AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Chronique de Kodjo Epou : Y a-t-il à bord un CHEF pour faire cesser la chasse aux Kotokoli?


Politique

iciLome | | 40 Commentaires |Imprimer

C’est une réalité glaçante, au-delà de l’entendement humain, le traitement que subit l’ethnie Tem par les temps qui courent. Ces compatriotes du centre du pays sont partout traqués sur le territoire nationale. Le terme épuration ethnique n’est pas excessif. Une traque organisée, physique et psychologique, qui cache mal les mains de la hiérarchie militaire. Leur seul tort, lorsqu’on interroge, c’est d’être des Kotokoli. On les accuse à tort et à travers, tantôt de djihadisme, tantôt de parti enclin à l’insurrection. Les funestes inventions ne sont-elles pas la marque de toute dictature. Le quotidien de ces Kotokoli, à Tchaoudjo et dans l’Assoli, mais aussi dans les quartiers de forte concentration Tem (Zongo), dans nos préfectures, c’est un véritable calvaire fait d’enlèvements nocturnes, d’éprouvantes course-poursuite et d’horribles scènes de bastonnades. Les témoignages font froid dans le dos. Demain, l’on apprendra, stupéfait, que les mêmes victimes Tem, ont voté leur bourreau, avec un score brejnevien, pour son quatrième mandat. Ténébreux!

Par Kodjo Epou

Nul n’a besoin d’être un Tchagbelé, un Boukari, un Ouro ou un Djobo pour avoir le cœur brisé face aux exactions que vivent les Kotokoli. Faure Gnassingbé et son armée, peuvent-ils au moins prendre la peine d’expliquer aux Togolais les raisons réelles qui motivent ces intrusions intempestives des FAT dans des localités ciblées, celles où résident les Tem? Certains Kotokoli sont obligés d’aller, les soirs, dormir en brousse, de peur d’être cueillis chez eux, dans leur sommeil, par des éléments de notre armée nationale. Des exilés politiques à l’intérieur des frontières de leur propre pays. La plupart sont des jeunes. On impute ainsi à toute une ethnie de militer au PNP ou d’avoir des liens de parenté avec son leader Tikpi Atchadam. Et, pire, d’avoir des penchants djihadistes. Depuis quand nos frères musulmans togolais ont commencé à se radicaliser pour que, subitement, l’on découvre qu’ils constituent de potentiels menaces terroristes pour le pays?

Les Togolais sont assez intelligents pour ne pas pouvoir mesurer l’énormité de la fumisterie; personne ne gobe ces alibis farfelus qui correspondent plutôt au mode opératoire, à l’approche de chaque élection présidentielle, d’une dictature totalitaire surannée et exclusive. Déjà appauvris, sevrés du minimum vital dans leur région qui manque de tout et démunis de tout espoir d’un avenir meilleur, ces pauvres compatriotes sont en plus condamnés à fuir leurs domiciles; au total des innocents forcés de porter cette croix maléfique de l’extrémisme religieux et, dans la vallée de la mort, de se nourrir de racines sauvages et d’herbes crues, livrés à la merci de reptiles venimeux et d’insectes affreux. Leur condition est bien celle de citoyens envahis, pris en chasse, bannis, humiliés, celle d’êtres humains réduits à l’espèce animale sous prétexte d’un jihadisme imaginaire crée de toute pièce par un régime viscéralement tortionnaire qui continue de souiller allègrement notre sol. Cette situation inexplicable fait de ces jeunes Tem des vivants sans ressort accuses à tort, juste parce qu’on veut donner une crédibilité à la terreur qui a toujours constitue l’ADN de la monstrueuse politique de répression du régime.

Devant ces humiliantes guérillas orchestrées contre les Tem, que disent les cadres et élites de cette ethnie injustement frappée par une répression barbare? Omerta total, absolu ! « C’est leur problème » doivent-ils se dire ces Tem d'en haut car, pour elles, « tant que mon pain est sauf, je suis sain et le reste est sans importance ». Difficile à comprendre. Et même celui qui prétend être, selon son propre serment, le président de tous les Togolais, détourne le regard, n’ayant ses yeux que pour les arnaques à mettre en place dans le but de conserver le pouvoir. Notre président se mure dans un silence brut et violent, incapable de baser sa gouvernance sur le peuple, sur l’intérêt générale et sur des valeurs qui excluent la violente gratuite. Il nous dira, le 22 février, qu’il a remporté haut les mains la victoire à Sokodé, Kparatao, Bafilo et Kpalimé Zongo … Sans états d’âme et toute honte bue.

