AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Le Togo veut financer ses projets avec des EUROBONDS : Qualité de réalisation faible et capacité de remboursement incertaine ?


Economie et Finances

CVU Togo-diaspora | | 20 Commentaires |Imprimer

"> Video

En quête de fonds pour financer son Plan National de Développement (PND), le Togo qui voulait émettre un emprunt obligataire de 500 millions d’Euros en juin 2019, y a renoncé 1.

1. EUROBOND : UNE OPPORTUNITÉ POUR LE TOGO D’EMPRUNTER À L’INTERNATIONAL
Un emprunt obligataire est une émission de dettes. Cela suppose que l’Etat togolais est en capacité de rembourser et d’honorer ses engagements. Si le Togo a renoncé à l’emprunt obligataire, c’est qu’il ne peut rembourser et surtout ne peut proposer un taux attractif pour atteindre les montants recherchés. C’est aussi que la capacité d’endettement du Togo a été largement dépassé notamment auprès des bailleurs de fonds traditionnelles (FMI, Banque mondiale, Banque africaine de développement et même les marchés de l’UEMOA ou de la CEDEAO). Il reste le marché « privé » à international, c’est-à-dire hors institutions publiques avec leurs conditionnalités.

Aujourd’hui, il ne s’agit plus du Plan National de Développement que le Togo veut financer mais bien sa dette intérieure. C’est par la voix de celui qui siège à la tête du pays, Faure Gnassingbé, que le 8 juillet 2019, ce dernier a annoncé qu’il allait solliciter le marché international. Le Togo veut émettre un eurobond de 397 millions d’euros d’ici la fin décembre 2019 pour régler une partie de sa dette intérieure 2. Un eurobond (ou une obligation assimilable du Trésor) est libellé en Euro et constitue un prêt qu’un investisseur – privé de préférence mais pas que – octroie au Gouvernement togolais qui souhaite emprunter. Les eurobonds sont une mise en commun de la dette européenne avec un taux d’intérêt identique et faible afin de bénéficier d’une garantie communautaire des Etats européens et de faire jouer la solidarité en cas de défaillance de l’un des Etats. En cas de défaillance du Togo, l’investisseur privé risque de se retrouver vers un pays européen, notamment la France. Est-ce que celle-ci acceptera de jouer le jeu ? Rien n’est moins sûr puisqu’à ce jour, Le Président Emmanuel Macron n’a pas reçu Faure Gnassingbé officiellement à l’Elysée.

2. LE TOGO EMPRUNTE POUR PAYER SA DETTE INTÉRIEURE
Si le Togo émet une dette pour payer une autre dette, il y a, au plan structurel, un problème sérieux de gouvernance. Car la vraie question est de savoir comment le Gouvernement compte rembourser les investisseurs privés à terme. Surtout que le prêteur peut revendre son obligation à tous moments avec comme conséquence, un monopole de la dette par un prêteur principal qui pourra faire « chanter » le gouvernement togolais ou exiger des contreparties bien au-delà de ce qui figurait au contrat de prêt. Bref, le Togo risque de se retrouver avec une créance toxique.

La dette intérieure signifie que le Gouvernement n’a pas honoré ses engagements vis-à-vis des entreprises et emprunteurs nationaux. On peut se demander pourquoi des projets sont lancés, les réalisations manquent de qualité ou créent de nouveaux problèmes et que l’Etat se retrouve incapable de rembourser dans les délais impartis. Il y a un problème de gouvernance et peut-être de corruption et d’impunité dans le détournement des objectifs assignés aux projets financés. De toutes les façons les projets financés n’ont pas le retour sur investissement recherché. Aucun audit indépendant n’a à ce jour pu faire l’Etat des lieux des échecs, gaspillages ou détournements, voire disparition pure et simple des fonds, non-respect de la loi de programmation financière, exécution de budget dans des conditions de non-transparence et de contrôles indépendants, etc.

