AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Un candidat président dans la confusion de rôle


Politique

Le Correcteur | | 8 Commentaires |Imprimer

Après avoir accepté en « toute humilité » d'être candidat pour un 4ème mandat à la tête du Togo le 07 janvier dernier, Faure Gnassingbé a renoué avec ses promenades de santé habituelles à chaque joute électorale.

De Hompou-Todomé à Agomé-Glozou dans la Préfecture du Bas-Mono, le candidat de UNIR s'est retrouvé à Nyita dans le Vo. Il a poursuivi son périple à Agou puis Kpélé où il même mis fin à la finale du tournoi de l'Union parce que pressé de partir. Il a même déclaré que cette finale a été de haute facture avec les arbitres qui sont à « la hauteur ».

Il va se retrouver à Atakpamé, Nangbéto chez les pêcheurs puis à Blitta principalement pour l'inauguration des marchés. De Blitta, l'ancien député de la localité s'est directement lancé dans la campagne « Je n'arrive pas à dire un coup K.O parce que j'ai l'impression que certains sont déjà K.O. Quand quelqu'un est K.O., on ne peut plus lui donner un coup ».

Tenez ! Tous ces déplacements futiles se font par hélicoptère présidentiel. Si le « quadra-mandataire » était dans ses activités traditionnelles de chef d'Etat, on peut y mettre un bémol. Mais lorsqu'il se met clairement en campagne avant même son ouverture, c'est bien de l'indécence politique. Après avoir mis tous les organes électoraux à ses bottes, l'enfant d'Eyadéma déploie abusivement les moyens de l'Etat pour parler d'un coup K.O, c'est bien ridicule. Et dans ces conditions, il va se targuer d'avoir gagné des élections année après année sans honte. L'élégance politique recommande que l'on respecte au moins les adversaires en face.

Mais en procédant de la sorte, il confirme qu'il est éternellement dans la comédie électorale. C'est justement pour éviter ces confusions de rôle à dessein qu'à Madagascar par exemple, le chef de l'Etat sortant s'il est candidat, doit démissionner deux mois avant les élections. Selon l'article 46 alinéa 2 de la Constitution malgache, « Le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel ».

C'est un bon exemple à copier dans les autres pays pour la transparence et l'équité des scrutins.

Au Togo, malgré son incapacité notoire à faire le bonheur des Togolais Faure Gnassingbé continue de les narguer à travers les farces électorales.

Honoré ADONTUI



Autres titres
Sénégal 60 ans d'indépendance: juste une prise d’armes suivie de l’hymne national pour célébration 
Burkina-Faso Lutte contre le Covid-19: deuxième message du président du Faso à la Nation 
Guinée Législatives : Le parti d’Alpha Condé remporte les 2/3 des sièges 
Plus de nouvelles




 8   Kozah Nostra | Dimanche, 26 Janvier 2020
  Le Togo des analphabètes et man.geurs de chi.en GNASSINGBÉ fait vraiment pitié quoi!!!

 7   La honte togolaise | Samedi, 25 Janvier 2020
  Faure se nargue lui-même car les gens savent très bien qu'il vole les élections. La différence est que ce gars est né sans honte!! Il est tout simplement un démon domicilié au Togo. Rien d'impressionnant!!

