AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Pour une élection présidentielle crédible et transparente, Agbéyomé pose ses conditions


Politique

iciLome | | 13 Commentaires |Imprimer

Même si sa candidature ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion nationale, surtout des forces démocratiques, Gabriel Agbéyomé Kodjo tient à ce que le prochain scrutin soit on ne peut plus clair. Pour ce faire, le candidat unique de l’opposition, désigné par la dynamique de Mgr Kpodzro, pose un certain nombre de conditions pouvant assurer la transparence et la crédibilité de la présidentielle 2020.

Entre autres conditions, le président du Mouvement Patriotique pour le Démocratie et le Développement (MPDD) demande à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de rendre public le fichier électoral via « le site web de la CENI », tout en remettant à chacun des candidats, la « version électronique des listes des électeurs » de chacune des 117 communes du Togo.

L’ancien Premier ministre exige le convoiement du matériel électoral auprès des Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) 48h avant la date du scrutin. Il demande à la CENI d’instruire également les CELI, de s’assurer de l’exhaustivité des matériels et kits, de documents électoraux avant leur déploiement.

Toujours pour la transparence du prochain scrutin, Agbéyomé Kodjo estime que la CENI doit instruire les membres de bureau de vote de s’assurer, avant le début des opérations de vote, que l’urne est bien vide et scellée. Il pense qu’il faut mettre en place au niveau de toutes les CELI, une procédure de relevé a priori des numéros des scellés par bureau de vote au moment de la remise du matériel électoral et d’un contrôle a posteriori lors du retour des urnes pour la centralisation des résultats.

Pour ce qui concerne les opérations de centralisation des résultats à la CELI, l’ancien président de l’Assemblée nationale exhorte la CENI à s’assurer que le nombre de procès-verbaux équivaut au nombre d’urnes. Il trouve qu’il faut mettre à disposition de chaque bureau de vote via les CELI, un nombre suffisant d’exemplaires de procès-verbaux pour le recueil des suffrages afin que les membres du bureau de vote ainsi que chaque délégué des candidats, puissent disposer d’une copie pour son état-major, conformément à l’esprit des dispositions de l’article 102 du code électoral.

Le candidat unique de l’opposition demande à la CENI de rendre public le nombre de centres de vote et de bureaux de vote du ressort territorial de chaque CELI ainsi que le nombre exact d’électeurs inscrits par bureau de vote. « Il importe pour la clarté des opérations de vote que chaque délégué dans un bureau de vote puisse effectivement disposer d’une liste des votants domiciliés dans son bureau de vote », a souligné Dr Kodjo.

Pour lui, il est impératif, à l’ouverture du scrutin, qu'un tirage au sort soit effectué pour designer deux personnes, membres du bureau de vote, pour authentifier les bulletins de vote avant les opérations de vote.

Par ailleurs, Agbéyomé Kodjo souhaite une discussion avec le gouvernement pour régler les différents problèmes inhérents au cadre électoral et à l'inconstitutionnalité avérée de la Haute Cour.



Autres titres
Niger 9 années de mise en œuvre du Programme de Renaissance: le message à la Nation du Président de la République, Issoufou Mahamadou 
Togo Covid-19/Me Tchassona : « Nous ne devons pas nous contenter uniquement du couvre-feu… » 
Togo Agbéyomé Kodjo de nouveau convoqué 
Plus de nouvelles




 13   Emefa | Mardi, 21 Janvier 2020
  Ils parlent de la jeunesse,que le pays appartient à la jeunesse Qu'allons nous faire alors avec un Président vieux tête blanche ?

 12   Boulouvi | Lundi, 20 Janvier 2020
  Bravo Monsieur Kodjo.

 11   Clement GAVI | Lundi, 20 Janvier 2020
  Pour vivre leurs vies ils se sont convaincus de toute éternité que des millions et des millions d'autres doivent périr, des millions et des millions d'autres doivent souffrir. Ainsi, les dictatures sont conçues. Je pouvais tout imaginer; sauf que la sanglante dictature dynastique qui a déjà assassiné nos parents au Togo, à Lomé, est telle qu'elle a les moyens de ruiner, persécuter, terroriser nos vies loin du Togo, en Europe et que le sort de nos parents va exactement être le nôtre, à cause des gens qui sont désespérés à l'idée de dominer, de contrôler la terre.