3. LE TOGO PREND DES RISQUES AU LIEU D’AMÉLIORER LA QUALITÉ DE L’EXÉCUTION DES PROJETS
Aller emprunter sur le marché international de la dette n’est pas une mauvaise chose en soit car cela permet d’augmenter la capacité de mobilisation des ressources du pays. Il faut comprendre que les eurobonds sont aussi des euro-obligations, donc le prêt est libellé dans la devise EURO et est octroyé par un investisseur (privé ou public) à l’Etat togolais pour une pour une période de temps définie à un taux d’intérêt fixe. Outre le risque de change avec en filigrane un doute des investisseurs sur la valeur du Franc CFA ou la valeur d’une monnaie ECO à terme, le marché UEMOA semble ne plus inspirer confiance. Personne ne sait ce que vaudra à terme et en équivalent devise étrangère le FCFA s’il existe encore, ou l’ECO (la monnaie régionale (CEDEAO) ou sous-régionale (UEMOA)) si elle voit le jour… un jour. Il est même question déjà d’une monnaie ECO qui ne sera que la dévaluation de fait du Franc CFA 3.

Il faudrait vérifier d’ailleurs si les taux d’intérêts, plutôt bas actuellement dans la zone Euro et accordés aux Etats européens, va s’appliquer au Togo. Le taux d’intérêt qui sera applicable aux eurobonds ou euro-obligations sont variables. Ce taux peut varier dans des proportions qui pourront asphyxier le Togo à terme et transformer cet emprunt en programme d’austérité, voire de transferts sous la forme de privatisation des capacités productives togolaises vers les créanciers. En l’espèce, le Togo s’affranchit en apparence des contrôles et de la dépendance vis-à-vis des créanciers publics comme le FMI ou la Banque mondiale sauf que l’alternative des eurobonds/euro-obligations est un risque que le Togo prend.

Les dons, prêts concessionnels et autres contributions bilatérales et multilatérales dans le cadre de l’aide publique au développement n’ont pas modifiée structurelle les niveaux de déficits structurels du Togo, ni d’ailleurs les inégalités, la corruption ou encore la pauvreté. Le solde budgétaire global, hors subventions du Togo était de -7 % du produit intérieur brut (PIB – richesse du pays) en 2018 et est estimé en amélioration par le FMI autour de -5,6 % du PIB en 2019. Ce qui est moins bien que la moyenne du solde budgétaire global de la zone franc, estimée à -3,7 % du PIB en 2018 et -3,4 % du PIB en 2019. Lorsque le Togo bénéficie des aides, subventions et autres soutiens extérieures affectés au budget de l’Etat, ce solde budgétaire est présenté comme une amélioration avec un solde budgétaire globale y compris dons estimé à -3,1 % du PIB en 2018 et -1,5 % du PIB en 2019. Autrement dit, près de 4 % du budget du Togo provient des partenaires étrangers qui ne font pas toujours des dons, mais des prêts, offrent des délais de grâce donc des reports dans le temps dès lors que cela permet de renforcer la tendance à la servitude volontaire de certains dirigeants africains de la zone franc. Cela n’a véritablement pas permis de parvenir à un solde budgétaire global positif, ce depuis plus de 20 ans, et vraisemblablement bien au-delà.

Alors, est-ce que les objectifs de développement peuvent-être atteints avec les eurobonds si la gouvernance et surtout la qualité de l’exécution des projets ne s’améliorent pas, la réponse est non, avec un risque accru d’une nouvelle dépendance envers des créanciers qui, à la première manifestation de l’opposition togolaise, vendront leurs obligations à ceux qui disposent de pouvoir de coercition sur les Etats africains. Certaines entreprises multinationales peuvent même considérer cet état de fait comme une nouvelle stratégie pour pénétrer de « force » un marché togolais peu transparent et s’accaparer des pans entiers de l’économie togolaise, comme cela fut le cas pour la Grèce, membre de l’Union européenne.

