et 68.3 du Code de discipline », indique le communiqué.

Les décisions de la commission de discipline de la FTF interdisent également à l’équipe de Gbikinti FC de jouer à domicile pendant deux (02) ans pour le compte du championnat national de 1ère division ou de 2ème division (D2), et la conservation du score du match tel qu’acquis sur le terrain.

L’équipe de Gbikinti FC est tenu de « rembourser les dépenses médicales supplémentaires effectuées par les arbitres à Kara qui s’élèvent notamment à 40.000 FCFA pour M. Siame Koffi et 35?000 FCFA pour Essozimana Tchaa, conformément à l’article 30.2 du Code de discipline, à verser à M. Essozimana Tchaa, la somme forfaitaire de 50.000 F CFA pour couvrir la perte des équipements sportifs et matériels de travail à lui, dérobés par les supporteurs », précise le communiqué.

Gbikinti FC est également condamnée à assurer les frais de déplacement du Commissaire au match (aller-retour Sokodé-Lomé) pour « sa comparution devant la Commission de discipline, afin de prononcer un blâme contre le Bureau exécutif de Gbikinti FC pour les propos indélicats et inopportuns contenus dans son rapport ».

Pour ce qui est de la rencontre de Foadan qui a acceulli Dyto FC à domicile, la commission de discipline retient contre Foadan FC une amende de cinq cent mille (500?000) de F CFA en raison des comportements inconvenants de ses supporteurs suivi d’une suspension du stade municipal de Dapaong pendant un (01) an pour le compte du championnat national de 1ère (D1) et de 2ème (D2) division.

A cela s’ajoute les frais de déplacement du Commissaire au match (aller-retour Sokodé-Lomé) et de l’Arbitre (aller-retour Kara-Lomé) pour leur comparution devant la Commission de discipline au nom de de l’équipe Foadan FC.

Les sanctions n’ont pas épargnés l’équipe de Kotoko FC après son match qui l’opposait à Arabia FC. Conformément aux articles 68.1 et 68.3 du Code de discipline, la commission requiert trois cent mille (300?000) de FCFA d’amende contre l’équipe Kotoko FC, suivi d’une interdiction de terrain pendant six (06) mois pour le compte du championnat national de deuxième et de troisième divisions (D2, D3) pour des comportements inconvenant de ses supporteurs qui ont fait usage de projectiles, des agressions sur les officiels et un envahissement du terrain.

La commission de discipline de Fédération togolaise de football (FTF) note que ces décisions sont susceptibles d’appel par les parties concernées dans un délai de dix (10) jours.


Nicolas



Autres titres
Bénin CAN Egypte 2019: Patrice Talon offre 325 millions aux Ecureuils 
Togo Antoine Folly : « Il faut changer d’entraîneur » 
Togo Claude Le Roy : « On ne va pas trouver d’excuse, on est éliminé » 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 1   Justin | Mardi, 5 Mars 2019
  Des sanctions contre les fauteurs de troubles. D'accord ! L'on apprécie que Gbikinti joue tous ses matchs hors domicile pendant 2 ans.
Mais à qui revient l'amende de 1.000.000 de francs que l'équipe de Gbikinti devra payer en dehors des amendes pour coups et blessures sur autrui ou pour destruction de matériel ou encore pour frais de déplacement divers dans la résolution du problème ?

Beaucoup me diront que cette amende de 1.000.000 F revient à la FTF . C'est là toute l'irresponsabilité et cupidité des responsables de la FTF. La FTF doit-elle s'enrichir des troubles sur les stades ? Si la réponse est oui , c'est dire que les responsables de cette FTF prieront désormais qu'il y ait plus de troubles pour espérer se remplir les caisses. Ça ne marche pas ainsi.

Des pères et mères de famille ont été agressés et violentés pour finir dans des hôpitaux. Et pour eux , il faut juste rembourser les frais d'hôpital soit de dérisoires montants de 40.000 F ou 35.000 F etc.
Ne voyez vous pas que s'il faut battre et blesser une personne pour se retrouver à payer juste ce que la personne a dépensé à l'hôpital, ce serait trop simple pour ces fauteurs de troubles et une grave injustice pour les blessés ?

Pendant que de simples manifestants pacifiques sont torturés et jetés en prison , des agresseurs , violenteurs et fauteurs de troubles dans nos stades sont tranquilles . Comme solutions , la FTF va juste les obliger à rembourser les frais d'hôpital aux victimes. C'est tout à fait inconcevable. Pendant ce temps, les victimes porteront pour plusieurs années les conséquences de ces troubles : déshonneur, humiliation sans compter les séquelles physiques de ces agressions
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com