Seulement, lorsque de folles allégations circulent, en boucle, dans nos villes et campagnes, faisant état de ce que « ce sont les militaires kabyè qui violentent quotidiennement les Tem et violent leurs domiciles », ces allégations sont assez graves, suffisamment dangereuses pour faire l’objet d’une gestion diligente ou susciter une prompte réaction du chef de l’État en vue d’un arrêt immédiat des exactions et des interprétations qu’elles charrient. L’inaction du chef suprême des armées le culpabilise. Soit il est de connivence avec les militaires qui terrorisent ces populations ou alors, il ne contrôle rien. Dans les deux cas, sa responsabilité est engagée. Cette tension rampante entre ethnies voisines sont trop graves pour ne pas attirer l’attention. Le silence ne peut être du tout une option. Faure Gnassingbe abîme le Togo et les déchirures s’élargissent. Se contenter de dire que les descentes en pays Tem en question sont juste des patrouilles de routine donc, régulières, cela relève d’une ridicule campagne. Quel type de leader est celui-ci qui reste muet devant les situations qui mettent en danger la cohésion nationale?

Ailleurs, les mandats servent à quelque chose, à construire les ouvrages du futur. C’est différent au Togo, un pays gouverné dans le passé à coup de stupides promesses, de chimères: l’Hôpital de Référence Saint Pérégrin de Lomé, la ferme avicole moderne de Badja et toutes les premières pierres posées en fanfare, toujours sous terre, l’apprendront à leurs dépens. Au Gnassingbeland natal, la politique sociale marque le pas quand la violence politique prospère. Mais, parce que Faure Gnassingbé est venu au monde pour n’être que président, certains de ses concitoyens peuvent dormir à la belle étoile, même pas dans leur maison, en brousse, avec rats, varans et chauve-souris, exposés à tous les aléas de la nature qui dépouillent l’homme de tous les plaisirs de la vie. Quelle indignité! On n’en sortira jamais? Toutes ces années de gouvernance à la baïonnette, de révoltes mitraillées, de crises endeuillées, de descente en enfer, d’enfants assassinés, de commerces incendies, de mosquées vandalisées, brûlées, pour se retrouver, en 2020, face a quoi? A une forfaiture électorale comme celle dans laquelle sont engagés malfrats et neuneus?

La démocratie togolaise dégage une odeur de rance et le pays, pour détourner le danger qui rode, a besoin d’un commandant-en-chef qui sait/peut discipliner l’armée et engager son autorité personnelle sur les questions sensibles de la nation. A juger les choses par ce qu’on voit et entend, le Togo a, à sa tête, une autorité vendue au diable, périmée et éminemment incompétente, qui laisse son peuple cerné par des monstres habilles qui crachent des flammes et emportent des vies. Le Togo, on veut y croire, renaîtra de ses cendres. Tel le Phoenix. Quand et de quelle manière? Mystère et boule de shit. On sait, par contre, que le contrat social est un échec retentissant. A ce qu’il parait, être dans l’attente de ce jour où les Togolais pourront enfin vivre libres, c’est autant faire le pied de grue devant un cendrier ou une urne mortuaire. « Pleure, ô pays bien aime ». Quel gâchis!

Kodjo Epou

L'AUTEUR
Kodjo Epou
Washington DC
USA


Autres titres
Togo SURSAUT-TOGO/ Communiqué de presse de soutien aux journalistes interdits au Togo 
Sénégal 60 ans d'indépendance: juste une prise d’armes suivie de l’hymne national pour célébration 
Burkina-Faso Lutte contre le Covid-19: deuxième message du président du Faso à la Nation 
Plus de nouvelles




 40   IGNAROUS | Samedi, 18 Janvier 2020
  Le régime cruel et inhumain de Faure stigmatisé par monsieur Kodjo Epou indique tout simplement que ce régime est en agonie et qu'il est près de s'effondrer! Préparez-vous au chaos que cela va entraîner!

