AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Observation électorale refusée au CEJP : Maryse QUASHIE saisit les responsables religieux


Politique

iciLome | | 10 Commentaires |Imprimer

Pour la seconde fois, le gouvernement refuse d'accorder une accréditation au Conseil Episcopal Justice et Paix (CEJP), une organisation appartenant à l'Eglise Catholique. Une situation qui révolte l'Universitaire Maryse Quashie qui, par lettre ouverte, saisit les responsables religieux et leur demande de ne pas demeurer silencieux.

LETTRE OUVERTE AUX RESPONSABLES RELIGIEUX

Responsables Religieux de mon pays, je ne peux faire autrement que de m’adresser à vous, à cause de la lettre que le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales a adressée au Secrétaire Général du Conseil Episcopal Justice et Paix (CEJP) le 16 janvier 2020.

Je m’adresse d’abord à vous, Evêques, membres de la Conférence Episcopale du Togo (CET) pour vous demander, sans vouloir vous manquer de respect, comment vous avez pu encore donner à ce ministre l’occasion de vous insulter ainsi. En effet, chez nous, on dit que si une grande personne a appris à ses dépens qu’un enfant est impoli, s’il arrive que cet enfant se comporte encore avec elle avec la même incorrection, c’est la faute de la grande personne.

En effet, pourquoi avoir encore fait écrire à propos de l’accréditation comme observateur, alors que l’année dernière déjà, comme rappelé par le ministre lui-même, la réponse était déjà assez insultante ? Et comme il n’y a pas eu de protestation de votre part à la suite de la lettre du 30 juin 2019, puisque les autorités togolaises n’ont pas été remises à leur place, cela leur a laissé croire que tout leur est permis.

En juin 2019, le ministre se disait préoccupé par les sources de financement permettant à la CEJP de déployer des observateurs sur le terrain. A ce sujet, je reprends les termes de la déclaration du mouvement Espérance pour le Togo, à la suite de la lettre du 30 juin 2019 :

« Commençons par les sources de financement qui constitueraient une "préoccupation" pour les autorités. Que signifie cette préoccupation ? Que ces autorités auraient droit de regard sur la manière dont des associations privées compte rémunérer leurs observateurs ? Au nom de quoi ce droit de regard ? Et les autres observateurs que les autorités convoquent pour ces élections, comme ils l’ont fait pour les autres élections, comment sont-ils rémunérés ? Ce sont les citoyens qui devraient plutôt poser la question des fonds utilisés pour la campagne, alors que les candidats de la majorité, ne se privent pas d’utiliser les moyens de l’Etat comme les voitures gouvernementales (payées avec l’argent des contribuables !), ce qui est interdit par l’article 72 du code électoral ! ».

Mais à cause du silence et de la CEJP et de la CET, la lettre de janvier 2020 est encore plus humiliante, car elle ose affirmer : « Le refus de communiquer vos sources de financement, est la preuve que cette opération est téléguidée par une ou plusieurs organisations que vous ne voulez pas dévoiler ».

L’Eglise catholique demanderait que la Commission Justice et Paix soit observateur durant l’élection présidentielle à venir parce qu’elle est sous on ne sait quelle obscure influence ?

Est-ce aujourd’hui, que cette Eglise n’est plus digne de confiance ? Ne serait-ce pas celui qui est Archevêque de Lomé aujourd’hui que le pourvoir UNIR a contacté pour gérer la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) ? N’est-ce pas cette même église qui a été invitée à participer au Plan National de Développement (PND) ? Et il y a peu de temps pourquoi M. Faure GNASSINGBE a-t-il tenu à être reçu par le Pape François, au Vatican ? Ou bien aurait-il oublié que le Pape François est le premier responsable de cette église dont son ministre dit qu’elle est sous influence ?

Et à propos de sources de financement, je vous demande à vous Evêques membres de la CET, si vous ne pourriez peut-être faire état des flux financiers illicites (en clair des fonds détournés) qui quittent le Togo régulièrement et qui selon l’ONG américaine Global Financial Integrity (GFI), de 2001 à 2010, atteignaient en moyenne 1 000 milliards de FCFA, soit l’équivalent du budget national ? Vous allez sans doute invoquer la miséricorde paternelle et n’en rien dire ?

