AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Contesté, le sélectionneur de l’équipe de foot du Togo s’en remet à l’arbitrage du président


Sport

- | | 14 Commentaires |Imprimer

Contesté par des supporters des Eperviers, mais soutenu par ses joueurs et le chef de l’Etat, le Français Claude Le Roy devrait rester en poste.

L’élimination du Togo par le voisin béninois ne passe pas. La défaite des Eperviers par 1 à 2 lors de la sixième et dernière journée des qualifications pour la CAN 2019, le 24 mars à Cotonou, a réveillé le mécontentement de la frange des supporters locaux qui continuent de réclamer le départ de Claude Le Roy, 71 ans.

Nommé sélectionneur du Togo en avril 2016, le Français, qui ne faisait déjà pas l’unanimité, a vu les réseaux sociaux s’enflammer contre lui. Le collectif de supporters « Martin Luther King », emmené par Edoh Komi, avait même souhaité organiser une marche pour exiger son départ qui, face aux refus des autorités, s’était transformé en sit-in devant le stade municipal le 6 avril, dispersé par les gaz lacrymogènes.

Près d’un mois plus tard, Claude Le Roy, qui se trouve toujours à Lomé, relativise le mécontentement toujours vif, rappelant qu’« on ne peut pas être apprécié par tout le monde » et poursuit « je sais qu’il y a des gens déçus par l’élimination du Togo, mais je reçois aussi des messages de sympathie. Je suis sensible à ce que disent les supporters, mais les avis de mes joueurs, de mon staff technique, comptent beaucoup », insiste-t-il.

Au Togo, personne ne sait vraiment jusqu’à quand court le contrat de l’ex-coach du Cameroun. D’ailleurs, lui-même balaie le sujet d’un énigmatique : « Je suis toujours sous contrat. » En fait, à en croire Claude Le Roy, sa mission est bien plus large qu’un simple rôle de sélectionneur. « J’ai commencé un travail qui va au-delà de la sélection, plaide-t-il. Nous avons mis en place Graines du Togo, un programme de détection de jeunes joueurs. Nous travaillons aussi, en lien avec l’ambassadeur de France au Togo, à l’ouverture d’un centre international pour le football féminin, à Lomé. Avec mon staff, nous nous y consacrons tous les jours. Alors, si vous m’interrogez sur mon avenir, je vous réponds que c’est le président de la République qui en décidera ! »

« Avancées significatives »

Or le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, justement, apprécie Le Roy. Le président togolais s’est même beaucoup impliqué pour faire venir à Lomé celui qui avait été champion d’Afrique 1988 avec le Cameroun. Et selon les informations du Monde Afrique, Faure Gnassingbé serait aujourd’hui plutôt favorable au maintien du Français dans ses fonctions. « Il y a eu des avancées significatives depuis que Le Roy est là, reprend Steven Lavon, journaliste togolais. Par exemple, l’organisation de la sélection est beaucoup plus professionnelle. Il n’y a plus de problèmes de primes, l’équipe joue des matches amicaux, effectue des stages. Le Roy a fait progresser ses adjoints togolais et est soutenu par ses joueurs. » Il l’est aussi par des entraîneurs locaux, dont Tchakala Tchanilé, ancien international et sélectionneur. « Cet homme a apporté une sérénité, une rigueur, que l’équipe nationale n’avait jamais connues. D’accord, le Togo ne s’est pas qualifié pour la CAN 2019, mais il faut voir sur le long terme et ne pas casser la dynamique. Si le foot togolais avance, c’est aussi parce que Le Roy est porteur d’un projet, et que par son expérience il a su convaincre les autorités de le suivre. » Avant de signer son contrat en 2016, le Français avait fait de la reprise du championnat national, à l’arrêt depuis 2014, une condition essentielle à sa venue. Un souhait exaucé.
Ces arguments ne parviennent cependant pas à convaincre ses détracteurs. « Si vous posez la question à des supporters, la majorité vous répondra qu’ils souhaitent son départ. Le Roy est également en froid avec une partie de la presse, qui estime qu’il se montre trop distant avec les journalistes », reprend Steven Lavon.

Pour Edoh Komi, le maintien du Français n’est même pas négociable. « Il faut qu’il parte. Il avait dit qu’il quitterait son poste si le Togo ne se qualifiait pas pour la CAN 2019. Là, on a l’impression qu’il s’accroche. Quant au président de la République, il doit écouter son peuple. »

Au sein de la Fédération togolaise de football (FTF), les avis sont partagés. Il reviendra donc à Faure Gnassingbé, et à lui seul, de trancher dans les prochaines semaines. Le chef de l’Etat et Claude Le Roy entretiennent de très bonnes relations, ont des contacts réguliers. Et le président, conforté par les avis de son proche entourage, est convaincu que le Normand est toujours l’homme de la situation.

Source : www.lemonde.fr/afrique



Autres titres
Togo Affaire de révocation des membres de la Commission de recours : Le syndicat des magistrats réagit 
Togo Dossier Agouwa-Unisport/Révocation des membres de la Commission de recours : La FTF se défend 
Togo Détournement des fonds CAN 2013, 2017 : Les fautifs bientôt sous les verrous 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 14   montogo | Mercredi, 1 Mai 2019
  quand les intimites sont au dessus des lois cest comme cela que la republique va.

confondre le titre dentraineur et celui de responsable de projet graines togolaise me semble absourde.

autrement il peut quiter son poste dentraineur et si faure veut
il dira au peuple quil confie ce projet a leroy.
mais comme le cumule de poste est en regle dor pour semer le bordelle on continue.

me dire que sans leroy le championat ne vas plus exister alors ceux qui se bousculent pour etre au bureau de la ftf savent faire quoi pour y etre?

