AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Quel parapluie atomique pour un prince qui veut échapper à la justice face à l’effet du temps ?


Politique


« Toute l’eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang ». LAUTREAMONT, dans Les Chants de Maldoror, souligne la voix stridente du crime qui réclame justice à travers le cours de l’histoire. Les assasinats crapuleux, les éliminations physiques, les crimes politiques, les disparitions forcées, les crimes contre l’humanité, les crimes de masse ont cette particularité de suivre partout leurs auteurs par-delà toutes les protections dont ils se couvrent, et parfois, jusqu’à leur tombe.

Les tyrans qui vivent des chimères de l’impunité sont trop souvent surpris par les rebonds de l’histoire. L’homme n’est pas un être ordinaire comme le lièvre, la perdrix ou le sanglier. Sa dimension particulière et spirituelle aiguise la puissance de vérité sur ce qui le tue, la cause pour laquelle il meurt. L’esprit du temps vient faire la lumière sur le drame d’une disparition.

On peut s’abriter derrière les lois d’autoabsolution et se couvrir d’incongruités juridiques dont la répugnance révolte pour provoquer dans la durée des réactions les plus vives et les plus inattendues de réouverture des dossiers des crimes sans nom. La mobilité sociale est une dynamique imparable, inexorable évolutive pour les républiques. Elles ne peuvent avancer qu’en regardant en face leur propre histoire, en soldant les dettes juridiques de leurs chutes afin de s’éveiller à l’émancipation et à l’espérance.

Ainsi, toutes les pourritures ankylosantes sont éliminées pour cirer l’avenir de beauté, de justice, de vérité.

La vérité d’aujourd’hui n’est surtout pas celle de demain, parce que des dispositifs plus performants éclairent de mieux en mieux les hommes sur le réel, les faits, la réalité sociale, politique… Les restitutions les plus inattendues sortent des puanteurs de l’histoire, parce que la conscience humaine a la soif du témoignage.

C’est peine perdue de s’imager une jouvance de propreté, de s’essuyer les mains par des précautions honteuses dans le but d’être à l’abri de la justice. Les républiques perdues dans des crimes ont toujours un renouveau administratif qui procède par des rectificatifs de l’histoire pour refonder le vivre-ensemble sur des bases juridiques, éthiques, morales et humaines.

Comment un prince peut-il s’imaginer qu’il lui suffit de former une Assemblée de pacotille pour ordonner une absolution et se passer définitivement de la rigueur du jugement de l’histoire ?

Une forfaiture électorale qui légifère en faveur d’un champion de la transgression a –t-elle un poids sur l’histoire d’un peuple ?
L’ambition futile d’une vie tranquille après une série de crimes, de viols n’est-elle une pauvreté de l’esprit ?

1) Les réformes de tous les scandales

Le prince est un citoyen au-dessus de tous les autres citoyens. Il a un droit de vie et de mort sur eux. Il peut ordonner leurs massacres, les spolier, voler les richesses du pays, violer la Constitution, toutes les lois de la République sans s’attendre à aucune poursuite jusqu’à la fin de la vie. Quelle illusion conceptuelle du pouvoir !

Attendre treize années après l’Accord Politique Global et une dizaine d’années après les assises de la réconciliation parrainées par Mgr BARRIGAH-BENISSAN pour renvoyer la République à la poubelle de l’histoire, c’est proprement se moquer de l’intelligence des Togolais. La compilation des absurdités et les manœuvres de la grande foutaise pour abreuver un peuple de quolibets, d’injures publiques produisent des irruptions volcaniques de combat national pour remettre la République à l’endroit. Le répondant des peuples vient à son temps pour des rectifications urgentes et apodictiques. NIETZSCHE qui a développé la volonté de puissance a tôt fait de se rectifier pour expliquer qu’aucun homme sur cette terre ne peut jamais être assez fort pour demeurer toujours le maître. C’est pourquoi la force d’aujourd’hui doit se doubler de sagesse pour instruire la génération présente et celles qui viennent butiner à l’intelligence du succès des hommes.