Et quand, le ministre affirme ceci :

« La Conférence Episcopale du Togo (CET), a eu à prendre clairement des positions partisanes sur la situation politique que notre pays a connue depuis août 2017. Le dernier message du 21 novembre 2019, de la Conférence Episcopale du Togo en est une illustration parfaite, puisque comme toutes les autres déclarations, la Conférence Episcopale du Togo a repris à son compte les réclamations de l’opposition notamment sur la CENI, la cour constitutionnelle, le code électoral, méprisant ainsi les lois en vigueur dans notre pays »,

comment une fidèle de votre église ne se sentirait-elle pas obligée de vous demander à vous Evêques, membres de la CET, si vous laisserez un des piliers de l’équipe qui tripatouille sans vergogne la loi fondamentale de notre pays au point que l’ensemble du processus électoral actuel est entaché d’illégalité, vous accuser de vouloir vous placer hors la loi ? Cela donnerait presque à rire si la colère et la révolte ne prenait pas le dessus !

L’indignation oui, car le ministre va même jusqu’à insulter votre intelligence, l’intelligence de neuf prélats réunis lorsqu’il déclare : « Il suffit de lire les réclamations envoyées par l’ANC et la C14 au gouvernement, pour se rendre compte de la coïncidence troublante entre les dites réclamations et les demandes de la Conférence Episcopale ».

Les prélats attendraient de l’ANC et la C14 de leur dicter ce qu’il faut dire alors ! Non je ne crois pas que vous allez laisser passer cela. Au moins vous lui répondrez que lorsque plusieurs personnes aussi différentes que des hommes politiques et des évêques disent la même chose, il faut peut-être se demander si cela ne serait pas parce qu’elles auraient raison au nom des mêmes principes et valeurs, notamment la vérité et la justice ?

Jusqu’où ira l’équipe au pouvoir pour se maintenir en place ?

C’est pourquoi j’en appelle aux Responsables des autres Eglises chrétiennes, laisserez-vous passer un tel affront parce qu’il ne s’agit pas de votre Eglise ? Savez-vous quand viendra votre tour ? A ce moment-là comment trouverez-vous des raisons de réagir si vous restez silencieux aujourd’hui ?

J’en appelle aussi à tous les Responsables religieux de toutes les religions pratiquées sur notre territoire national. Les propos du Ministre de l’Administration Territoriale, de la 3 Décentralisation et des Collectivités Locales, à l’encontre de la CET vous semblent-ils acceptables ? N’allez-vous rien lui répondre en tant que responsables religieux ? N’allez-vous pas le remettre à sa place ?

J’en appelle également à vous tous fidèles de toutes les religions du Togo : même si pour on ne sait quelle raisons, nos responsables se laissent insulter, humilier, nous autres, allons-nous adopter la même attitude à l’égard de ceux qui par ailleurs ne reculent devant rien pour garder des privilèges indûment acquis depuis de si longues années ?

J’en appelle enfin à vous tous, femmes et hommes de bonne volonté, épris de vérité et de liberté, allons-nous laisser l’inacceptable se dérouler ainsi sous nos yeux ? Tous les moyens sont-ils bons pour faire perdurer un pouvoir en place depuis plusieurs décennies ?

Par Maryse QUASHIE



Autres titres
Sénégal 60 ans d'indépendance: juste une prise d’armes suivie de l’hymne national pour célébration 
Burkina-Faso Lutte contre le Covid-19: deuxième message du président du Faso à la Nation 
Guinée Législatives : Le parti d’Alpha Condé remporte les 2/3 des sièges 
Plus de nouvelles




 10   Clement GAVI | Jeudi, 23 Janvier 2020
  Observation électorale refusée au CEJP : Maryse QUASHIE saisit les responsables religieux

Des millions et des millions se réunissent tous les dimanche au moins pour prier, glorifier Dieu, pour entendre dire que Dieu a fait des miracles, Dieu a sauvé, depuis des siècles il faut évangéliser les peuples pour le salut des âmes, c'est qu'ils nous disent. Et sur la terre, des régimes tels que la sanglante dictature dynastique peut depuis presque soixante ans terroriser, persécuter, assassiner un peuple et qu'après avoir été chaleureusement reçu au Vatican par le Pape, il y a quelques mois, ce régime refuse à l'Eglise le droit, la possibilité de superviser les élections dans le pays! Dans un tel monde où est la pertinence des enseignements de l'Eglise?
Et ce régime qui refuse d'autoriser l'Eglise à superviser les élections est désigné par l'Union Européenne comme négociateur en chef des pays d'Afrique, du Caraïbe et du Pacifique dans le cadre de leur coopération. Autrement dit, ce qui est promu, vanter, c'est précisément ce qui n'a que faire de l'Eglise, qui ne reconnaît pas son autorité. L'Europe Chrétienne encourage de tels régime en Afrique. Et on se rend compte avec douleur qu'en France, le beau-fils de Yacoubou Boukari, Razak dont le père a été le président des Musulmans du Togo et Yacoubou Boukari lui même sont tellement si puissants qu'en Europe ils ont réussi a ruiner nos vies et jamais il n'y a eu aucune Eglise, aucun Chrétien qui a pu faire quelque chose. Bien au contraire. On voit bien aujourd'hui qu'au Togo, Faure Gnassingbé qui a été accueilli par le Saint Père au Vatican, il y a quelques mois, se permet de refuser à l'Eglise, le droit de superviser les élections.

