AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Présidentielle 2020/Révision des listes électorales : Le RPT/UNIR n’a pas renoncé à la pagaille


Politique

Lalternative-togo.com | | 7 Commentaires |Imprimer

Le clan au pouvoir n’est visiblement pas près de lâcher. C’est un secret de Polichinelle. Les institutions qui interviennent dans l’organisation des élections au Togo sont toutes verrouillées. Malgré les appels à une organisation consensuelle du processus électoral, le système cinquantenaire, accroché à son projet de conservation à tout prix du pouvoir, continue seul le processus, faisant fi des textes que lui-même a modelés à sa façon et qui demandent la recomposition de la Cour constitutionnelle.

Au lieu d’un recensement électoral voulu par les formations politiques de l’opposition et des organisations de la société civile, le régime RPT/UNIR a organisé trois jours de révision des listes électorales. Une opération qui laisse à désirer.

Dimanche, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a prorogé de 24 heures cette révision des listes électorales. Ce qui participe à la propagande du régime qui tente de montrer aux yeux de l’opinion nationale et internationale qu’il veut bien faire les choses. Mais la comédie est assez connue des Togolais, surtout ceux qui sont en âge de voter et qui ont eu toutes les difficultés à se faire enrôler pendant ces quatre (04) jours.

En effet, l’opération de révision des listes électorales organisée les 29, 30 novembre et 1er et 2 décembre 2019 n’a rien à envier à celle organisée en mai dernier. Une fois encore, tout est préparé de sorte que les populations, surtout celles qui n’ont pas pu se faire enregistrer, ne puissent le faire. Retard dans l’acheminement des kits, matériels en panne, lenteur dans l’enregistrement des électeurs sont les anomalies observées lors de cette opération. Nombreux sont ceux qui ont passé toute une journée dans les CRV sans se faire enregistrer. Dans certains centres, le groupe électrogène qui devrait faire fonctionner les machines, n’a pu être mis en marche durant les trois jours. Ce qui fait que les populations ont fait des va-et-vient entre leur maison et les CRV.

Dans certaines localités, pour décourager les populations à aller se faire enrôler, on a éloigné les CRV. Ainsi, les gens (ceux qui sont téméraires) font des kilomètres avant de rallier ces centres. Ne pouvant pas faire cette distance, nombreux sont ceux qui abandonnent.

« Le choix opéré par le gouvernement et la CENI a pour conséquence l’éloignement des CRV des populations à l’instar de Botokou dans Wawa 1 où le candidat à la révision doit parcourir 14km pour atteindre le CRV le plus proche. Dans le CRV de l’EPP Dikamé dans Agoé 4, sur environs 500 candidats à la révision, seule une centaine ont pu faire l’opération du fait qu’il n’y ait qu’un seul kit dans ce centre. Dans le CRV EPP Bè-Kpota Atchantimé, le groupe électrogène n’a jamais fonctionné pendant les 3 jours, obligeant les populations à retourner à la maison. D’autres exemples sont légion dans tout le pays », a constaté le Centre de promotion de l’Etat de droit et de la gouvernance équitable (CEPREDGE).

Dans plusieurs localités, la révision n’a commencé que samedi ou dimanche. Et donc, ces localités n’ont fait que deux ou trois jours d’opération. Beaucoup n’ont pas pu se faire enregistrer. D’ailleurs, cette révision des listes électorales, peu importe la manière dans laquelle elle s’est déroulée, ne résout pas le problème de fichier électoral corrompu avec lequel la CENI persiste à organiser cette présidentielle.

Quoi que disent les « perroquets du régime », le fichier électoral togolais est corrompu et n’augure pas d’une élection transparente, équitable et acceptée par tous. En fait, le RPT/UNIR n’a pas renoncé à la pagaille qu’il a entreprise depuis décembre 2018. La présidentielle en sera encore victime.



Autres titres
Côte D'Ivoire Moussa Sanogo décline ses priorités 2020 pour la bonne tenue des finances publiques 
Togo Présidentielle 2020 : Deux dossiers jugés irrecevables 
Togo Chronique de Kodjo Epou : Y a-t-il à bord un CHEF pour faire cesser la chasse aux Kotokoli? 
Plus de nouvelles




 7   Clement GAVI | Lundi, 9 Décembre 2019
  'Le clan au pouvoir n'est visiblement pas près de lâcher.'

Le clan au pouvoir au Togo, est une conviction soigneusement conçue et délibérément mise en oeuvre. Il est le prolongement des principes qui ont déterminé l'esclavage et la colonisation. Ce sont ces mêmes principes recyclés qui constituent la base de ce régime. Ce clan, c'est le régime au Togo, mais aussi les intérêts qui sont autour.

La Française Ségolène Royal, le Français Manuel Valls, le Belge Louis Michel, le Britannique Tony Blair, etc forment le clan au pouvoir au Togo.