La puissance qui s’étale de sottises et d’injustices ou qui entretient des convulsons inutilement condescendantes a la faiblesse des crimes et finit par des provocations les plus insoutenables qui appellent à un renversement salutaire de l’ordre établi. C’est, du reste, pour cette raison que développe Nicolas POUSSIN, dans sa Correspondance : « Ce qui vaut la peine d’être fait, vaut la peine d’être bien fait »

Les peuples reviennent toujours sur les mauvais pas de leur histoire au nom de la vérité, de la justice pour instruire les citoyens et rebâtir la concorde civile. Assemblée nationale des inutilités saillantes du 08 mai 2019 n’est qu’une réplique des ordures dont elle est issue le 20 décembre 2018. De ses falsifications constitutives d’une rare infamie, elle ne peut qu’accoucher que des avortons aux âneries multiples qui l’enterrent dans l’indignité et la honte publique. Elle n’a encore rien joué et sa force d’inertie n’est pas étonnante au regard de ce ramassis sans la moindre délégation de la souveraineté populaire. Il faut comparer le pourcentage de l’aval unanimement reconnu à la Constitution de 1992 avec les truanderies politiques qui accordent une falsification ignominieuse au semblant de réformes de cette Assemblée plate du 20 décembre. Le gouffre en enlève la légitimité.
Par conséquent, nous peuple du Togo, sommes bien tranquille dans le refus sonore des malversations d’une Assemblée privée de l’âme de la nation. Nous devons intégrer dans notre psychique et dans notre combat que la question des réformes reste entière dans notre pays et nous y parviendrons quoi que cela nous coûtera pour ne jamais avaliser les crimes de masse, le vol organisé, les crimes économiques, les crimes de sang, la délinquance judiciaire, le traficotage de la Constitution.

Nous voyons les membres du syndicat du crime de la CEDEAO qui ont volé au secours de Faure GNASSINGBE pour dévoyer notre lutte dans le faux-droit et dans les habillages référendaires pour une légitimation de leurs forfaits. Le Togo ne peut pas apparaître comme un terrain d’essai pour un renversement de la volonté populaire et de la Constitution d’une puissance nationale librement et massivement approuvée. La Constitution aux plis des crimes et à l’autel des ambitions personnelles, aucun peuple d’Afrique ne peut encore lui accorder un quitus.

2) Une brigade contre le crime organisé

La mémoire d’un peuple est vivace et non éphémère lorsqu’il s’agit du sang versé par des brigands politiques ou de la spoliation cruelle de la population.

Les aventuriers malpropres qui s’illusionnent que la force et le crime suffisent pour s’imposer contre les aspirations souveraines d’une nation se trompent. L’esprit de justice a son flux imparable lorsque se redressent les républiques.

Les grands moments thérapeutiques des cités sont ceux qui portent la couronne de vérité, de justice pour rebâtir l’espérance collective et le vivre-ensemble. La cervelle n’est ni un don, ni une spécificité des voleurs qu’ils peuvent taire tous les chiens qui aboient pour mettre en éveil tous ceux qui somnolent en plein jour ou qui savourent le temps du sommeil.

Le volume de réflexion du RPT-Unir pour une absolution des crimes d’un champion n’est qu’une piètre rêverie solitaire en marge du temps et de la marche du monde. Les évolutions de notre République sont inévitables et ne peuvent se détourner de la lumière qui éclaire le chemin de la modernité. La vérité, la justice, l’éthique, l’humanité sont les points cardinaux de référence pour sortir les peuples de la pénombre de l’histoire. La réparation est de l’ordre inexorable du bondissement des peuples martyrisés. Quand les têtes longtemps courbées se relèvent, ce n’est pas pour lire dans les yeux de leurs bourreaux une admiration.

La révision constitutionnelle du 8 mai 2019 opérée au Togo par les forces de la brutalité fauve et leurs accompagnateurs aux ventres tendus en gamelle d’aumône ressemble à un enfantillage politique, et même à une ivresse d’ignorance des médiocres supérieurs.