Quels responsables religieux le peuple Togolais peut-il encore saisir pour que la raison prévale lorsque c'est après presque soixante ans de dictature, que ce régime refuse d'autoriser l'Eglise à observer les élections?



 9   Clement GAVI | Jeudi, 23 Janvier 2020
  Ils sont allergiques aux vertus de médiété qui fondent créent le lien social et la concorde politique parce qu'ils veulent conserver le pouvoir. Ils terrorisent le peuple, tue, ruine, brûle, persécute, etc et pour susciter le soutien du gouvernement Américain, vont cirer par une hypocrisie. Faure Gnassingbé qui incarne un régime qui est un terrorisme institutionnel qui a assassiné des milliers de Togolais et qui n'a que faire de l'autorité de l'Eglise à qui il refuse la supervision des élections au Togo va expliquer au gouvernement Américain combien la présence en de l'armée Américaine est déterminante dans la lutte contre le terrorisme. Or, la terreur qui s'abat sur le peuple Togolais, il l'incarne. Ils perturbent, terrorisent et se servent de l'opinion internationale, le gouvernement Américain comme plateforme d'exhibition. Nous savons tous et toutes l'importance de la présence des troupes américaines en Afrique. Mais il n'appartient certainement pas aux terroristes d'Afrique, c'est à dire Faure Gnassingbé et la clique de malfrats de se moquer de nous en jouant les hypocrites. Ils ne peuvent pas se servir de la communauté internationale pour mieux se soumettre par la violence, le peuple Togolais.

 8   Clement GAVI | Mercredi, 22 Janvier 2020
  'Observation électorale refusée au CEJP : Maryse QUASHIE saisit les responsables religieux'

Une sanglante dictature dynastique qui tue, détruit, viole, brûle, vole, bref qui transforme la vie en condamnation depuis presque soixante ans. Une dictature qui tue nos parents au Togo et qui a les moyens de détruire nos vies en Europe dans un monde où l'Eglise nous enseigne que nous avons été sauvés par le sang du Christ et qu'aujourd'hui ce régime n'a aucun problème à se moquer de l'Eglise en lui refusant l'observation des élections au motif qu'elle a des positions partisanes. Or, le peuple Togolais sait qu'il y a quelques mois, Mgr Djakpah Denis Amouzou invitait les fidèles dans une homélie à rendre un vibrant hommage à Faure Gnassingbé et que ce Faure Gnassingbé ait été reçu chaleureusement par le Saint Père au Vatican, quels responsables religieux pouvons saisir au Togo pour que la raison prévale?

Des millions vont naître croire en Dieu pour mieux souffrir des disciples du diable. C'est à dire, le régime et ceux et celles qui le soutiennent. Presque 60 ans de dictature, ces dictateurs peuvent encore de nos jours interdire à l'Eglise qui dit tous les dimanche au moins à des millions sur la terre que Dieu a crée le monde et que les hommes ont été sauvé par la Croix du Christ. C'est parce que l'Eglise enseigne cela qu'elle a le devoir de ne pas accepter ces formes d'humiliation de la part des gens habités par le diable. L'Eglise au Togo, c'est une institution, mais c'est aussi et surtout un peuple, le peuple des croyants au Togo. Il est simplement inadmissible que décennie après décennie, ces gens se croient tout permis. Ils peuvent assassiner des milliers de Togolais pour prendre le pouvoir, être désigné par l'Union Européenne comme négociateur en chef des pays d'Afrique, du Caraïbe et du Pacifique, et considéré par la Banque Mondiale comme meilleur réformateur, etc je passe les superlatifs, et refuser à l'Eglise d"être témoin des élections dans le pays.

Ce régime est tel que même Yacoubou Boukari et son beau fils Razak des Musulmans en France, à Paris ont les moyens de profondément ruiner nos vies par l'intermédiaire de citoyens Européens, dans une Europe qui se dise Chrétienne où on peut se rendre compte que lorsque l'on applique ce que les Eglise enseigne ont fait le choix de la souffrance.

Le peuple Togolais, comme de nombreux peuples doivent croire en Dieu pour mieux souffrir.

 7   issifou | Mercredi, 22 Janvier 2020
  Le Togo est il devenu une théocratie et non plus un état laïc? Les religieux et les gouvernants de ce pays ont perdu leur boussole.'

