AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Préfecture de l'Ogou : HCRRUN au secours de Houdou, Kabyé et Losso à Djéréhouyé


Société

iciLome | | 3 Commentaires |Imprimer

Entre les communautés Houdou, Kabyé et Losso à Djéréhouyé (dans la préfecture de l’Ogou) le vivre-ensemble est difficile. Le Haut-Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) s’y invite.

Le HCCRUN est décidé à contribuer à régler le conflit qui remet en cause le brassage socioculturel dans cette partie du Togo à cause de litige foncier et de problème de chefferie traditionnelle. Le samedi dernier à Djéréhouyé, l’institution a lancé une cérémonie officielle de recherche de solution. Elle va écouter d’abord les protagonistes et ensuite proposer des réparations communautaires, notamment la concrétisation de projets d’intérêt commun.

« Nous savons que les conflits de Djéréhouyé, c’est entre Handou-Kabyè et Losso. Ils sont opposés en conflits intercommunautaires, inter-ethniques sur le plan du foncier et sur l’exploitation de la carrière et sur d’autres considérations notamment le marché. Nous allons discuter avec eux et après on leur demandera de nous dire ce qu’on peut les aider à faire eux-mêmes qui soit fédérateur », souligne Awa Nana-Daboya, la Présidente du HCRRUN.

Les mésententes entre ces trois communautés pourraient être réglées par la reconstruction du marché, l’apaisement inter-ethnique, une solution pragmatique à la problématique de la chefferie.

L’Ecole primaire publique (EPP) Kemchata de Djéréhouyé serait réhabilité. « Vous avez expliqué que le toit du seul grand bâtiment de votre école s’effondre petit à petit. Le HCRRUN a pris acte. Ensemble avec vous et sous la bienveillance de Dieu, votre école aura bientôt un nouveau visage », promet Mme Nana-Daboya.

Les réparations communautaires font partie des solutions souhaitées par la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR). Son premier responsable Monseigneur Nicodème Barrigah-Benissan, présent au lancement de ladite cérémonie, insiste, lui, sur le fait que « quand un peuple a connu des violences et des crises assez profondes, ce ne sont pas seulement les individus qui sont affectés, il y a également les communautés qui sont déchirées. D’où l’utilité de ce volet ».

A.H.



Autres titres
Afrique Daraja HAÏDARA du Mali remporte le Grand Prix des Africa 3535 2019 
Afrique de l'Ouest Migrants décédés au large de la Mauritanie: 13 sénégalais parmi les victimes 
Niger Accidents: 900 morts enregistrés sur les routes nigériennes 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 3   sen | Mardi, 19 Novembre 2019
  Quels sont ces propos va-t-en guerre qui ne font qu'exacerber les tensions? Toi là ou tu es c'est zone d'origine. Le phénomène de migration remonte à des temps anciens. Il faut juste de la tolérance, de la compréhension entre les ethnies et groupes communautaires. Plus de justice là ou règne l'injustice pourra calmer les tensions des uns et des autres. Il faut des actes forts pour contenter les esprits.

 2   Blo | Lundi, 18 Novembre 2019
  Chaque groupe ethnique doit retourner dans leur lieux d origine

 1   Losso | Lundi, 18 Novembre 2019
  Ou se gnarou le fils losso pour rapatrier ses freres losso a Sotoboua?
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com