Il n’y a pas de remparts atomiques aujourd’hui pour ceux qui organisent des crimes de masse ou ceux qui en sont visiblement complices. C’est une vue de l’esprit qu’un prince se protège de toutes les barbaries dont il s’est mêlé. Le règne des milices, des infanticides et du pillage organisé qui se protège de mesures évanescentes n’est d’aucune vision ni d’aucune lecture de notre monde. La France a pourchassé après la guerre ses tortionnaires dont Klaus BARBIE tout comme ses fils indignes au premier rang desquels le Maréchal PETIN. Le procès de Nuremberg contre les nazis nous met sur la grande piste de l’évolution du temps. On voit bien ce qui advient aux pilleurs de la République et aux pieuvres de la répression en Tunisie, en Algérie, au Soudan…

Une Assemblée fantoche ne peut attacher à notre âme une amnésie et à notre cerveau des rides de l’oubli. Aucune loi inique n’est capable de réaliser le lavage de cerveau des martyrs et de leurs familles. Le passé vient toujours au présent quand des lois sont taillées sur mesure pour mettre à l’abri ceux qui ont le devoir de rendre des comptes à la nation.

Quand on manque de sincérité avec soi-même, avec les autres et d’humilité de responsabilité, on ne sert que du grotesque. Or, le grotesque fouette la conscience du peuple et l’incite à la révolte. Le faux submerge l’esprit criminel qui n’a d’agitation que de chanter la sottise. Le Togo à l’envers dans ce machin de réformes se remettra à l’endroit. Le temps suffit à tout. Mais, il n’efface ni l’offense, ni le crime. Il ordonne la justice pour la réparation.



Autres titres
Togo Les Togolais de New York disent « NON » au 4e mandat de Faure Gnassingbé 
Togo La CDPA exige la libération de Folly Satchivi et les autres prisonniers politiques 
Togo Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de rendre compte 
Plus de nouvelles




 29   DEGAGEZ | Mardi, 4 Juin 2019
  Les testicules de ce dictateur ,soit disant president doivent etre brule's

 28   Polichinelle | Vendredi, 31 Mai 2019
 
Miabé FAURE !

FAURE vodoua !

VIVE le président de la république son excellence FAURE KODJO ESSOZIMNA GNASSINGBE
Président de tous les togolais

 27   Abladjo | Mardi, 28 Mai 2019
  Réponse à 16-LE Major
 

Une nation ne peut avancer sans juger les crimes. En Afrique du Sud, il y a eu jugement des crimes. Meme Wini Mandela a été jugé pour crime. Un pays ou les bourreaux ont reconnu les crimes, ont demandé pardon aux victimes et la justice a situé les coupables qui eux ont été pardonnés par les victimes a l'appel au pardon de Nelson Mandela.

Au Togo on a eu tout sur la réconciliation et vérité, Il y a eu des victimes mais a la grande douleur du peuple, aucun bourreau n a réussi a descendre de son piédestal, a mettre sa fierté de coté pour demander pardon. Nous avons assisté a des réconciliations sans bourreau rien que des victimes. Les bourreau n'ont pas fini de tuer. Ils se drappent dans leur arrogance et nargue les victimes. Comment voulez-vous que ce pays connaisse la paix que vous clamez tant si ce n'est la paiy des cimetieres.

Aux USA, les crimes de masses comme ceux de 2005 au Togo ont été punis.

Tant que des crimes ne sont pas jugés, le Togo sera toujours face a des convulsions de l'histoire.

Si la paix tient du pardon, seules les victimes peuvent faire cette paix mais comment faire cette paix quand le bourreau nargue et continue de tuer?



 26   1 | Mardi, 28 Mai 2019
  Est-ce que vous même les opposants togolais , avec vos faux journalistes dite nous si vous même vous avez les mains propre ? Nous tous nous attendons le( j )ok ? rendez-vous , après les mandats du président Faure..

 25   Lucrece | Lundi, 27 Mai 2019
  Réponse à 21-El Niño
  Baudelaire fut même embastillé pendant plus de 13 ans pour certains poèmes jugés licencieux dans les fleurs du mal. Cher Ministre de la communication, il faut fermer les journaux qui ne veulent pas respecter la déontologie du journalisme.
On n'a pas besoin d'un fusil à lunettes pour fermer un journal comme celui là.