 39   Julie | Samedi, 18 Janvier 2020
  Réponse à 16-Pacôme
  "C'est réel, le Togo est devenu «l'enfant malade» de la Sous-région ouest-africaine. Un véritable calvaire pour nous, ses enfants du bas peuple. Le pays, non seulement est à la peine et a la traîne, il a totalement périclité. Son peuple, le punching ball de chair, de sang et beaucoup d'autres douleurs, livré en espèce faible à un clan, aux envies de sang d'une famille, telle une peuplade d'Iphigénie de troisième zone uniquement bonne au sacrifice. Mais il faut aussi le dire, nous ne sommes pas, nous Togolais, innocents de notre situation de nation en quasi-deshérence qui cherche en vain une figure de proue pour le relever et lui insuffler une âme de vie": Ceci est une introduction d'un article du meme auteur. Que de la vérité toute crue!
Que dit notre conseiller du prego, Pacome, de tous ces mots qui precedent? Vous faites partie de ces gens qui detruisent notre pays a cause de l'argent. Dieu vous voit, il vous jugera car, un jour, il fera jour. C'est inevitable. Merci Kodjo Epou qui a eu le courage de faire la Lumiere sur des souffrances de ces pauvres populations.

 38   Koffi | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 37-Mbao
  bla bla bla ... vivement une révolution!

 37   Mbao | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 36-Koffi
  C'est maintenant que tu as compris!!!!! Tu en as mis du temps mon frère. Ouf, enfin. Maintenant tu verras que tout sera plus facile pour toi. Mais on ira quand même aux élections c'est meilleur.

 36   Koffi | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 31-Mbao
  C est ce que je dis. Le Togo est un royaume et tu es un sujet de sa majesté Gnassingbe II. Pourquoi alors perdre le temps et l argent à faire des élections? Réponds.

 35   Goser | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 34-Atalolo
  Quand certains citoyens se procurent des armes ou semprenent à des forces de l'ordre de manière aussi violente que ce qui c'est passé ce mois d'août 2017 tu appelles ça comment de l'amitié!! Ces militaires qui ont été pris à tabac ce jour de manifestations qu'ont ils fait à part être des forces de sécurité..ils ont été bastonnés et ils n'ont même pas tirer un seul coup de feu! Et ceux la qui ont été égorgés sauvagement toujours dans la même ville et vous pensez que des mesures spéciales ne devraient pas être prises!!!
Ce tableau de villes chaotique nest pas vrais. Il ya une anormale présence militaire ce que je comprends vu la gravité de ce qui s'est passé dans cette région mais la vie bat sonnplien normalement le reste cest de l'intox ! !

Pendant les manifestations des gilets jaunes, imaginez que dans une même ville des policiers ou militaires sont tués sauvagement par les temps qui cours. Vous croyez que l'État réagirait comment? Il a suffit de quelques agressions au couteau dans les rues de Paris pour que lon déclenche "VIGI PIRATE" avec des légionnaires en plein Paris.

Toute mesure doit être prise pour éviter ne fusse qu'un semblant de déstabilisation.
VIVE NOS HOMME EN TENUES.

 34   Atalolo | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 15-Pacôme
  Monsieur,

Je suis désolé mais est-ce que vous vous lisez au moins?

Aviez-vous pris un temps pour lire le journal?

On ne nous dit pas dans le journal que les milices prennent d' assaut certaines régions/communes du Togo.

On nous apprend que pendent plusieurs mois, ces régions ou communes sont victimes de surveillance violentes organisées par l' armée nationale togolaise et que les victimes ne sont autres que les Tems.

Vous savez très bien leurs fautes puisque vous en jouissez pleinement.

Vous venez ici nous narrer les prouesses de cette armée au delà des frontières togolaises.

Question: qu' est-ce que cette armée a jamais fait à la nation togolaise qui la paye à part organiser des bastonnades, violences contre elle?