4. UN DÉFAUT DE REMBOURSEMENT RISQUE D’ÊTRE PAYÉ PAR LES TAXES SUR LES POPULATIONS
Les conditions de surveillance associées aux financements des budgétaires des Etats par de nombreuses institutions publiques internationales sont souvent assorties de délai de remboursement plutôt court avec des injonctions mettant en cause la souveraineté des Etats. Les plafonds d’endettement étant atteints au Togo (70 % du PIB – richesse nationale), il fallait trouver d’autres alternatives plus risquées. Le développement pour lequel tous ces prêts sont effectués pourraient n’être qu’un prétexte pour des détournements structurels importants dont profitent les entreprises nationaux et internationaux et en définitive l’Etat lui-même. Un simple audit aurait permis de comprendre le manque d’efficacité de la gouvernance publique avec de nombreux projets sans avantages et bénéfices pour les populations. L’état déplorable de l’Hôpital Sylvanus Olympio dans la capitale togolaise suffit pour se faire une idée des arbitrages pro-oligarchie au pouvoir qui se font au Togo.

Si les projets proposés par le Gouvernement togolais ne remplissent ni les missions de rentabilité économique, ni de rentabilité sociale encore moins environnementale, alors il y aura véritablement une mal-gouvernance qui pourrait finir par générer des divergences d’arbitrages politiques sérieux. Les conséquences pourraient, paradoxalement, retomber sur les responsables politiques togolais eux-mêmes.

Le Togo a légèrement réduit sa dette publique sans qu’il y ait nécessairement une bonne gestion des finances publiques. La dette du gouvernement est passée de 74,6 % du PIB à 70,4 % du PIB en 2019 avec des estimations autour de 65,8 % en 2020. Mais le retour sur investissements des projets au Togo n’est pas encore au rendez-vous. Les populations ne peuvent considérer comme un succès, ce qui ne leurs profitent pas. Les taxes ne font d’augmenter sans contreparties en termes d’infrastructures de bien-être pour les citoyens de ce pays ! YEA.

18 juillet 2019.

Dr Yves Ekoué AMAÏZO, PhD, MBA

Directeur Afrocentricity Think Tank

www.afrocentricity.info

© Afrocentricity Think Tank

Écouter l’interview du Dr Yves Ekoué AMAÏZO auprès d’ Africa 24 TV. Le journal de l’économie du Vendredi 19 juillet 2019.



Autres titres
Afrique «?Les 13 milliards de dollars investis par la Banque africaine de développement en Afrique australe donnent de solides résultats. » 
Bénin Mise aux normes des plantations de mangues: Gaston Cossi DOSSOUHOUI réalise un vœu cher au Président Patrice TALON 
Afrique L’inclusion financière est un facteur essentiel de réduction de la pauvreté et de promotion de la prospérité 
Plus de nouvelles




 20   montogo | Mardi, 30 Juillet 2019
  Réponse à 12-GNAROU
  pour que les togolais fasse comme les ethiopiens... il faut que votre vaurien arrete ses tourisme a travers le monde.
lancien premier ministre ethiopien a reussi parce que lui meme est responsable .
il ne faisait pas de gaspillage tout comme kagame actuelement.

avec votre prince qui ne sais que courir a travers le monde a la recherche de quoi on ne sait pas ..... personnelement je ne vais pas massocier a un rachat de bond qui serviront a entretenir les maitresses.

 19   agat | Mardi, 30 Juillet 2019
  Réponse à 3-GNAROU
  mon frere ma soeur on ne doit pas se comparer au derniers.

en le faisant cela veut dire dire que vous savez pertinement que vous ne valez rien et surtout vous ne voulez pas progresser non plus. ca cest grave pour un pays qui se respecte.

la coruption est mauvaise partout donc plutot que de ce comparer a cotonou ; abidjan; yaoude.....comparez vous au danemark ou a la finlande la on sait vous avez lintention de faire mieux.