Pacôme Adjourouvi, 4e vice président de l'assemblée nationale au Togo était en France l'adjoint à la Marie d'Evry une ville au sud de Paris dans l'Essonne dirigée à l'époque par Manuel Valls. Il est du parti socialiste Français comme Ségolène Royal, Manuel Valls, entre eux ils s'appellent 'camarade'.

Le régime qui terrorise le peuple Togolais depuis au moins 53 ans, est la manifestation pratique d'un monde entre les mains du diable. Des peuples sont sacrifiés.

 6   Paixdedieu | Dimanche, 8 Décembre 2019
  Mais enfin, soyons sérieux et conséquents envers nous mêmes. Le pouvoir dictatorial vient de boucler sa prétendue révision électorale pour soit disant apprêter définitivement le fichier électoral hautement corrompu pour l'élection présidentielle de 2020. Nous savions que la majeure partie des Togolais n'avaient pas de carte électorale avant cette révision électorale. La question est de savoir si cette donne a changé. Combien de Togolais ont pu se faire enregistrés et obtenir leurs cartes électorales. Nous savons aussi que toutes les autres réformes devant permettre une élection démocratique et transparente n'ont pas été mises en oeuvre puisque Mr Bawara estime que ces réformes ne sont pas nécessaires et que tout va bien au Togo. La question est de savoir si la défaite assurée de l'opposition à cette élection peut être contestée par les populations Togolaises dans un élan révolutionnaire permettant de renverser l'ordre des choses et de se donner justice. C'est maintenant qu'il faut répondre à cette question et agir tactiquement pour faire changer la dynamique des choses. La torpeur de tous en ce moment n'est pas une solution acceptable. Aux Togolais de juger et de prendre leurs responsabilités.

 5   sen | Dimanche, 8 Décembre 2019
  '' Au lieu d'un recensement électoral voulu par les formations politiques de l'opposition et des organisations de la société civile,'' . C'est parce qu'ils veulent que le gouvernement va se plier ou on doit respecter le code électorale. Il faut refuser cette mani d'offrir des cadeaux à l'opposition et comparses ce qu'ils veulent suite à leur caprices.

 4   AnCon | Samedi, 7 Décembre 2019
  Oohhh!! Excusez nous !!! On est en précampagne électorale pour le 22 février 2020 !!! on sera moins présent ici!!!!!!!
Du courage!!! continuer votre campagne de démobilisation de vos militants devant les écrans!!!

 3   Tanga | Samedi, 7 Décembre 2019
  Le chef de l' etat a t'il parle dans l'air? L'opposition doit monter au crenaux pour exiger la transparente des urnes
tout en donnant du temps aux esperts de faire leur travail a fond

 2   Clement GAVI | Samedi, 7 Décembre 2019
  'Présidentielle 2020/Révision des listes électorales : Le RPT/UNIR n'a pas renoncé à la pagaille'

Cette pagaille au Togo est le reflet d'un monde en pagaille. Ce régime qui terrorise le peuple Togolais depuis au moins 53 ans n'a t-il pas présidé le Conseil de Sécurité de l'ONU avec ses membres permanents et leurs droits de veto?
Ce régime qui fait toute cette pagaille trop souvent sanglantes, n'est-il pas le négociateur en chef des pays ACP choisi de commun accord par l'Union Européenne et l'organisation ACP (Afrique, Caraibe et Pacifique) dans le cadre de leur coopération?
La Française Ségolène Royal, le Chinois Jack Ma et la Banque Mondiale, pour ne citer qu'eux ne sont-ils pas ces 'perroquets du régime' qui cisèlent des louanges pour ce régime de terreur?

Le régime qui tue au Togo depuis 1967 et qui ruine dans certains pays Européens, est, en toute certitude, une institution terroriste. Un terrorisme institutionnel, une co-propriété terroriste qui n'a que faire de la douleur et de la souffrance qu'il représente au Togo et à son peuple. Il est pire que Boko Haram.

 1   Le Vrai Jay Bon Jeu | Samedi, 7 Décembre 2019
  Bizarre !! Bizare !!
c'est le Silence de cristal de Icilome...

Quelle Honte..
on venait de renvoyer...
Ouattara, President de la la Cote d'ivoire Vient d'Expulser Nathalie Yamb, parce que Nathalie yamb dans son discours de Sochie, a denonce' la France et sur notre C.F.A.
ETC ETC..

Allez sur Yoube.com et ecouter le discours de cette Brave Femme Nathalie Yamb.
on invite les Amazones Africaines a' se soulever !!!

-les Amazones telle la Kenyane SAWATI Gnongo
- la Togolaise Farida N.

Alors que ce Media de Icilome.com publie des ses pages le discours de Nathalie Yamb et laisser les togolais du RPT/ Unir...et ses memebres nous dire en quoi, Nathalie Yamb a failli..
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com