AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Pénurie de sang : « Le problème est assez sérieux » selon Dr Nadjir Liza


Sante

iciLome | | 6 Commentaires |Imprimer

Invité à la conférence de presse organisée par l’Union de la presse francophone session Togo (UPF TOGO) hier mardi à Lomé pour convier les professionnels des médias à une opération baptisée « Mon sang pour une vie » le 3 août prochain, Dr Nadjir Liza, Médecin biologiste au Centre national de transfusion sanguine (CNTS) tire encore une fois la sonnet d’alarme.

"> Video

Intervenant au cours de la conférence de presse, la biologiste a salué l’initiative entrepris par l’UPF-Togo car selon elle, l’un des premiers maillons de la chaîne transfusionnelle est la communication.

« C’est une très belle initiative dans ce sens que l’un des premiers maillons de la chaîne transfusionnelle est la communication donc la sensibilisation des populations. A travers la communication, on peut inviter les gens, améliorer un tant soit peu la disponibilité des poches de sang et sauver plus des vies », a déclaré Dr Nadjir Liza, Médecin biologiste et chef service production au CNTS de Lomé.

Pour elle, les journalistes peuvent apporter énormément parce qu’ils sont un grand relais d’information. « Lorsque la population est sensibilisée sur le besoin qu'il y a autour des poches, nous aurons forcément plus de donneur et par conséquent le problème serait réglé », a souligné Dr Nadjir.

Le problème est assez sérieux, a-t-elle poursuivi. « Nous estimons les besoins annuels en poches de sang à 70 000 par an et là, nous nous retrouvons à 50 000 lorsqu’on associe les poches collectés par le Centre national de transfusion sanguine et le centre régional de transfusion sanguine de Sokodé et donc nous avons un déficit d’environ 25 000 », a-t-elle indiqué.

S’agissant des conditions à remplir pour faire une opération de don de sang, la chef service de production au CNTS à Lomé indique que toute personne en bonne santé apparente peut donner son sang. Il y a des critères d’éligibilité dont l’âge qui doit être compris entre 18 et 60 ans, un poids qui doit être supérieur à 50 kilos et ne pas avoir une maladie chronique connue comme la drépanocytose, le diabète, l’hypertension et autres.

Aussi, a-t-elle précisé que les personnes qui ont été déjà une fois dans leur vie transfusées ne sont pas éligibles pour faire un don de sang.

Afin de pallier au problème de pénurie de sang, après l’opération « Mon sang pour une vie » prévue pour le 3 août prochain, l’Union de la presse francophone session Togo (UPF-Togo) entend lancer dans les mois qui suivront une campagne baptisée « 100 000 poches de sang pour le Togo » et ainsi parvenir à l’autosuffisance, en ce qui concerne les besoins en poche de sang.



Autres titres
Bénin Campagne de don de sang: l'administration et les services publics montrent l'exemple 
Niger Lutte contre le paludisme: pulvérisation d’insecticide dans les quartiers 
Togo Saisie de 67 tonnes de médicaments contrefaits 
Plus de nouvelles




 6   le regard | Vendredi, 26 Juillet 2019
  Les questions qui méritent d'être posées sont les suivantes:
" comment vous gérez le ficher des donneurs universelles de sang de qualité?"
"Quelle assistance de suivie médicale périodique accordées aux donneurs de sang?"
"Est-ce que les donneurs de sang de qualité font partie intégrante de votre structure?"
"J'étais moi aussi donneur universel o+ (entre 2007 et 2013), est ce vous m'avez une seule fois appelé pour voir comment je me porte?


 5   Salut | Mardi, 23 Juillet 2019
  Liza, comment vas-tu? Ca fait plaisir t'entendre ta belle voix sur icilome.com. Avec the Social Media, nul ne peut se cacher dans ce monde de technologie avancee. Great comment by the way.

G.

 4   Sentinelle | Mardi, 23 Juillet 2019
  Tres belle initiative. L'autre chose qu'il faut ajouter et de faciliter l'accessibilite aux poches de sang pour les donneurs de sang et leur famille sur presentation de leur carte.

Multiplier aussi les equipes mobiles: aller vers les donneurs de sang et diversifier les endroits

 3   Abladjo | Mardi, 23 Juillet 2019
 

Les togolais ont peur que leur sang se retrouve sur des fétiches et autres salamalinque dans des pratiques ésothériques et sataniques réclamant du sang humain.

Tant que les soit disant autorités eux- meme se donnent a des pratiques sataniques avec access sans limite a la banque du sang, les citoyens ont peur d'y aller.

Il faut collecter le sang, le sécuriser contre la corruption et trouver des moyens surs pour l'acheminer vers les centres de soin selon le besoin. En Europe, il y a des sociétés sérieuses spécialisées dans le transit de sang et d'organes humains. Au Togo il faut prendre le zémidjan sous le soleil canniculaire pour aller acheter le sang pour son malade.

Comme a dit l'autre, vu que vous vendez le sang et ce n'est pas gratuit pour le malade, vous devez aussi rémunérer le donneur. Car la seule usine de sang qui existe au monde reste toujours le corps humain.

Dire que instaurer une assurance santé a toute une population est aussi facile que d'aller prendre du pain sans payer.






 2   CAP 2020 | Mardi, 23 Juillet 2019
  Qui donne? Et qui ne donne pas? Je parle de ceux qui sont saints

 1   GNAROU | Mardi, 23 Juillet 2019
  Quand on donne le sang , vous le donnez ou vous le vendez dans les hopitaux ???

Si vous le vendez, pourquoi ne pas l'acheter aupres des citoyens ??
Disons 5000f à chaque prelevement comme cela se fait dans certains laboratoires aux USA( 20 dollars ) !!

Cela aura un effet positif contre la propagation des maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA.
En effet pour continuer de gagner 5000f en donnant du sang, le citoyen ne va plus accepter de prendre le risque de se contaminer .

On aura ainsi des donneurs assidus et "professionnels "


Reflechissez-y !!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com