 33   caramba | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Kodjo Epou a soulevé un problème grave, très grave que j'ai toujours dénoncé sur ce site:
LE MUTISME DE FAURE À TELLE ENSEIGNE QUE JE L'AI SURNOMMÉ LE SOURD MUET.
Mr Epou appèlle le Chef de l'État sur des questions que l'on pense simple, mais si ça pète, c'est tout le pays qui paiera les frais.
Les tuéries de fréau Jardin, de Bodjé, de 2005 sont encore vivaces.
Faisons attention.
Une armée peut être forte, structurée , mais lorsque une guerre civile éclate, ça tape partout.
Faure doit apprendre à parler à son peuple.
C'est une tare qui met toutes ses réalisations en acrions mitigées.
Coedialement

 32   Atalolo | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Un vrai gâchis indeed.

Qu' avons- nous fait de la terre de nos aïeux?

Pendant encore combien de temps?


 31   Mbao | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 30-Koffi
  Oooooh, Koffivi ça seulement tu tes fâché ? Tcho toi aussi. Je te dis depuis quil faut que tu te calmes que tu laisses tes émotions le plus souvent tronquées de côté et que tu commences à penser avec ta tête et non ton cœur.

Les circonstances et la géopolitique internationale font que notre champion est l'homme de la situation. Donc travaillons ensemble pour le futur, dans 60 ans aucun de nous ne sera en vie mais lebTogo continuera ou bien. Aujourd'hui cest nous, demain ca sera vous. Mais actuellement ça ne peut-être que nous pour le bien de tous. Enfin selon nous hein! Donc on va se battre pour ke ca soit ainsi. De manière démocratique bien sur. Vous aussi faites de même et rendez vous le 22 février. Evoê alooo.

 30   Koffi | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 25-fantasmagoric
  C est ce que je me disais. Comme vous êtes entourés de poltrons dans votre groupe, vous ne vous imaginez pas qu il y a des téméraires de l autre côté. Je n ai qu un seul pseudo: Koffi. Les 2f, c est moi même qui les a adoptes pour compléter mon nom et appuyer sur le vendredi ou je suis née. Si vous voyez ce que je veux dire. Prenez un pseudo plus authentique. Je vous l ai déjà suggéré.

Pour en revenir à vos élucubrations sur les Togolais de la diaspora, je crois qu on s est compris depuis la dernière fois. Vous n êtes pas capable de diriger le Togo. Ce n est pas les djihadistes que vous pouvez combattre si après 15 ans de gouvernance, vous êtes incapables de construire un seul dispensaire ou une école en toiture de paille. Alors votre rancoeur envers la diaspora. avalez la. Ça vous fera plus de bien!

 29   Koffi | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 26-Mbao
  Premièrement, je ne suis pas ton jeune homme. Je ne sais pas d ou nous nous connaissons pour vous permettre ces civilités dont je n ai que faire.

Pour en revenir à ce que tu dis, je me pose la question si le Togo ne brille pas déjà avec toutes ces réalisations de Faure que les paresseux comme toi l ont aide à réaliser.

Pas besoin de faire des élections, le Togo est un royaume et les Gnassingbe sont des rois. Pourquoi perdre le temps à organiser des élections?

 28   SacréeC ? | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Kodjo Epou ne conçoit pas que les tems soient prêts à voter Faure Gnassingbé aux présidentielles de 2020. Alors il tire sur la fibre ethnique pour tenter de retourner ces derniers contre le candidat Faure.
Pauvre Epou, revoit ta stratégie. Les Kotokoli eux-mêmes ont compris qu'ils ont fait fausse route en suivant Atchadam de façon naïve.
Viens faire un tour à Sokodé, Bafilo et autres. Tu me donneras raison.
Souffre que Faure soit réélu le 22 février avec un vote massif des Tems.

 27   Kotokoli | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Kotokoli Juif. Kotokoli Chrétien. Kotokoli synagogue. Kotokoli église.

 26   Mbao | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 24-Koffi
  Oui! La tienne ne sera pas épargnée non plus.
FAURE SERA REELU ET AGBEYOME VA LE FELICITER TELLEMENT LE SCORE SERA ABISMAL.
Et le Togo brillera de nouveau.

ESCT CE QUE CE NEST PAS MIEUX CA JEUNE HOMME!

 25   fantasmagoric | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 24-Koffi
  L'homme aux mille pseudonymes.

Continuez à babiller sous le pont de Manhattan. Vous êtes tellement inconséquents, gens de votre espèce, votre passé/présent de pleutres ne vous honorent.