Du n'importe quoi!

 24   Lucrece | Lundi, 27 Mai 2019
  Réponse à 21-El Niño
  Voltaire a été censuré, Baudelaire, Rousseau, Molière avaient vu certaines de leurs oeuvres censurées et envoyées au pilon! Pourquoi pas de petits journaleux! Je crois que la HAAC prendra ses responsabilités sous peu. Il faut assainir le paysage de la presse au Togo.


Du n'importe quoi.

 23   Ashrevolution | Lundi, 27 Mai 2019
  Réponse à 17-Ha bame
  Le Togo reprendra à nouveau en juillet prochain, la présidence du Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine, un an tout juste après avoir occupé ce poste.

Une rencontre a eu lieu à ce sujet ce jeudi 23 mai 2019 à Addis Abeba, entre l'ambassadeur togolais auprès de l'UA et de l'Ethiopie, Toba Sébadé et Smail Chergui, le commissaire chargé de la paix et de la sécurité de l'Union africaine.

Les échanges ont porté sur les questions liées à la sécurité et à la paix, actuellement sur le continent, et à l'agenda du Togo, une fois la présidence prise, lors du prochain sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement, prévu au Niger.

Faure Gnassingbé a reçu lundi Albert Kan-Daapah, le ministre ghanéen de la Sécurité intérieure. Ce dernier était porteur d'un message du président Nana Akufo Addo dont la teneur n'a pas été révélée.

Gnassingbé se fout des élections locales, en juillet prise présidence Conseil de Paix, signale pour les groupes terroristes déstabilisés la sous-région pour qu'il reste au pouvoir sous mandat d'exception.

Le constat est que Gnassingbé se maintient malgré les troubles au Togo. Il gagne du temps, attendant la déstabilisation par les groupes terroristes. Dès que ces derniers bougeront, il restera en place avec la bénédiction des pays européens.

Selon des sources crédibles, Faure Gnassingbe, après Kigali (Rwanda), s'est envolé pour l'Afrique du Sud où il est discrètement annoncé pour une visite dans une usine d'armes. Cette visite se fera dans la société PARAMOUNT (basée à Johannesburg), spécialisée dans la fabrication d'armes.

Pour l'instant, nos sources ne fournissent pas encore de raisons qui amènent le chef de l'Etat togolais à effectuer cette visite discrète dans cette usine.

Quand le milliardaire juif Ivor Ichikowitz a des relations intimes, Collen Maine et son jet privé sont utilisés pour diriger les présidents d'État et sa société de munitions est un sous-traitant de la défense pour la SANDF. C'est tout bon tout. Quand le même est fait par les Guptas, alors sa «capture d'état». »

Que fait Ivor Ichikowitz au Sahel ces jours-ci? Jamal Khashoggi a tourné en rond avec des personnalités telles que Jean-Yves Ollivier et Ivor Ichikowitz...

 22   Ashrevolution | Lundi, 27 Mai 2019
  Réponse à 2-K. Kofi FOLIKPO
  Le Togo reprendra à nouveau en juillet prochain, la présidence du Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine, un an tout juste après avoir occupé ce poste.

Une rencontre a eu lieu à ce sujet ce jeudi 23 mai 2019 à Addis Abeba, entre l'ambassadeur togolais auprès de l'UA et de l'Ethiopie, Toba Sébadé et Smail Chergui, le commissaire chargé de la paix et de la sécurité de l'Union africaine.

Les échanges ont porté sur les questions liées à la sécurité et à la paix, actuellement sur le continent, et à l'agenda du Togo, une fois la présidence prise, lors du prochain sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement, prévu au Niger.

Faure Gnassingbé a reçu lundi Albert Kan-Daapah, le ministre ghanéen de la Sécurité intérieure. Ce dernier était porteur d'un message du président Nana Akufo Addo dont la teneur n'a pas été révélée.