Ce régime au Togo est réellement la manifestation pratique de ce que le monde a de pire. Dire que ces gens préparent, façonnent d'autres monstres pour perpétuer le drame, est inquiétant. Nous avons affaire au mal absolu au Togo. Nous sommes face au terrorisme et aux terroristes. Nous avons croisés la route des pires ennemis de l'humanité. Et, si rien est fait, il faut considérer que les générations de Togolais sont définitivement condamnées comme le sont déjà la génération de nos parents et la nôtre.

Nous avons affaire aux diable dans ses expressions les plus pures.

 10   Gery | Lundi, 20 Janvier 2020
  Réponse à 7-Fofo
  La révision des listes et cartes ont commencé depuis le mois d'octobre 2019.
Pourquoi la date des élections n'a pas été fixée avant de commencer la révision des listes et cartes?
Ce n'est plusieurs semaines après cette révision que la cour constitutionnelle a fixé la date des élections au 22 février 2020.
Que s'est il passé après de révision des listes et cartes.
Pourquoi depuis octobre les cartes bien que révisées ne sont pas distribuées à ce jour ni les listes des électeurs ne sont affichées .
C'est une technique de la fraude savamment organisée.
Le recensement d'octobre 2019 a permis à l'unir de connaître le nombre exact des électeurs inscrits par préfecture. Les techniciens en probabilité sont à pied d'œuvre pour que le taux de participation soit faible dans les régions votant traditionnellement pour l'opposition.
La CENI n'attend que la dernière minute pour ordonner la distribution les cartes. Ainsi dans les zones qui votent pour l'opposition, un certain nombre de cartes sera retenu. Ainsi un système sera mis en place pour empêcher plusieurs milliers d'électeurs de Lomé et ses environs de retrouver leur carte. Ils seront tournés en bourrique sans jamais pouvoir obtenir leur carte. Par exemple une partie des cartes des électeurs de Baguida se retrouveront à Agoe, les cartes d'Amoutivé à zanguera etc.
Pendant ce temps l'unir mettra tout en oeuvre dans son fief du nord pour distribuer au maximum les cartes.
Observer bien vous verrez que les cartes seront distribués dans la dernière semaine dans un cafouillage total dans la ville de Lomé et ses environs. C'est une technique qui consiste à diminuer les voix de l'opposition dans son fief. Pendant ce temps nos fameux candidats au lieu de mettre en oeuvre pour obtenir la transparence dans l'établissement et la distribution des cartes, ils passent leur temps pour se combattre entre eux alors que le système mis en place leur donne perdant d'avance.
En tout cas l'enjeu pour Fabre et compagnie c'est de conserver la deuxième place. L'alternance est le dernier souci de cet homme. La longévité du système RTP/UNIR est due en grande partie à l'opposition incarnée par l'ANC qui a pris le peuple en otage pour ses propres intérêts.

 9   Gery | Lundi, 20 Janvier 2020
  Réponse à 8-caramba
  La révision des listes et cartes ont commencé depuis le mois d'octobre 2019.
Pourquoi la date des élections n'a pas été fixée avant de commencer la révision des listes et cartes?
Ce n'est plusieurs semaines après cette révision que la cour constitutionnelle a fixé la date des élections au 22 février 2020.
Que s'est il passé après de révision des listes et cartes.
Pourquoi depuis octobre les cartes bien que révisées ne sont pas distribuées à ce jour ni les listes des électeurs ne sont affichées .
C'est une technique de la fraude savamment organisée.
Le recensement d'octobre 2019 a permis à l'unir de connaître le nombre exact des électeurs inscrits par préfecture. Les techniciens en probabilité sont à pied d'œuvre pour que le taux de participation soit faible dans les régions votant traditionnellement pour l'opposition.
La CENI n'attend que la dernière minute pour ordonner la distribution les cartes. Ainsi dans les zones qui votent pour l'opposition, un certain nombre de cartes sera retenu. Ainsi un système sera mis en place pour empêcher plusieurs milliers d'électeurs de Lomé et ses environs de retrouver leur carte. Ils seront tournés en bourrique sans jamais pouvoir obtenir leur carte. Par exemple une partie des cartes des électeurs de Baguida se retrouveront à Agoe, les cartes d'Amoutivé à zanguera etc.
Pendant ce temps l'unir mettra tout en oeuvre dans son fief du nord pour distribuer au maximum les cartes.
Observer bien vous verrez que les cartes seront distribués dans la dernière semaine dans un cafouillage total dans la ville de Lomé et ses environs. C'est une technique qui consiste à diminuer les voix de l'opposition dans son fief. Pendant ce temps nos fameux candidats au lieu de mettre en oeuvre pour obtenir la transparence dans l'établissement et la distribution des cartes, ils passent leur temps pour se combattre entre eux alors que le système mis en place leur donne perdant d'avance.
En tout cas l'enjeu pour Fabre et compagnie c'est de conserver la deuxième place. L'alternance est le dernier souci de cet homme. La longévité du système RTP/UNIR est due en grande partie à l'opposition incarnée par l'ANC qui a pris le peuple en otage pour ses propres intérêts.