Quand on pointe vos incongruités de citoyens opportunistes prêts à s'évaporer, chercher des cieux plus cléments et devenir théoriciens de la déconstruction positive à la Condradieff (Russe).

Pauvres pâmés !!!

 24   Koffi | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 22-Pacôme
  On vous voit venir. Fantasmagoric, Gnarou, et les autres esclaves de service des Gnassingbe.

2005, c est pour éviter la guerre civile, faure serait le moindre. 2010, il a un mandat social. On se met à construire des routes bidons à Lomé. 2015. Redonnez lui encore un mandat pour qu il continue son mandat social. Tout le monde voit les résultats du régime de Faure. Zéro colle. 2020 on crit: oh il y a les djihadistes. Faure est le seul capable de les arrêter. Y en a mare de vos arguments bidons. C est vous qui mettez le feu à ce pays. Pas les Tems. Merde à la fin. Et que ça brûle à commencer par vos maisons.

 23   El Niño | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 13-Kassanda
  Kass, je valide.
Dans une vraie armée bien entraînée ce ne sont pas les bonnets rouges, amulettes et coupe-coupes qui font peur au vrai militaire. En clair, l'armée togolaise est un groupe de miliciens au service des Gnassingbé. Point.

 22   Pacôme | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 18-Lucrece
  Tres cher, tout est dit il nya rien a ajouter. Voila la toute l'essence de comment notre génération devra aborder les choses, sans passion mais avec intelligence. Les printemps arabes ont bousculé les sociétés maghrébines mais la raison a pris le dessus sur à l'ignorance et la passion. Les populations après s'être déroulées et exprimées à raison, ont compris qu'il serait contre productif de détruire ces systèmes bien vrai étouffant mais face à la menace de chaos total qui rodait, seul ses systèmes pouvait faire l'affaire. Conclusion tout est rentré dans l'ordre! Le dernier exemple est celui de l'Algérie, heureusement, heureusement. Le seul pays de la région où les passions ont pris le dessus, la Lybie, ont voit le résultat.
Heureusement je ne suis point inquiet pour mon pays, au soir du 22 février pour la première fois dans l'histoire de ce pays le perdant reconaitra la victoire du gagnant et le félicitera et ca sera la le début d'une nouvelle page de notre histoire.

 21   El Niño | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 11-Pacôme
  Essayez vous de nous dire que les mili-tarés togolais sont tellement bien formés qu'ils sont facilement désarmés par des civils munis de manchettes rouillées.
Kia Kia Kia.

 20   Rosine | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 17-julio
  Il faut demander a l'ONUSIEN Pacôme de voter Agbeyome le 22 Fevrier parce que notre pays a besoin de respirer un peu et l'alternance a l'oxygene qu'il nous faut

 19   Togo togo | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 11-Pacôme
  Je ne sais pas si c'est le vrai Pacôme ou le faut que je connais mais de toute Les façons tu es bête et je le dis haut bête comme un facocheur qui vous à dit que sokode,bafilo et autres villes que les assassins de faure tabase,tue jour et nuit sont des jihadis être musulmans est synonyme de jihadis ?je vais te dire bien mw je suis de bafilo,ce que nous subissons de c'est force de désordre c'est dieu seul qui sait.mai c'est un enverticement si ça continue vous allez voire les représailles

 18   Lucrece | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 12-Felix
  Je ne promeus aucune dictature ou injustice comme vous semblez accroire, cependant je préfère commettre une injustice que de tolérer un désordre comme le dit Goethe.
Tout individu qui croit être asservi doit absolument se libérer de son bourreau. Mais celui qui croit faire une aventure au lieu d'une révolution doit être écrasé sans remords.
Il faut toujours avoir une force supérieure ou tout au moins égale à celle que l'on combat.
Un agneau aguerri a-t-il le droit de vie devant un loup affamé?
Mon cher, la politique est tout d'abord un rapport de force. Celui qui a la force et veut combattre un système oppressif est un homme de paix et de bien. Mais le faible qui veut faire autant n'est qu'un fauteur de troubles.

 17   julio | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Comprenons tous que l'alternance c'est Agbéyomé Kodjo. Votons massivement pour lui d'abord. Après l'alternance toutes les modifications et réformes sont possibles avec lui. Les chasses à l'ETRE HUMAIN (HOMME) cesseront. C'est la seule solution chers frères Togolais.