 18   akansa | Mardi, 30 Juillet 2019
  Réponse à 15-Kossi
  toi tu raconte quoi au juste? qui a ecarte qui? avec ses idees tu pense faire mieux que ceux qui sont au pouvoir?
arretez ces conneries mon frere.

 17   agat | Mardi, 30 Juillet 2019
  Réponse à 1-GNAROU
  mme ou mr Gnarou copie colle oui mais condition que cette copie marche. autrement ce nest pas parce que la france ou la cote divoire ont emprinter pour payer leur dette que le togo va le faire betement. il faut voir les conditions de chacun.

donc une dette impayer en france a ses conditions et causes qui sont differentes de celle du togo.

 16   fantasmagoric | Mardi, 23 Juillet 2019
  Réponse à 15-Kossi
  Continuez votre vocifération âme damnée !

L'essentiel est ailleurs !

 15   Kossi | Mardi, 23 Juillet 2019
  Réponse à 14-fantasmagoric
  @fantasmagoric pauvre taré

Je ne devais même pas te répondre car tu est inconséquent et n'a aucun argument à m'opposer car les faits sont têtus. Je ne sais même pas de quel bord tu es mais je vois tes limites. Construire un pays c'est d'abord la conscience collective, l'unité nationale et la fraternité . Malheureusement dans certains pays d'Afrique, pour la conservation du pouvoir ,certains groupes préfèrent utiliser la violence contre ceux avec qui ils sont censé vivre les mains dans la mains pour amener leur pays vers le développement.
Il y a malheureusement sur ce continent beaucoup trot d'idiots comme "fantasmagoric" qui n'ont rien dans la tête et grâce à eux , l'Afrique est connue dans le monde comme le continent le plus misérable et remplie de groupes qui préfèrent s'entretuer comme des animaux en cage.

 14   fantasmagoric | Mardi, 23 Juillet 2019
  Réponse à 13-Kossi
  Doit on continuer à prêter attention à quelqu'un qui a la diarrhée et qui manque de mots pour ses maux?

Vous voulez faire la guerre pour le pouvoir?Commencez d'abord par aller combattre le jihadisme tentaculaire dans la sous région, la CEDEAO vient de lancer un appel ou bien on veut seulement faire "garçon " au Togo?

Pathétiques compatriotes ! !!

 13   Kossi | Lundi, 22 Juillet 2019
  Réponse à 11-fantasmagoric
  Vous ne pouvez pas tromper tout le monde . Si vous pensez que tous les Togolais originaires du sud sont tous des idiots, des faibles et des corrompus de bas étage alors vous vous trompez lourdement. Nous connaissons tous les quelques corrompus soumis sans aucun pouvoir qui sont vos marionnettes et qui préfèrent l'ombre à la proie que vous mettez en premier plan dans vos gouvernements et administrations d'imcopetents pour duper les étrangers sur les vrais tenants du pouvoir au Togo. Un jour , le réveil sera difficile et douloureux comme au Burundi dans laquelle les Tutsis se croyaient invincibles en monopolisant le pouvoir par la violence et la corruption au détriment des Hutus pourtant très majoritaires. Pendant 50 ans , vous nous avez considéré comme des ennemis et non des frères que vous n'avez d'ailleurs pas hésité à massacrer en 2005 pour conserver le pouvoir. L'armée Togolaise qui est la clé de voûte de cette dictature tribale est peut-être composée à 80 % de Guin-Ewes-watchi-Mina ?

 12   GNAROU | Lundi, 22 Juillet 2019
  Réponse à 10-Kossi
  Je suis parfaitement d'accord avec toi !!

Dans ce cas qu'il fasse de la politique !
Prendre une posture d'economiste pour assouvir ses ambitions politiques est une manipulation !

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.

 11   fantasmagoric | Lundi, 22 Juillet 2019
  Réponse à 10-Kossi
  Amaizo a toujours été louvoyeur et ventriloque. Il exalte l'animosité chez les paresseux intellectuels, des gens qui ont encouragé l'incivisme au travail viennent pérorer Économie. Paradoxe!!!