Gnassingbé se fout des élections locales, en juillet prise présidence Conseil de Paix, signale pour les groupes terroristes déstabilisés la sous-région pour qu'il reste au pouvoir sous mandat d'exception.

Le constat est que Gnassingbé se maintient malgré les troubles au Togo. Il gagne du temps, attendant la déstabilisation par les groupes terroristes. Dès que ces derniers bougeront, il restera en place avec la bénédiction des pays européens.

Selon des sources crédibles, Faure Gnassingbe, après Kigali (Rwanda), s'est envolé pour l'Afrique du Sud où il est discrètement annoncé pour une visite dans une usine d'armes. Cette visite se fera dans la société PARAMOUNT (basée à Johannesburg), spécialisée dans la fabrication d'armes.

Pour l'instant, nos sources ne fournissent pas encore de raisons qui amènent le chef de l'Etat togolais à effectuer cette visite discrète dans cette usine.

Quand le milliardaire juif Ivor Ichikowitz a des relations intimes, Collen Maine et son jet privé sont utilisés pour diriger les présidents d'État et sa société de munitions est un sous-traitant de la défense pour la SANDF. C'est tout bon tout. Quand le même est fait par les Guptas, alors sa «capture d'état». »

Que fait Ivor Ichikowitz au Sahel ces jours-ci? Jamal Khashoggi a tourné en rond avec des personnalités telles que Jean-Yves Ollivier et Ivor Ichikowitz...

 21   El Niño | Lundi, 27 Mai 2019
  Réponse à 19-Lucrece
  Puisque le ministre de la Communication n'arrive pas a fermer ce journal, vas-y toi même avec des fusils à lunette.

 20   tedlesaint1 | Lundi, 27 Mai 2019
  C'est vraiment bizarre, les gens ont réclamé à cor et à cris des réformes, maintenant que ces réformes sont faites, certains quidams trouvent que ce n'est pas ce que le "peuple" demandait. On peut se demander de quel peuple parle ces soit disant pseudo "démocrates"? Décidément, un grand nombre d'analystes politiques disait que les autorités togolaises devraient se conformer à la norme de la sous-région en parlant du protocole additionnel de la Cedeao. Principalement qu'est-ce que ce protocole dit? Il faille que les pays de la zone puissent limiter les mandats présidentiels et d'instaurer un scrutin nominal à deux tours. Et à voir c'est l'essentiel de la constitution de 1992. Ceux qui disent ne pas être satisfait et disent que dans la constitution modifié le 08 mai passé au parlement ; on n'a pas verrouillé la limitation de mandat présidentiel, il a été prévue que celle-ci pouvait être modifié par référendum. Aussi c'est l'article 75 nouveau qui accorde l'immunité aux présidents de la république qui est décrié, beaucoup oublient de parler de l'article 127 nouveau qui traite des poursuites contre le Président de la république en fonction ou à la retraite devant la haute cour de justice. A bien voir ces deux articles doivent être complémentaires, pour mieux appréhender le contenue de l'article 75 nouveau. Le fait pour lequel l'alternance tarde à venir dans notre pays est sans nul doute, l'esprit de revanche cultivé par certains opposants. Ils veulent en découdre avec les autorités actuelles une fois qu'ils auront les rênes du pouvoir. Et ceci n'est pas pour faciliter une les choses pour une alternance apaisée. Il faille que les uns les autres puissent se ressaisir, le Togo est notre patrimoine commun, et nous sommes condamner à vivre ensemble.

 19   Lucrece | Lundi, 27 Mai 2019
  je ne sais ce qu'attend le ministre de la communication pour fermer un journal comme celui là. Il n'y'a pas de liberté d'expression sans limite, sans censure car quelque que soit le peuple, ce dernier n'est jamais assez mûr pour faire la part des choses.

Du n'importe quoi!!

 18   1 | Lundi, 27 Mai 2019
  L'orsq'ont fait un bon commentaire comme celui là , à la fin ont signe , pour l'authentifier . autrement dit cela ressemble à une coquille vide .et c'est irresponsable., malhonnête.

