AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Les paysans toujours misérables malgré les nombreux financements dans l’agriculture


Société

iciLome | | 3 Commentaires |Imprimer

L’agriculture est l’un des secteurs qui reçoit plus de financements de la part des bailleurs de fonds et autres partenaires en développement du pays. Plusieurs projets, notamment le PPAO, le PASA, le PNIASA et tout récemment le MIFA par les pouvoirs publics sont élaborés pour permettre le développement du secteur et l’épanouissement du paysan togolais. Mais ce dernier vit toujours le drame, avec des conditions de vie misérable. Que faire donc ?

La Plateforme nationale de la Convergence des luttes pour la terre et l’eau semble détenir la réponse. Elle rassemble du 26 au 27 novembre prochains les organisations de la société civile, les producteurs et les organisations paysannes et l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur du secteur agricole dans un Forum Social des Paysans.

« Malgré les investissements massifs que le gouvernement mobilise dans l'agriculture, le secteur ne contribue pas suffisamment à l'amélioration des conditions de vie des paysans », a indiqué Kossi Toussaint Aziamagnon, point focal de cette plateforme.

Au cours de ce forum, il sera question de scruter ces nombreux investissements dans le secteur, voir comment sont gérés ces fonds et l’utilisation qu’en font les bénéficiaires que sont les producteurs.

« Il est important que la société civile, les producteurs et autres acteurs puissent se réunir pour apprécier les actions que mènent les gouvernants avec pour objectif de révolutionner le secteur et parviennent à faire des propositions de solutions alternatives. Notamment, que la société civile aussi apporte sa contribution aux initiatives en cours dans le secteur agricole et en faveur du paysan », a souligné Kossi Toussaint Aziamagnon.



Autres titres
Afrique Daraja HAÏDARA du Mali remporte le Grand Prix des Africa 3535 2019 
Afrique de l'Ouest Migrants décédés au large de la Mauritanie: 13 sénégalais parmi les victimes 
Niger Accidents: 900 morts enregistrés sur les routes nigériennes 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 3   Joe | Mardi, 19 Novembre 2019
  Réponse à 2-Yodi Banny
  Merci mon cher Yodi.
Je te dis que je suis aussi dans le domaine, Ingenieur Expert, mais cela me frustre et me fait trop mal les agissements dans le domaine. Je fais de meme comme toi en parlant aux producteurs de ne rien attendre du projet mais en leur donnant des ouvertures et des pistes de ce qu'ils peuvent produire pour avoir de l'argent en se rapprochant des demandes du marché. Malheureusement, ils ont besoin de l'assistance de cadres honnetes, compétents, et experimentés pour les suivre pour les remettre sur la bonne trajectoire.
Mais quand le monde rural se depleuple de ses jeunes, je pense que c'est un signal qu'envoie ce monde aux dirigeants...

 2   Yodi Banny | Mardi, 19 Novembre 2019
  Réponse à 1-Joe
  Mon cher frère, je te livre mon expérience personnelle, je suis de cette sphère. Je n'en dirai pas plus. Au cours d'une conférence à Abidjan dans le cadre de la promotion de l'agriculture dans l'espace cedeao, j'ai appelé en aparté un des leader des paysans de cet espace économique et lui a confié ce qui suit :"mon cher ami, va dire à tes collègues paysans de ne rien attendre de tout ce qu'on dit ici. Tous ces gens, blancs et noirs, en costume cravate que tu vois ici, sont plus soucieux de la pérennité de leurs institutions que de votre sort. S'ils font ce qu'ils disent cela voudra dire qu'ils travaillent à leur propre disparition ". En réalité je lui confiais un secret qui me concernait moi-même. La seule chance que les paysans ont pour s'en sortir c'est leur solide union pour s'entraider entre eux. On se développe on ne développe pas quelqu'un. Toutes les dotations pour la promotion de l'agriculture passent dans le maintien des structures agricoles. C'est la pyramide inversée, c'est-à-dire qu'une infime partie va aux projets pour lesquels ces dotations sont destinées.
Dans la vie il faut éviter l'attentisme. Si vous avez un projet commencez en vous disant que vous allez le terminer seul. Si au cours de la mise en œuvre vous avez de l'aide ce ne sera qu'un plus pour vous. Si vous attendez de l'aide avant de commencer, vous ne commencerez jamais. C'est une leçon de vie.

 1   Joe | Mardi, 19 Novembre 2019
  du saupoudrage ou figuration aupres des producteurs agricoles. Des projets et gens se pavannent allègrement dans le milieu rural juste pour empocher leur per diem sans aucun souci pour la situation des producteurs.
Des milliards sont sans cesse empochés sans fournir le moindre puits aux producteurs pour avoir de l'eau potable
Pitié, Pitié, Pitié!!!!!!!!
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com