Voudriez-vous dire quelle ethnie écartée de la gestion du pays? Avez-vous remarqué la composition des institutions de la République?

Vous aimez trop inventer dans ce coin d'Afrique.

 10   Kossi | Lundi, 22 Juillet 2019
  Réponse à 9-GNAROU
  Le Dr Amaizo a parfaitement raison . Quand on veut conserver le pouvoir par les armes et par pur régionalisme , il ne faut s'étonner que certains membres des ethnies écartés par la violence de la gestion du pays et dont ils sont pourtant majoritaites refusent de travailler avec leurs bourreaux . Si le groupuscule armé qui dirige le Togo veut la paix, l'unité nationale et le patriotisme économique, ces membres doivent laisser de côté la violence , la corruption et le tribalisme et organiser des élections transparentes et justes et tendre la main à l'opposition pour une réconciliation nationale .

S'entêter dans cette posture, c'est condamner les générations futures à subir les rencoeurs engrangés depuis 50 ans par ceux qui sont quotidiennement humiliés comme des étrangers dans leur propre pays .

 9   GNAROU | Lundi, 22 Juillet 2019
  Réponse à 6-Lucrece
  Tu as parfaitement compris la subtilité de l'aide au developpement qui en fait concours à nous assujettir à jamais !

L'exemple le plus edifiant aussi est le barrage du millenaire en Ethiopie .
Pourquoi les puissances etrangeres ont refusé de financer ce barrage et comment malgré ce boykott financier l'Ethiopie est parvenu quand meme à executer l'ouvrage ?
Tous les etiopiens ont acheté les bonds d'Etat pour le faire !!

La lecon de ce boykott est que tous les pays africains peuvent eux-memes lever des fonds sur le plan local et financer le develeppement .

Encore faut-il rejetter cette democratie à l'occidentale qui ne fait que nous diviser au profit du Blanc !!

Le Dr AMAIZO et autres loubards politiques ne manqueront aucune occasion pour cracher sur leur pays .
Tant que ce ne sont pas eux qui sont au pouvoir ....Alors tout ce que les autres font est mauvais.
Un antipatrotisme notoire à denoncer ici !!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.

 8   Kozah Nostra | Lundi, 22 Juillet 2019
  Réponse à 3-GNAROU
  GNAROU est un bitosard, un esclave des analphabètes GNASSINGBE. Il a besoin de défendre l'indéfendable pour avoir sa pitance de 2000 FCFA (Francs des colonies) par jour!!! Comprenez-le.
La peine de mort doit être appliquée pour tous ces dirigeants africains anti-patriotiques qui n'aiment pas redistribuer équitablement les richesses de leurs pays respectifs!!!

 7   Ahannn | Dimanche, 21 Juillet 2019
  Réponse à 6-Lucrece
  Vous êtes foutus. Ça n'a jamais été intelligent de mettre de la peinture sur du caca.

 6   Lucrece | Dimanche, 21 Juillet 2019
  Réponse à 3-GNAROU
  Merci cher GNAROU pour cette réponse bien édifiante.

<<De meme, la Chine envoie ses societés pour executer les travaux qu'elle finance en Afrique !

La main qui donne est au dessus de celle qui recoit ! >>
Ce qui précède est un véritable subtilité financière des puissances étrangères pour nous assujettir à perpétuité. Il faut l'Afrique finance au maxi ses propres projets de développement.

 5   Yovovi | Dimanche, 21 Juillet 2019
  Réponse à 3-GNAROU
  Mon frère Gnarou, quand on ne maîtrise pas un domaine, on boucle la gueule.
Tu racontes des bobards, ferme la.

 4   Fraude | Dimanche, 21 Juillet 2019
  N1 ,N2 trouvez vous un w digne de ce mom.Le Togo est le pays le plus corrompu au Monde avec a sa tete un sanguine et coureur de jupons.