 17   Ha bame | Lundi, 27 Mai 2019
  Associations de malfaiteurs le peuple togolais n oublira jamais les crimes de 2005 et la suite personne n est au au-dessus de la loi le togo est une républiqueet appartient a tous les togolais merci journaliste pour votr analyse rappeler nous cela chaque fois pour que nos enfants et petits petits-enfants savent ce que nous avons enduré et continuons de subir .Ne ceder a aucune intimidation


 16   LE Major | Lundi, 27 Mai 2019
  LE GRAND MANDELA AURAIT PU DEMANDER LES TÊTES DES BOURREAUX DE NOS FRÈRES NOIRS DE L'AFRIQUE DU SUD.
MAIS IL A PLUTÔT CHOISI LA PAIX.
AUJOURD'HUI NOUS ASSISTONS TOUS À L'ÉVOLUTION DE CE PAYS.

"FAITES ATTENTION À VOS ÉCRITS QUI NE SONT QUE DES APPELS À UN FUTUR GÉNOCIDE QUI NE DIT PAS SON NOM "

INTELLECTUEL TARÉ COMME LE DIRAIT QUELQU'UN.

 15   Clement GAVI | Lundi, 27 Mai 2019
  Hissein Habre a cru pendant des annees qu'il ne serait pas inquiete. La determination des Tchadiens a eue raison de see illusions. Il est condamne des decennies plus tard.
Seul nous peuple meurtri pendant des decennies par ces terroristes pouvons constituer ce parapluie par un geste de pardon. Autrement ils devront repondre de leurs crimes.

 14   Lucrece | Lundi, 27 Mai 2019
  Aussi longtemps que certains togolais seront dans la perspective de vengeance contre ceux qui nous gouvernent aujourd'hui, et capables de fourvoyer la masse par des publications aussi factieuses, nous n'allons jamais connaître la paix sociale et le développement politique que nous souhaitons tous. Aujourd'hui l'histoire donne entièrement raison à Mather luther King, et à Nelson Mandela. Les Marcus garvey, Elija Mohammad, et Malcom X avaient eu tort dans leur extrémisme car aujourd'hui plus que jamais, en Afrique du Sud ou aux USA la ségrégation raciale n'existe plus et les Noirs vivent dans des conditions meilleures; l'égalité avec le Blanc même si elle n'est pas totale, on peut affirmer sans ambages que les avancées sont spectaculaires.
Restez là à toujours écrire du n'importe quoi et durcir le coeur de ceux qui ont le pouvoir.

Des enfants qui s'amusent!!!

 13   12364 | Lundi, 27 Mai 2019
  Encore des sottises , pendant que les autres journalistes , montent sur les podiums , pour recevoir des prix , d'exeelance pour le travail bien fait en journalisme , toi tu nous raconte quoi ici ? Espèce de fanfaron., paparazzi .villageoi.

 12   ATEKEM | Dimanche, 26 Mai 2019
  Merci Mr (Mme) le (la) jounaliste. L'article 75 qui a été traficoté le 08 mai ne couvre pas totalement Faure. Le nouveau article 75, couvre un président durant son exercice présidentiel. Or Faure a fait un coup d'état constitutionnel le 05 février 2005, au soir de la mort de son père, quand il n'était pas investi d'un mandat présidentiel. Donc il peut etre poursuivi pour le crime du 05 février 2005

 11   Aoooh | Dimanche, 26 Mai 2019
  Réponse à 8-fantasmagoric
  Cela ne m'etonne pas qu'il y ait des gens ,a votre image, au Togo qui cautionnnent le vote d'une loi qui pretege un president pour des crimes qu'il a commis,qu'il commet, et qu'il commettra !!! Vivement que vous serez aussi un president du Togo pour etre proger par cette soi-disant loi.

 10   GNAROU | Dimanche, 26 Mai 2019
  Qu'ils rendent leurs papiers d'apatrides ou pas , les VRAIS patriotes togolais n'hésiteront pas à leur raccourcir le physique le moment venu !!!
Ils seront tous pendus haut et court !