 6   azea | Mercredi, 22 Janvier 2020
  Je demande au ministre Boukpessi si son collegue de la securite ne prend pas parti en tenant cette reunion
a dapaon un ministre de la securite qui s affiche publiquement pour le parti au pouvoir et les opposants
pensent gagner cette election

 5   Why | Mercredi, 22 Janvier 2020
  Quand on se permet de fouler au pied sans crainte les fondamentaux qui régissent une société humaine, on en arrive à la démence qui conduit à ne plus distinguer le Sacré du non sacré. Et la conséquence immédiate est qu'on n'a même plus la lucidité d'esprit pour tirer des leçons des mêmes erreurs commises par d'autres avant soi pour mesurer ses actions et actes avant de les poser; plus être ceux d'un soit disant responsable dans un Etat, qui au delà de son titre est avant tout un être pensant sensé réfléchir par lui même! Tout simplement, la descente en chute libre est telle que le soi disant ministre de l'administration et tout comme ses autres compagnons n'a plus la lucidité nécessaire pour guider ses faits et gestes.
Au demeurant, la CET a l'obligation morale du moinse de réagir à cette lettre-réponse de ce ministre malpoli! Il en va même de la crédibilité de l'Institution religieuse qu'incarne la CET au Togo.

 4   Clement GAVI | Mercredi, 22 Janvier 2020
  'Observation électorale refusée au CEJP : Maryse QUASHIE saisit les responsables religieux'

Nous avons affaire à des gens qui n'ont plus aucun sens. Autrement, Faure Gnassingbé aurait dû avoir le soucis de donner sens au fait qu'il y a quelques mois, il a été reçu par le Saint Père au Vatican. Après avoir été accueilli chaleureusement par le Pape, refuser une accréditation au Conseil Épiscopal Justice et Paix dans le cadre des élections, revient à fouler au pied le geste du Pape. Il est content de se rendre au Vatican et d'être accueilli et il ne veut accueillir l'Eglise composée de citoyens Togolais, dans une affaire qui concerne le pays tout entier.

Faure Gnassingbé a perdu la raison et n'a aucune crainte de Dieu. C'est ce qui explique la présence en prison de son propre frère Kpacha Gnassingbé depuis 2009. Il va voir le Pape ne pas pour venir libérer, pardonner son propre frère, mais pour modifier la constitution de manière à conserver davantage le pouvoir et pour empêcher l'Eglise d'être témoin des élections.

 3   kagbelee | Mercredi, 22 Janvier 2020
  NOUS MELANGEONS TOUT AU TOGO : QU'EST CE QUE LES CONFESSIONS RELIGIEUSES ONT A VOIR DANS LA POLITIQUE... LA POLITIQUE EST INDIVIDUELLE ET PRIVEE, COMME L'EST LA FOI RELIGIEUSE ; ALORS LAISSEZ LES INDIVIDUS ET/OU INSTITUTIONS POLITIQUES FAIRE DE LA POLITIQUE!!!

 2   Cyrille le Linguiste | Mercredi, 22 Janvier 2020
  Grande et éminente digne Dame, je suis parfaitement d'accord avec vous; Que ces plaintes aillent jusqu'au bout, voire le VATICAN, ceci dans les meilleurs délais. Et que cela fasse tache d'huile pour ces imposteurs de la république, qui n'ouvrent la bouche que pour offenser Dieu au RPT-UNIR, comme l'a démontré Mgr Kpodzro.
ADVIENNE QUE POURRA ? ILS SERONT TOUS ENVOYÉS EN ENFER, APRÈS DIEU RECONNAITRA LES SIENS- Parole de l'évangile !

 1   Nunyala | Mercredi, 22 Janvier 2020
  Vraiment je me demande ce que font et à quoi servent ces hommes de Dieu habillés en robe. Ils sont là pour protéger leurs ventres et intérêts et s'en foutent du bien être de la population qui cotise pour eux et leurs nombreuses copines. Ce qui énerve, c'est surtout le silence de ces évêques poltrons que nous avons ici au Togo. Surtout celui de Kpalimé, le faux parmi les faux, un certain Benoît Alowonou, chuaan. On les connait tous.
L'autre c'est l'église des Assemblées de Dieu avec ce mouton de Djakouti Mitré comme Président. C'est, tenez-vous bien, un conseiller spécial du Président de la république. Il compte parmi la minorité pilleuse de l'Etat. Chuaan, et il n'a même pas honte.
Ma concitoyenne Mme Quashie, laisse ces démi hommes là tooor, ils ne feront rien, c'est des complices contre la nation. Dieu leur demandera les comptes ici sur terre avant leur mort, à coup sur.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com