AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Recensement pour les locales : La frustration des Togolais


Politique

iciLome | | 1 Commentaires |Imprimer

Prolongée de vingt-quatre heures, l’opération de la révision des listes électorales a pris fin hier dimanche sur toute l’étendue du territoire. Mais malgré cette journée supplémentaire, la donne n'a pas changé.

Actuellement, ils sont encore nombreux ces Togolais en âge de voter qui n'ont pas pu inscrire leurs noms sur les listes électorales. Dans les différents centres de recensement et de vote (CRV) sillonnés dimanche soir à Lomé, c'était le comble. L'affluence était encore forte comme les trois premiers jours de l'opération.

Tout porte à croire que les Togolais sont déterminés à prendre part massivement, et pour la première fois, à ces élections locales qui se profilent à l'horizon. Mais seulement voilà, les opérateurs de saisi et les machines d’enregistrement n'ont pas été à la hauteur des attentes.

Hier vers 16 heures au CEG Nyékonakpoé à Lomé, l'ambiance était électrique lorsqu'on annonçait la fin de l'opération. Frustration, énervement, déception et amertume... se lisaient sur les visages des gens qui n'ont pas pu faire leur carte. Séraphine, une jeune dame qui a passé près de 10 heures dans ce CRV sans avoir entrer en possession de sa carte, n'a pas pu cacher sa colère :

« Je suis venue ici depuis 6 h 30. Mais jusqu’à présent où il sonne 16 h, je n’ai pas encore fait ma carte, ce qui m’énerve vraiment. Nous tous ici présents, nous n’avons pas fait l’enregistrement. Nous ne savons plus quoi faire », a-t-elle confié.

Même son de cloche chez Ampah, un enseignant à l'Université de Lomé, qui réclame d'ailleurs un prolongement d'une semaine de l'opération d’enregistrement.

« J’ai perdu toute ma journée ici, parce que aujourd’hui j’ai dit que je vais faire la carte-là. La majorité de ceux qu’ils veulent se faire enregistrer aujourd’hui (ndlr, hier dimanche) n’ont pas pu le faire. Comment on peut imaginer qu’au CEG Nyékonakpoé c’est une seule machine qui est disponible pour enregistrer tout ce nombre. Je suis là depuis 7 h, je pensais que les gens iraient à la messe, mais les gens sont là ici depuis 5h du matin », a-t-il indiqué.

Et de poursuivre : « Pour faire l’enregistrement d’une seule personne, cela prend plus de trentaine des minutes. Entre-temps vers 15 h, ils nous ont dit d’aller vers d’autres centres de recensement. Moi je suis à aller à la Mission Catholique, mais le nombre qui était là-bas était le double de ce que nous avons ici. Non sincèrement, il faut qu’on prolonge cette opération au moins d’une semaine, parce que les gens n'ont pas pu se faire enregistrer massivement ».

Notons que ce constat est général dans tous les centres de recensement et vote installés sur l'ensemble du territoire national. Les acteurs politiques de l'opposition ont même invité le gouvernement à accorder quelques jours supplémentaires à cette opération de révision des listes électorales. Mais jusqu'à présent les autorités togolaises n'ont pas réagi par rapport à ces requêtes.

Godfrey Akpa



Autres titres
Togo Campagne électorale 2019 : Adjamagbo-Johnson promet une gestion transparente des communes 
Togo Locales 2019 : Jean Kissi est maintenant dans la course 
Togo Elections locales : Les spécimens des bulletins de vote sont disponibles 
Plus de nouvelles




 1   sen | Lundi, 20 Mai 2019
  Le vin est déja tiré et il faudra le boire. Ces opérations coutent cher au gouvernement, un argument béton face à tous ceux qui avaient refusé de se faire enrôler en 2018. C'est vraiment désolant que nous en soyons encore à ce niveau. Ce recensement qui ne contente pas toutes les parties fera déja à en croire les observations, un sujet de revendication qui viendra justifier l'échec de l'opposition pour les prochaines locales.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com