De vrais idiots qui devraient passer le restant de leur pauvre vie dans des centres de réeducation dans les cas les plus clements de la justice du peuple.
Avec leur alliés politiques de la LTDH , je demande au gouvernement d'ouvrir grandement les yeux sur ces apatrides tribalistes .

Je crois qu'il est temps que nous réchaussions nos bottes ...!!

Desormais tout VRAI togolais doit se soucier de l'image qu'il donne de son pays à l'exterieur et sur les medias sociaux !
Les GNASSIMGBE partiront un jour , UNIR disparaitra peut-être .
Ce qui restera eternel est notre patrie ! Combien de temps il nous faudra pour laver l'affront que nous lui faisons ??
La realité est que l'opposition togolaise a fait plus de mal aux togolais que ce regime depuis l'independance !!

Nous devons tous donc rendre desormais justice au nom de notre patrie !!
A chacun son tribaliste !!

Vive le Togo!!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.

 9   Allah n'est pas oblig&eac | Dimanche, 26 Mai 2019
 
«Quand un dément agite le grelot danse toujours un autre dément.»

En outre, Allah sera-t-il, enfin, obligé de suspendre le temps et exonérer les "hérésiarques" de l'achat de leurs parapluies atomiques, en cette période post-soleils-des-indépendances caractérisée par la vie chère où un Béchir, très nanti, ne peut même pas s'acheter un chapeau ?
Ça se saura d'ici la fin du jeune.

 8   fantasmagoric | Dimanche, 26 Mai 2019
  Réponse à 6-caramba
  Les littérateurs "DALTERNATIVE" s'illustrent encore avec leur amateurisme journalistique. Article non-signé et dans le soliloque. Avec leur bouillon on nous claironnera que le Togo est la Corée du Nord... Ces gens ont la chance de vivre dans un pays de la sorte avec de tels écrits.

La réalité c'est qu'ils n'ont toujours pas digéré les conséquences de leur absence à Assemblée Nationale et des lois qui en découlent. Les gens qui financent ce journal sont planqués à l'étranger et pensent tout remettre en cause. Mais faudrait qu'un jour qu'ils rendent leurs papiers d'apatrides servant de bouée en cas de. ..! Ailleurs cette réforme devrait rejouir et on passe à autre chose. Comme les recalés de la Conférence Nationale ne sont toujours pas allés au bout de leur logique, l'Article 75 leur offre un semblant de sursis. La question qu'il faut se poser, ces gens défendent quel peuple qu'on encourage à devenir non-productif et ignare des zones d'ombre de son Histoire et surtout de l'Actualité avec la menace extérieure aux portes de la patrie? On préfère proférer des insultes et se gargariser avec l'obséquieux.

Ce journal est agent de l'étranger, Il ne faut pas s'y méprendre. Ils sont payés par leurs commanditaires W. Union, Money Gram...depuis des contrées lointaines.

Excellentissime caramba, bien à vous!

 7   Gaga | Dimanche, 26 Mai 2019
  Merci à icilome.com pour ce bel article. Un titre savamment choisi.

Le pouvoir politique comporte des embûches que ne savent esquiver que ceux qui, très tôt, se sont exercés à brider et à diététiser ces influx hormonaux qui fixent et aiguisent les passions des primitifs. Ces derniers, lorsqu'ils deviennent souverains ou princes, tirent leurs victoires et leurs succès de l'aliénation et de la ruine de leurs peuples. Le sentiment primitif de la peur né de l'usage de la force brute semble lier à jamais le funeste destin de ces peuples, a contrario, aux prouesses de leurs dominateurs.

