AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Trafic d’êtres humains : Des Togolais libérés lors d’une opération d’Interpol


Société

iciLome | | 4 Commentaires |Imprimer

Après la réussite d’une première opération baptisée « Epervier », qui a permis la libération de 500 personnes, victimes de trafic d’êtres humains en Afrique de l’ouest, des agents d’Interpol ont initié une deuxième opération à Sèmè près de la frontière Benin-Nigeria ce mois d’avril. Cette seconde mission a fait libérer 216 victimes parmi lesquelles figurent des Togolais.

Ils sont majoritairement des mineurs dont l’âge est compris entre 11 et 16 ans. Ces enfants pris en otage, ont été victimes d'abus sexuels, exposés à des travaux forcés et d’autres traitements déshumanisants. On retrouve également parmi les victimes, des Burkinabé, des Nigérians, des Béninois et des Nigériens.

Outre la libération des otages, on note également dans le cadre de cette seconde opération menée par des agents de l’Interpol, l’arrestation de 47 présumés trafiquants qui sont mis hors d’état de nuire.

« L’opération a consisté à des contrôles menés par des agents formés à détecter des personnes abusivement exploitées sur les marchés. Les marchés ciblés sont ceux de d’Abuja et de Cotonou ainsi que les ports, aéroports et la zone frontalière de Sèmè », a souligné la police internationale.

On apprend par ailleurs qu’une prise en charge d’aide socio-psychologiques des services sociaux a été entreprit à l’endroit des victimes après leur libération. Celle-ci a même permis à certains d’entre eux de regagner leurs familles en toute quiétude.

Jürgen Stock, le Secrétaire général d’Interpol juge utile « une coopération plus accrue entre les polices de tous les pays de la zone afin de lutter contre l'internationalisation du trafic des êtres humains ».

Nicolas



Autres titres
Togo Le mariage précoce n’a pas disparu 
Burkina-Faso Décès de détenus et football à la une des quotidiens burkinabè 
Inter Plus de 63.000 migrants ont reçu une aide au retour volontaire de l’OIM en 2018 
Plus de nouvelles




 4   Clement GAVI | Vendredi, 26 Avril 2019
  'Ces enfants pris en otage, ont été victimes des abus sexuels, exposés à des travaux forcés et d'autres traitements déshumanisants.'

Ce qui est décrit, ne rappelle t-il pas la réalité ce que vivent des générations de Togolais soumises à une sanglante dictature depuis plus de cinquante ans?

Le régime et ses propriétaires et autres supporteurs sont de la même nature que ces trafiquants d'êtres humains.

Ils sont tous habités par le diable et ils sont tous les disciples du démon.

 3   SeauDeau | Jeudi, 25 Avril 2019
  Réponse à 2-SeauDeau
  seau d'eau, pardon

 2   SeauDeau | Jeudi, 25 Avril 2019
  le probleme a la source demeure: pauvrete, descolarisation, chomage, ect...c'est comme verser un seau d'or dans une riviere qui tarit

 1   Mckoney | Jeudi, 25 Avril 2019
  Cette façon de traiter certains de nos petits anges que sont ces enfants est l'une des choses que je déteste profondément en Afrique. Quand je m'insurge contre cela, les miens disent que je fais le "yovo". Juger plutôt. ..
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com