 16   Pacôme | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 14-Sossa
  Gardez vos arguments de bas quartier et de réseaux sociaux pour vous, vous en avez le droit mais n'obligez pas tout le monde à patauger dans les égouts, ça aussi c'est un droit.
Allez y en paix si vous êtes tranquilles avec ce que vous dites. Continuez à taper sur nos Forces, si ça vous permet de vous sentir bien.

 15   Pacôme | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 13-Kassanda
  C'est plutôt vous qui êtes complètement dans le faux et c'est dommage parce que vous me semblez un peu plus intelligent que ça. L'armée togolaise a toujours eu quelque chose de particulier son anticipation et cela est reconnu de tous. Je sais de quoi je parle pour avoir vécu et travailler aux Nations Unies dans la Cote d'ivoire post crise. Les zones d'Abidjan sécurisées par le contingent togolais étaient les plus sûrs, pas parcequ' ils étaient mieux formées, mieux équipées et plus nombreux, non! Parce que leur renseignement militaire était tout simplement ahurissant. Et ça c'est reconnu. Je ne crois pas que l'armée togolaise ait les moyens ni la prétention de jouer le rôle de la France dans le sahel ni même ailleurs, mais je reste convaincu quelle donnera jusqu'à son dernier souffle pour que ce virus nous affecte le plus tard possible ou jamais. Et pour cela elle doit être sereine et concentrée, donc faire confiance en sa hiérarchie. Malheureusement ou heureusement, le pouvoir actuel garantit cela.
Critique ce que tu veux de ce pays mais ce serait une erreur terrible de permettre à qui que ce soit de porter le doute et d'affaiblir l'image de nos forces de sécurité et de défense.

 14   Sossa | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 11-Pacôme
  Ah bon, sieur Pacome. Si monsieur Epou, comme vous le dites, est un homme dangereux parce qu'il denonce la complaisance des pouvoirs politiques face aux extravagances repetitives de nos soldats, que dites-vous alors du militaire a bord d'un pick-up qui sort son fusil a lunette et tue calmement un jeune apprenti dans la banlieue Nord de Lome? Vous avez oublie? Les Togolais n'oublieront jamais. Rangez vos arguments tordus, cher monsieur. Est ce que les Ghaneens et les Beninois font la prevention du terrorisme de cette facon, en lachant leurs soldats contre les civiles dans les quartiers des villes et villages?

 13   Kassanda | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 11-Pacôme
  Il n'y a pas d'armée digne de nom dans la sous région autrement c'est pas la France qui jouerait le rôle de gendarme pour les pays du sahel.
Si d'aventure les problèmes de terrorisme se posaient au Togo on verrait les mêmes désolations observées au Niger au Burkina ou au Mali.
Dès lors on ne peut pas défendre l'idée qu'il faut laisser carte blanche à l'armée togolaise face aux populations qui sont pas des djihadistes du sahel.
L'armée doit être au service du pays et non contre les concitoyens.
Donc Pacôme tu te trompes.
Prôner les réactions extrêmes c'est appeller l'extrémisme en réponse.
Faîtes attention à vos prises de position.

 12   Felix | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 9-Lucrece
  Un chat est un chat et non un coq. Soyez unanimes, vous Togolais, pour reconnaitre que votre armee en fait trop. Quelle est cette armee dont les elements ne font que courir derriere les civiles aux mains nues? Les records de cette armee ne sont pas brillants. Quand les elections approchent ces militaires doivent rester dans les casernes. Les regions qu'ils vont occuper, les gens pourront ils voter librement? J'ai amis qui sont temoins de la chasse organisee contre les jeunes en milieux Tem a cause de leur supposee appartenance au pnp. C'est quoi toutes ces choses a repetition. Hier, ils frappaient les jeunes dans le quartier BE ou reside ma vieille. Mais il faut que cela cesse quand meme. J'ai honte a votre place, chers oncles togolais, quand je vous entends nier cette realite que decrit l'auteur. Rien n'est exagere dans cette narration bien informee. Novembre dernier, j'etais en vacance au Togo. J'ai ete a Kpalime et j'ai vu de mes yeux des series de bastonnade dans un quartier. Et on m'apprends que ce sont des jeunes qu'on suspecte de militer dans un parti adversaries. C'est quoi tout cela et cela dure depuis des decennies. Votre pays n'a pas bonne reputation a l'exterieur. Courage aux victimes.