 13   Universal | Vendredi, 26 Avril 2019
  Claude le Roy stp laisse nous tranquille là c'est forcé de nous entraîner, on te dit qu'on ne te veut plus et tu insistes. Je me rappelle à la CAN quand tu as fait jouer Serge gakpe à la défense et romao en défense centrale. Bon comme tu ne veux pas partir on va te nommer entraîneur d'honneur du Togo et nous allons chercher un vrai entraîneur pour entraîner l'équipe et toi tu seras juste président entraîneur d'honneur.

 12   Mikponousse | Vendredi, 26 Avril 2019
  Réponse à 6-mazama
  Il faut boycotter tous les match des Eperviers tant que ce salot et vaux rien de Claude le Roy sera entraineur. Apres les resultats sont la, et toute persone ayant un tout petit peu d'intelligence sait que le Toro ne se qualifiera jamais avec lui; je ne parle meme pas de gagner un trophe.

 11   Universal | Vendredi, 26 Avril 2019
  Réponse à 6-mazama
  Boycottons tous les matchs des éperviers et on verra bien, cela veut dire quoi.

 10   Fernando garcia | Jeudi, 25 Avril 2019
  Au Togo on a que des apprentis politiciens. Ce n'est pas Claude le Roy qui fait caisser leur union. Au lieu de chercher a regler leur problem qui les ruine depuis 30 ans il cherche plutot a faire partir un entraineur sachant bien qu'ils n'ont aucun pouvoir de decision.
Des adultes qui oublient leur age pour se comporter comme des enfants.

 9   VRAI PATRIOTE | Jeudi, 25 Avril 2019
  Réponse à 1-Sheldon
  Pour ta gouverne, sache que tu peux renier ta nationalité togolaise !

 8   VERITAS | Jeudi, 25 Avril 2019
  Réponse à 4-Mikponousse
  Claude Le Roy est un Breton comme Vincent Bolloré; et donc cet entraîneur est bien soutenu. Comme vous le savez, le port est détenu par Bolloré et ce dernier a la main mise sur Faure : la boucle est boucle.
Et en plus c'est le Quai d'Orsay et l'Elyse qui dirigent le Togo !
En clair, Faure ne peut pas renvoyer Claude le Roy au risque d'avoir de gros problèmes !

 7   Togo OUI | Jeudi, 25 Avril 2019
  Réponse à 3-Togotogo
  Au Togo, il n'y a jamais démission, pourquoi voulez-vous que Claude Le Roy démissionne ?

 6   mazama | Jeudi, 25 Avril 2019
  Réponse à 5-nono
  La seule chose à faire, c'est de boycotter tous les matchs des éperviers. On n'a pas besoin d'organiser des marches avec le risque de se faire gazer par la soldatesque du régime rpt/unir. Il faut frapper au portefeuille, et pour cela les supporters doivent rester chez eux quand l'équipe nationale joue ses matchs.

Si vous aimez Faure et sa politique, allez au stade, si non, restez chez vous.

 5   nono | Jeudi, 25 Avril 2019
  Verifier le movement de ses comptes en banques pour se rendre compte....

 4   Mikponousse | Jeudi, 25 Avril 2019
  Qu'est ce que l'ambassade de France au Togo a dans le football du Togo vieux debile le Roy???? Dis-moi si le federation de football de France travaille avec l'ambassade du Togo en France pour pouvoir advancer le football francais?
Ce vieux fou pense que nous sommes tous sans cervelle au Togo, parce que les usurpateurs de pouvoir qui l'ont fait venir sont ignorant???

 3   Togotogo | Jeudi, 25 Avril 2019
  Faure Gnassingbé ne connait rien du football Togolais et ce sport est beaucoup plus riche que ne le croit l' entraîneur actuel . Le problème Togolais, c'est que ce technicien a tout compris de la situation politique du pays et il veut en profiter pour faire son beurre ! Quant à son invention de "Graines du Togo", le peuple togolais n'a pas attendu cet homme pour faire éclore en son sein les Amadou, Djibrill, Karim, Kaolo, Ayitégan, Kamaloto, Andébouz, Fiawoo et autres cracs qui ont fait les beaux jours du ballon rond au Togo et à l'étranger... C'est Eyadéma, le père de qui vous savez qui a cassé le foot togolais et tant qu'on ne remettra pas les structures dans la bonne direction, nous irons toujours d'échec en échec avec l'intrusion d'incapables de la catégorie de Claude Leroy. Quand je pense aux meneurs d'hommes de la trempe de Charles Ayivi, Hodè,Oscar Anthony, je me dis que mon pays est tombé bien bas... Et pourtant, il y a moyen de se relever avec tout cet argent que l'on donne à une seule personne avec des résultats tout à fait nuls. Il suffit que la fédération constitue un comité apolitique d'anciens footballeurs résidant au Togo et à l'étranger et de leur confier le travail suivant: structuration des clubs, formation des jeunes, rôle de l'école... mais avant tout non intervention des politiques et surtout du chef de l'état ou de l'ambassadeur de France au Togo. Avez-vous compris, Monsieur Claude Leroy ?

 2   Mobilisation | Jeudi, 25 Avril 2019
  En dictature, lorsque le dictateur soutient, ses employés doivent soutenir et on connaît ça. On fait tout pour ne pas avoir de grands joueurs pour pouvoir leur tenir tête comme le cas maintenant. Le vieux à fait son temps, mais maintenant il ne vaut plus rien. Il doit céder la place à un nouvel football.

 1   Sheldon | Jeudi, 25 Avril 2019
  A quoi cela sert - il d'avoir la nationalité togolaise ?
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com