 8   caramba | Lundi, 20 Janvier 2020
  Il connait la maison....

 7   Fofo | Lundi, 20 Janvier 2020
  Réponse à 5-Tanga
  Les élections ont toujours été transparente au Togo. Des institutions veillent déjà à cela... le Togo dispose d'un fichier électoral consensuel déjà approuvé par l'OIF et la CEDEAO à l'issu de l'OTI du 13 décembre 2019 au 14 janvier 2020. Ainsi , le fichier définitif compte 3 614 056 électeur sur le plan national et à l'étranger dont 1.871.745 femmes et 1.742.311 hommes. Soulignons que sur cette base établie, 9.399 bureaux de votes seront ouvert dans 4.445 centres de recensement et de vote ( CRV) le 22 février prochain...
laissons de côté ces bla bla bla... concentrons nous sur le vote du 22 février

 6   Lucrece | Lundi, 20 Janvier 2020
  Réponse à 3-RouGna
  Dans ce cas, comme tu viens de le démontrer brillamment, laissons de côté la légalité de la cour constitutionnelle et focalisons-nous sur la mobilisation des électeurs et les conditions de vote.

Salutations fraternelles.

 5   Tanga | Lundi, 20 Janvier 2020
  Une revendication tout a faire legitime et le contraire ne sera plus accepte.
Le peuple reste toujour debout et mobilise

 4   Toi-aussi | Lundi, 20 Janvier 2020
  Si par les cinq candidats de l'opposition ne se rallient pas le plus tôt que possible, donc la mésaventure du Togo et du peuple reste dans leurs mains et ils doivent prendre leur disposition pour rendre compte au peuple de leur indiscipline et hypocrisie.
Nous avions eu le Père (Eyadema) et le fils (Faure) et nous avons besoin du Saint Esprit (Agbéyomé, candidature unique) pour sauver le peuple Togolais. Il n'y aura plus aucune raison de denier la réalité politique Togolaise ! Assez, c'est assez. Trop, c'est trop ! Jean Pierre Fabre n'avait pas réussi, deux fois de suite ; alors Togolais reveuillez-vous ! Au nom du père, du fils et du Saint Esprit, nous vaincrons. Le peuple Togolais doit réalimenter son option de réalité politique et comprendre les faits bien accomplis de la politique Togolaise. La charité bien ordonnée commence par soi-même.

 3   RouGna | Lundi, 20 Janvier 2020
  Réponse à 2-Lucrece
 

Tout est illégal au Togo depuis qu'un certain Faurevi Eyadéma Tchalévi Simplet s'est fait offrir le pouvoir sur un plateau par un quartet de généralissimes en Fevrier 2005 suite a un triple coup d'Etat. Coup d'Eata militaire suivi d'un coup d'Etat institutionnel et enfin un coup d'Etat constitutionnel. Tout ceci en moins de 72h.

Nous allons d'anti-constitutionnalité en crimes via des illégalités. Tout le monde au Togo et dans le monde est complice de ce fait. L'opposition, le pouvoir, le peuple, les militaires, les forces de l'ordre, les cléricaux et dans le monde enfin le groupe des 5, la CEDEAO, UA, le FMI etc...

Le Togo ce pays tres riches est la proie de toutes les hyennes du monde et les togolais regardent la main sous le menton.

Enfant de Tepu de Sotouboua

 2   Lucrece | Lundi, 20 Janvier 2020
  Et si le gouvernement et la CENI refusent de satisfaire ces doléances, M. le docteur honoris causa fera quoi?

Cela dit, si nous admettons que la cour constitutionnelle est anticonstitutionnelle comme le soutenait Dr Agbeyome alors toutes les candidatures sont illégales!
Comment pouvez-vous cher Agbeyome faire valider votre dossier de candidature à l'élection présidentielle par une cour anticonstitutionnelle?
À votre place je n'allais pas déposer ma candidature, logique oblige.

 1   Birma8 | Lundi, 20 Janvier 2020
  Ca serait de la mer à boire pour RPT/UNIR.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com