 11   Pacôme | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 6-Clement GAVI
  Mr Epou, vous êtes un homme très dangereux. Vos propos sont un véritable poison en ces périodes préélectorales. La plupart des pays de la sous région sont devenu instables, en faillite sur le plan sécuritaire pendant que certains pays comme le Togo arrivent tant bien que mal à maintenir cet îlot de sécurité. Mr Epou, cela nous le devons uniquement à nos forces de sécurité et de défense pour le gargantuesque travail qu'elles abattent tous les jours pour prévenir tout foyer d'éclosion du terrorisme. C'est bien dune guerre contre le terrorisme qu'il s'agit et on a l'impression que vous ne lavez pas bien compris. Et cela peut avoir des effets collatéraux, bien sûr, allez dire le contraire aux USA. Mais il nya pas d'alternatives et au Togo on attendra pas que ça se gâte comme dans les pays du sahel avant de prendre des mesures drastiques pour tuer toute velléité dans l'oeuf. Tout ce que vous racontez est un ramassis de pourritures et cher Monsieur soyez tranquille cela pourra être retenu contre vous a tout moment pour incitation à la violence et haine ethnique. Vous semblez oubliez que vous vivez dans un pays pour lequel la lutte contre le terrorisme n'a ni de limites ni de règles!
Pour nous togolais qui vivons au Togo tout bord politique confondu, toutes religion et ethnies confondues, nous faisons a 100% confiance à nos forces de sécurité et de défense et nous soutenons mordicus le chef de l'etat et son gouvernement dans ce combat. Ce soutien est le seul gage de l'intégrité et stabilité de notre nation. Nos divergences avec la gestion du gouvernement sont ailleurs mais sur la gestion sécuritaire nous leur donnons carte blanche et vu les énormes défis sécuritaires qui pointent à l'horizon surtout avec le redéploiement du Léviathan ETAT ISLAMIQUE dans la zone du sahel, notre choix est clair.

VOUS JOUEZ A UN JEU TRES DANGEREUX. TOUT A UNE LIMITE.

 10   Lucrece | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Mon grand frère Epou, as-tu écrit à la va-vite? Pas tellement consistant cette fois-ci et trop de fautes!!

 9   Lucrece | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Gnarou est un vrai intellectuel! Presque tout ce qu'il dit est vraiment réfléchi.
Pour mon frère Epou, parfois, il se laisse emporter par ses émotions et il écrit du n'importe quoi.

 8   fantasmagoric | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 5-GNAROU
  K. Epou fait parfois fulgurance d'intelligence malheureusement ce n'est que par intermittence.

Le sujet qu'il traite ici il ne le maitrise en rien et se contente de racontars comme l'autre soliloque C.GAVI on dirait des automates qui conversent.

Kodjo Epou a t-il remarqué comment fonctionne l'État togolais avec toutes ses composantes ethniques avant d'écrire n'importe quoi? Il confond parfois l'incompétence de certains cadre au TRIBALISME qui ne s'est jamais bien porté qu'aujourd'hui au Togo avec les micro-partis ethno-régionalistes. Ce pays est un cas à enseigner dans les plus grands établissements de s.politiques en Afrique. "Comment brûler son pays mal-né, aller se planquer et vociférer".

Les élections approchent, on va apprendre des choses abracadabrantesques. On ne nous dit pas où se trouve Atchadam naïf qui pensait siphonner l'électorat RPT au profit d'une quelconque alternance. Azui glacé ! !!

 7   Ouro | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 5-GNAROU
  Gnarou, tu ne peux pas reprocher une chose à certains compatriotes tout en étant un champion de la chose. Lorsque tu affiches toujours cette sotte fierté à balancer à qui veut l'entendre que "Le PNP est un parti tribalo- religieux", je me demande de quoi accuses-tu le compatriote Epou?