Hobbes par la fiction de «l'État de nature » a déploré le sort de l'homme qui se repaît ainsi de ses instincts primitifs, abusant de ses semblables et guerroyant. Le pire vient quand ce tare - qui est souvent celui des dirigeants qui ont hérité du pouvoir comme on hérite d'un champ de manioc prêt à être déterré - devient une mine inépuisable pour des opportunistes qui bravent la honte, le regard et les chuchotements pour mettre leurs «talents» au service du "primitif-en-chef", élargir et pérenniser son empire. Ensemble, ils s'illusionnent de détenir un droit inamissible de vie et de mort sur leurs concitoyens. La force brute est leur recours réel et permanent contre toute forme de rétorsion du peuple. Cependant, la trop grande évidence de folie de certains de leurs actes semble les indisposer et ils tentent, à travers leur système de propagande et d'intoxication, une opération de cirage, un badigeon d'orthodoxie à leurs aberrations. Que vaut leur discours ? Celui-ci n'est qu'articulable ; il ne convainc pas.

Ensemble, ils sécrètent un sève de corruption et de népotisme qui entame la société en œuvrant pour saper tous les principes de base d'une vie communautaire paisible, c'est-à-dire un vivre ensemble caractérisé par la victoire et le succès où chacun est mis en possession de ce à quoi le prédisposent son mérite, son travail, une société ou l'État met en place les conditions de développement et d'épanouissement pour tous les citoyens sans considérations ethniques ou régionalistes. Car il n'y a pas de paix lorsque, dans un pays, au droit on substitue une administration de couloirs. Il n'y a pas de paix là où la propension au gain facile et l'avidité contribuent au bonheur des corrompus au détriment de la spoliation de ceux qui attendent de l'État qu'il les protège et garantisse leurs droits.

Voilà l'insécurité où conduisent les envies démentielles, la megalomanie et l'imagination débridée des petits esprits. Tout l'espoir n'est pas pour autant perdu. Car la justice providentielle ne se lasse guère de saper les bases de la malveillance, dans la pénombre du cœur des hors-la-loi, par les tourments de la conscience, sous les apparences de leur réussite et de leur éclat, pour avec le temps finir par s'éclater devant leurs faces comme un tonnerre.

Nul ne peut arrêter le temps.

 6   caramba | Dimanche, 26 Mai 2019
  Alternative comme journal?
C'est quoi ce chiffon là??
heiiiii.
On bâtir ce pays. Je ne suis pas avec ce régime mais en bon démocrate je dois d'être à leurs chevets pour les comprendre et me faire comprendre dans nos differences.
Faure est un mal mineur pour ce pays. La poisse est ailleurs et qui gangrene toute l'Afrique.
L'alternance viendra lorsque ceux qui sont au pouvoir comprendront que ceux qui les remplaceront ne les considéreront pas comme des ennemis.
Démocratie à l'Africaine?
mon oeil!
Wattara et Alpha qui cherchent le 3e mandat.
Blaise qui sème la pagaille et qui veut revenir comme Sassou N'guesso..
Tallon qui considère le Bénin comme un champ de coton..
Soudan, Algérie
.
La Lybie qui un FAR WEST ...
Africain réfléchir looo.
Moi prône une gestion colléfoale de la chose publuque de tendance bipartite où les courants de différentes tendances se retrouveront dans cette dualité.
Au cas échéant les guerres civiles vont revenir de plus belle dans toute l'Afrique.
Caramba a parlé

 5   Issifou | Dimanche, 26 Mai 2019
  Réponse à 1-GNAROU
  Que les oiseaux de mauvaise augure qui roulent pour les tribalistes laissent Dieu faire.

 4   MAWUGAN | Dimanche, 26 Mai 2019
  Réponse à 3-Flaubert
  Vrai que Faure n'est pas un prince
Car son papa c'est un simple cultivateur de kpélé Tsikõ.
Maman Sabine le sait très bien.
Comme les togolais n'ont de choix et ils acceptent comme prince.

 3   Flaubert | Dimanche, 26 Mai 2019
  Faure n'est pas un Prince, son père n'était qu' un voyou, un sale type !

 2   K. Kofi FOLIKPO | Dimanche, 26 Mai 2019
  Réponse à 1-GNAROU
  Rien que des conneries !!!!

K. Kofi FOLIKPO
PYRAMID OF YEWE

 1   GNAROU | Dimanche, 26 Mai 2019
  Bla bla bla bla.....!!

Des CONNERIES dignes de tribalistes.

.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com