AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo « Bring Back Our Freedom » : La société civile se lève contre la modification de la "loi Bodjona"


Société

iciLome | | 5 Commentaires |Imprimer

Loi liberticide, restrictive, recul de la démocratie... les mots ne manquent pas aux organisations de la société civile pour dénoncer le vote et l'adoption des modifications apportées à la loi sur la liberté de réunion et de manifestations publiques pacifiques au Togo, le 7 août dernier. Voici la déclaration des organisations de la société civile.

DECLARATION COMMUNE DES ORGANISATIONS PARTIES PRENANTES DE L’INITIATIVE

Le 07 août 2019, l’Assemblée Nationale togolaise, réunie en session extraordinaire, a voté le projet de loi du gouvernement modifiant la loi du 16 mai 2011 sur la liberté de réunion et de manifestation publiques pacifiques au Togo, dite « loi Bodjona ». Cette modification est intervenue dans un contexte déjà assez critique, où des interdictions récurrentes, générales et absolues, sont prononcées contre toutes volontés de se réunir ou de manifester à quelque endroit du pays, par l’autorité publique. En effet, la nouvelle loi adoptée, consacre à bien des égards le recul de l’Etat de droit au Togo.

A bien analyser ladite loi ainsi que ses nouvelles dispositions, l’on peut affirmer sans risquer le démenti qu’elle est très restrictive, liberticide, rendant presque impossible l’exercice de ce droit. C’est l’exemple des articles 9 alinéas 1 et 2, qui imposent un seul itinéraire de manifestation et interdisent de façon absolue l’exercice de cette liberté à certains endroits du pays. C’est aussi le cas de l’article 17 de la nouvelle loi, qui impose une tranche horaire inadaptée à toute manifestation, rendant simplement la jouissance de ce droit impossible.

Et pourtant, la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques est garantie par notre Constitution en son article 30, mais aussi par les traités internationaux que le Togo a ratifiés. C’est l’exemple de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et bien d’autres, qui imposent à l’Etat partie de prendre les mesures visant à promouvoir le libre exercice de ce droit, non de le restreindre.

Et Même, si l’on est conscient de l’évolution du contexte sécuritaire dans la sous-région ouest africaine, la liberté de manifestation reste un ingrédient indispensable en démocratie et ne saurait être sacrifiée de façon aussi absolue.

Face à ce que l’on peut qualifier d’atteinte aux principes de l’Etat de droit, organisations de la société civile et mouvements citoyens, décident de manifester leur désapprobation vis-à-vis de la nouvelle loi, en lançant, ce 17 Septembre, l’initiative « Bring Back Our Freedeom » (ramenez-nous notre liberté en français).

« Bring Back Our Freedom » est d’abord un acte citoyen de désapprobation et de contestation de la nouvelle loi qui viole les droits fondamentaux de l’homme. C’est pourquoi :

« Bring Back Our Freedeom », pour que « Manifester » reste un acquis dans notre pays le Togo.

« Bring Back Our Freedom », pour que les restrictions faites à la liberté de manifestation soient levées

« Bring Back Our Freedom » pour une participation effective de toutes les couches de la population à la construction de notre héritage commun, Togo terre de nos aïeux

« Bring Back Our Freedom », campagne de plaidoyer, pour inviter nos autorités à se conformer aux standards internationaux et régionaux en matière de liberté de manifestation, et à tenir compte de la désapprobation des citoyens.

Fait à Lomé le 17 septembre 2019

Les organisations de la société civile : Réseau WATCH, CEJP, CGDPC, Mouvement NUBUEKE, CNSC, ESPERANCE POUR LE TOGO, ALG, UCJG, CTDDH, FCTD, CDFDH, SMPDD, , ROADDH, APED-TOGO, WATCH, GF2D, JOURNAL LE PANAFRICAIN, LIBERTE TV, FM LIBERTE



Autres titres
Maroc Economie et politique au menu des quotidiens marocains 
Sénégal L’acte 2 des retrouvailles Wade-Macky Sall à la Une de la presse sénégalaise 
Burkina-Faso Politique et société dominent la Une des quotidiens burkinabè 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 5   sen | Jeudi, 19 Septembre 2019
  Je ne saurais dire si cette actions pourra aboutir. Seuls un plaidoyer bien mené et des actions médiatiques et pragmatiques pour alerter les partenaires au développement peut amener les gouvernement à revoir sa position. Car certains ont un peu abusé de cette loi et en retour le gouvernement a monté la barre très haut pour parer à toute tentative d'expression de volonté contraire à la sienne.

 4   OSC se réveille en | Mercredi, 18 Septembre 2019
  Merci à vous que Dieu vous éclaire..

 3   Clement GAVI | Mercredi, 18 Septembre 2019
  « Bring Back Our Freedom », campagne de plaidoyer, pour inviter nos autorités à se conformer aux standards internationaux et régionaux en matière de liberté de manifestation, et à tenir compte de la désapprobation des citoyens.'

Comment une dictature sanglante et dynastique vieille de plus de cinquante ans peut-elle comprendre l'écart qu'elle est aux standards internationaux et régionaux en matière de liberté de manifestation, lorsqu'un tel régime est autoriser à présider au plan international une Institution telle que le Conseil de Sécurité de l'ONU?

Les standards sont des normes sociales, ils jouent le rôle de 'devoir-être' dans la société, c'est à dire, ils sont cela vers quoi, les hommes de la société doivent tendre, en dépit de leurs statuts d'être passionnés. Lorsqu'une dictature est autorisée à présider le Conseil de Sécurité de l'ONU, cet acte n'opte pas vers les standards internationaux et régionaux en matière de liberté. Il sème la confusion. La dictature ne voit pas ce qu'elle est, puisqu'au plan international, il est autorisé à ordonner. Et en dernière conséquence, les peuples souffrent des régimes dictatoriaux. C'est le cas du Togo.

 2   Comptage | Mercredi, 18 Septembre 2019
  Merci chers compatriotes pour cette unité d'action et surtout pour l'initiative. Que cela ne soit pas la dernière.

Vive le Togo libre.

 1   Comptage | Mercredi, 18 Septembre 2019
  Peuple Togolais, lève-toi comme un seul Homme.

4ème MANDAT = REVOLUTION
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com