 6   Présidentielle Tog | Samedi, 25 Janvier 2020
  On se demande pourquoi Faure Gnassingbé et ses sbires cherchent à tromper tout le monde, tout le temps.
Son histoire de vouloir démontrer à qui veut bien le croire qu'il fait la campagne électorale comme tout candidat à une élection présidentielle ne trompe personne. Aussi bien les togolais de l'intérieur que ceux de l'extérieur, y compris ses amis de la communauté internationale. Pourquoi se fatigue-t-il en faisant semblant de battre campagne.
Les Togolais préférerons d'ailleurs que la CENI annonce dès à présent les résultats de la présidentielle puis que la Cour constitutionnelle les confirment bien avant la date fatidique. Comme cela, il n'y aura même plus de simulacre d'élection. Il peut empocher ainsi, sans aucune honte, l'argent qui sera économisé. Il n'y aurait, peut-être, plus de tueries post-électorales non plus.
Tout le monde sait que ces résultats sont déjà dans les tiroirs aussi bien du pouvoir en place que ceux de la CENI et de la Cour constitutionnelle aux ordres. Depuis le temps que le père Eyadéma Gnassingbé a commencé à nous servir le même plat à chaque élection et que le fils a abondé dans le même sens après sa prise du pouvoir, par un coup d'Etat, en 2005. Les Togolais sont habitué maintenant.

Où bien Faure Gnassingbé prend les togolais pour des idiots où bien c'est lui-même qui a un petit grain dans la tête.

De toutes les façons, qu'il y ait élection ou pas au Togo, Faure Gnassingbé restera au pouvoir. Les plus gênés dans l'histoire seront, peut être, ses amis de la communauté internationale, ces vautours, qui auront besoin d'un simulacre pour se sentir bien dans leur peau et moins confus.
Que peut faire le peuple ? Il sort dans la rue pour protester et sera massacré comme d'habitude par l'armée clanique à la solde du pouvoir. Il y aura un silence assourdissant de la part des autres chefs d'Etat africains y compris ceux des pays de la CEDEAO.

L'assistance à peuple ou personne en danger n'existe, hélas, pas en Afrique.
Et c'est dommage.

 5   Hounkpè | Samedi, 25 Janvier 2020
  Réponse à 4-KOKOU Kokou
  c' est un autre candidat se sont toujours targué d' avoir été volééé

 4   KOKOU Kokou | Samedi, 25 Janvier 2020
  " il va se targuer d'avoir gagné des élections "


il ne s' est jamais targué mais a humblement remercié le peuple togolais pour de renouvellement de sa confiance en sa politique et non en sa personne

 3   sen | Samedi, 25 Janvier 2020
  si cela était inclue dans notre conclue FEG n'aurait pas à utilisé les moyens de l'Etat. mais vu que cela n'est pas stipulé dans notre constitution, le messi d'unir est libe comme l'air.

 2   Clement GAVI | Samedi, 25 Janvier 2020
  'Après avoir accepté en « toute humilité » d'être candidat pour un 4ème mandat à la tête du Togo le 07 janvier dernier, Faure Gnassingbé a renoué avec ses promenades de santé habituelles à chaque joute électorale.'

Et pour que cela soit possible, des milliers de Togolais ont été assassiné, des centaines emprisonnés, des milliers exilés. Des réseaux sont activés partout dans le monde, ainsi, après avoir assassiné nos parents à Lomé, nos vies ont été ruinée en Europe au nom de cette sanglante dictature dynastique qui est désignée par l'Union Européenne comme négociateur en chef d'Afrique, du Caraïbe et du Pacifique dans leur coopération.
Le peuple est terrorisé et l'Eglise humiliée. Pour ce 4ème mandat, ils se sont moqués de nos souffrances et douleurs par un forum où le fondateur de la fondation Brazzaville basée à Londres, le Français Jean-Yves Olivier nous explique que les faux médicaments étaient le fléau en Afrique. Or, en toute certitude, le fléau qui tue au Togo depuis des décennies, c'est bien la sanglante dictature dynastique incarnée par Faure Gnassingbé qu'ils soutiennent qui porte la responsabilité de ces milliers de Togolais assassinés depuis.

Nous n'en pouvons plus.

 1   AnCon | Samedi, 25 Janvier 2020
  Toi même la!! tu ne vois pas que les opposants à commencer par les fils spirituel d' Eyadema et de Gildiable sont KOOOOOOOOO depuis?????. Le 22 fevrier = 18 décembre bis!!! du courage les Loosers!!!!!!!
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com