Pour ta gouverne, sache une fois pour de bon que le PNP n'est pas un parti tribalo-religieux. Certes certains sympathisants du parti ont confondu la politique à la religion et/ou à l'identité ethnique comme ce fut le cas après l'arrivée de Eyadema au pouvoir. Mais cette idéologie propre à ces derniers ne saurait être de facto prise comme la ligne du parti.

Si le PNP est un parti tribaliste, eh bien l'UNIR l'est, toi qui signe tes postings par le soit-disant "fils de Sotouboua" tu l'es donc aussi. Dans ce cas d'espèce je me demande pour quelle raison l'hopital se permet-il chaque fois de se moquer de la charité?

 6   Clement GAVI | Vendredi, 17 Janvier 2020
  'Nul n'a besoin d'être un Tchagbelé, un Boukari, un Ouro ou un Djobo pour avoir le cœur brisé face aux exactions que vivent les Kotokoli'

Et pourtant il y a un Boukari, un sanglant Boukari, Yacoubou Boukari qui est le mari d'une sœur d'une des femmes du sanglant dictateur Eyadéma Gnassingbé, qui est un dispositif au cœur de ce régime terroriste. Il a pillé les institutions financières nationales pour mieux les privatiser. Un assassin Franco-Togolais très impliqué dans la nébuleuse Françafrique. Il est influent à Paris où il possède une armée d'exécutants Français, racistes, violent, injustes et esclavagistes aux ordres.
Il y a son beau fils Razak, fils de l'ancien président des Musulmans du Togo un assassin qui, avec le sanglant Faure Gnassingbé ont assassiné plus d'un.
Yacoubou Boukari et son beau fils Razak sont ces quelques Kotokoli qui sont au cœur de la sanglante dicature dynastique qui tue au Togo, persécute, terrorise et ruine en Europe. C'est cela la réalité.

Cette sanglante dictature dynastique est assise sur une idéologie prédatrice et de terreur. Nos parents ont payé le prix au Togo et à notre tour nous en payons le prix en Europe.

 5   GNAROU | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Kodjo, continue d'attiser la haine tribale. Les consequences seront là pour tous !!!
Les kotokoli ne sont nullement pourchasser au Togo .
Les elements radicaux du PNP , si !!

Depuis 1990 , toi et tes amis avez foutu le bordel dans ce pays et quand la situation est devenue grave ,vous avez fui pour vous cacher á l'etranger laissant ceux que vous avez manipulé á leur triste sort.
J'ai l'impression que vous n'avez rien appris de de cette épisode macabre de la politique togolaise.
Aujourd'hui, vous revenez pour encore tirer sur la fibre tribale pour allumer ce pays.

Aimez-vous vraiment votre patrie qui vous a vu naître ??

Les consequences de vos actions seront portées par tous. Et si vous vous croyez en sécurité en occident ,il y aura quelqu'un de votre famille qui aura un jour ou l'autre à porter les consequences de vos appels à la violence !!

Le PNP est un parti tribalo- religieux. Ceci est indeniable.
Il appartient à ceux que vous presentez comme des victimes de choisir entre la république et le jihadisme lancé par le PNP .

L'Etat doit rester droit dans ces bottes . Fouet à la main !!

GNAROU le fils de sotouboua.


 4   Vivien | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Le Togo est quand meme un pays et non une épicerie. Et comme tel il faut une rigueur dans sa gestion pour eviter l'explosion. Vraiment ce president est unique en son genre. Il ne se pronounce jamais sur rien et ne prends jamais de decisions pour detourner les dangers qui rongent la nation. Incroyable et la chose ne merite pas un autre nom que la CATASTROPHE. Et des gens ecerveles et tribalsites vous diront que Faure est ce qu'il faut pour le Togo juste parce qu'il s'appelle Gnassingbe. Au nom de son Nom, ouais! Pauvre de nous.

 3   Ouro | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Dieu si ce que je fais est bon tu me laisses continuer. Mais si tu estimes que ce que je fais est mauvais, tu me barres la route pour qu'il y ait un autre.

 2   Emefa | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Réponse à 1-Yadma
  «On sait quand ça commence mais on ne sait pas quand ça va finir»

 1   Yadma | Vendredi, 17 Janvier 2020
  Eyadema lui, savait et disait que nul ne choisit d'ou il nait
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com