 3   GNAROU | Dimanche, 21 Juillet 2019
  Réponse à 2-Lucrece
  1 - D'abord la corruption n'est pas plus elevée au Togo qu'au Benin ou en cote d'ivoire.
2- la plupart des prets sont assortis de conditionnalités que l'emprunteur doit respecter !!
Ce n'est pas pour rien qu'il y avait des societés comme SATOM ou SOGEA pour executer les travaux que l'UE ou la france financaient !

De meme, la Chine envoie ses societés pour executer les travaux qu'elle finance en Afrique !

La main qui donne est au dessus de celle qui recoit !

Mon cher ami, le probleme de nos pays reste le manque de nationalisme et de patriotisme.
Nous allons dans des pays solliciter des sommes d'argent que nous possedons dejà !

Au togo nous avons des societés de travaux publics qui peuvent s'entendre et lever des fonds pour faire face aux besoins de l'Etat en matiere d'execution des travaux .
Le probleme est que ceux qui nous dirigent ne croient même pas en leur propre politique et donc preferent mettre leur argent de coté ( à l'etranger ) et tout faire avec des fonds etrangers !!

Mais l'Etat est une personne morale. Il a ses propres problemes comme vous et moi.
Les foyers privés ( familles ) refinancent leurs dettes en empruntant à des taux d'interets plus bas pour financer ou éponger des dettes anciennes qui etaient contractées à des taux plus elevés .

En ce moment en Europe la dette est moins cher. Donc tous les Etats essayent d'avoir des taux plus bas en europe que de lever des fond dans l'espace UMEOA à des taux plus elevés.
C'est ce qu'essaye de faire le pays.

Cela n'a rien à faire avec une quelconque mal gouvernance.

Refinancer la dette est une technique. Cela n'a rien à faire avec une mauvaise gouvernance. C'est une opportunité qu'offre le marché ....

 2   Lucrece | Dimanche, 21 Juillet 2019
  Réponse à 1-GNAROU
  Je crois que la problématique que pose Dr Amaizo dans cet article est simple et irréfragable: le Togo a un problème systémique de gouvernance!
Pour ma part, même s'il paraît un peu partisan, il y a beaucoup d'objectivité dans cet article.
Il faut que le gouvernement togolais mette sérieusement en place, un plan national de lutte contre la corruption à toute les niveaux.
Aussi, faut-il réduire ou mieux arrêter d'attribuer les grands projets à coût de milliards aux entreprises étrangères; cela crée des fuites de capitaux. Par exemple si l'état togolais fait un emprunt de 30 milliards de francs CFA pour la construction d'une route ou d'un édifice et attribue le marché à une entreprise chinoise, ce n'est pas du tout judicieux car 80% de ces fonds seront transférés vers la Chine!
Il y a la connaissance et la main d'oeuvres au Togo pour réaliser tous nos grands travaux! D'ailleurs, la plupart des routes que les entreprises chinoises nous construisent sont mal faites, croyez-moi.

 1   GNAROU | Dimanche, 21 Juillet 2019
  Une analyse économique du pays teintée de manipulations politiques partisanes clairement affichées !!!

Des intellectuels manipulateurs .

Pour ta gouverne Dr AMAIZO, la france emprunte chaque semaine sur le marché international 5 milliards d'euro pour payer sa dette interieure !

En Afrique, avant le Togo, la Cote d'ivoire de l'economiste WATARRA l'a fait ! Sans oublier le Benin et le Ghana !!

Ma douleur est d'autant plus grande quand nos intellectuels melangent connaissances et peurs pour manipuler nos populations.

On ne prete qu'aux riches ! C'est connu de tous .
Alors , si l'operation reussit il s'agira d'une marque de confiance que les financiers et banquiers internationaux ont en la signature du pays et de ses dirigeants !!!
On peint tout en noir parce qu'on est " opposant" en oubliant qu'on est TOGOLAIS avant tout !

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com