AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Bénin Violences faites aux femmes : Sensibilisation des jeunes apprenties à Allada


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer

Dans le cadre des 16 jours d’activisme se déroulant du 25 novembre au 10 décembre 2019, le réseau Wanep-Bénin a organisé plusieurs séances d’informations sur le phénomène des violences faites aux femmes à l’endroit des filles apprenties de la commune d’Allada dans le département de l’Atlantique.

Organisée à l’intention des jeunes filles apprenties et de leurs patrons, cette séance a été animée par Scholastique Bassa et Emilienne Asa Sègla. D’après elle, la séance entre dans le cadre des 16 jours d’activisme et a pour but de faire comprendre à cette cible ce que c’est que les Vff et quelles réactions avoir face à elles. « C’est de leur faire comprendre qu’il y a plusieurs sortes de violences (physique, économique, psychologique, sexuelle) afin qu’elles arrivent à identifier, elles-mêmes, quel genre de violence elles sont en train de subir. Comprendre ça et de savoir que désormais nous avons une loi au Bénin, la loi N°2011-26 du 09 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes, qui réprimande ces genres de violences », explique Scholastique Bassa.

Il s’agit également, selon les animatrices de Wanep, de faire comprendre à ces filles qu’il faut qu’elles aillent, selon le cas, vers les centres sociaux, commissariats, hôpitaux et Ong (s’occupant de cette thématique) pour se faire aider quand elles font face à ce genre de choses.La séance animée par Emilienne Asa Sègla et Scholastique Bassa a été bien accueillie par l’assistance. Plus qu’une simple séance d’informations à l’endroit des filles et de leurs patronnes, elle a été une séance d’échanges et de partage. « C’est vraiment une bonne chose qui a été faite aujourd’hui.», se réjouit Hortense Hounsounou, apprentie coiffeuse. Estelle Dogbo, apprentie couturière est aussi satisfaite de la séance. « Au cas où je serai témoin d’un mariage forcé, je pourrai dire à la victime de se rendre dans le commissariat puis au centre social le plus proche afin qu’on puisse l’aider », déclare-t-elle.

De leur côté, les patronnes sont aussi ravies de l’initiative du réseau Wanep-Bénin. « On doit sincèrement remercier Wanep-Bénin pour avoir organisé cette séance. Dans notre village ici, il y a beaucoup de violences faites aux femmes. Le mariage forcé des filles, ne pas laisser les filles faire tranquillement leur apprentissage… J’ai vécu ces situations plusieurs fois. Je ne savais pas avant vers qui me tourner. Prochainement, j’irai directement là où on peut en parler avec moi pour que la victime puisse avoir la paix et pour que ses souffrances cessent », a soutenu madame Eyiyè, patronne de Rufino’s Coiffure.



Autres titres
Togo Togo - « YôDokita » interdit d’activités 
Togo Togo - Encore du cannabis saisi par la marine togolaise 
Togo Togo - Des comités de gestion des plaintes installés par la CEET 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com