AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Transhumance/Répression policière à Aglamassoe : Les populations de Tohoun s’indignent


Société

iciLome | | 4 Commentaires |Imprimer

Hier mardi, les populations de Tohoun, dans le Moyen Mono 1, ont manifesté devant la marie de la commune. Elles ont condamné la violente répression des forces de l’ordre et de sécurité, lundi dernier, au village d’Aglamassoe. Elles ont aussi dénoncé les abus des Peuls qui laissent délibérément les bœufs détruire leurs champs. Elles désapprouvent également le fait qu’on arrête arbitrairement les paisibles villageois d’Aglamassoe, alors que ces derniers ne demandent que justice, surtout que leurs champs ont été dévastés par les troupeaux des Peuls. Dans la déclaration liminaire ayant sanctionné leur meeting devant les locaux de la marie de la commune Moyen Mono 1, ces populations du canton de Tohoun, très en colère, demandent à leurs autorités communales de leur rendre justice. Lecture!

"> Video

Mot d’indignation des agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun

Respecté maire de la commune Moyen-mono 1, aux grand maux les grands remèdes, trop c’est trop.

Monsieur le maire,

Nous sommes devant vous ce matin du 19 mai 2020, nous, agriculteurs et agricultrice du grand canton de Tohoun, non pas pour vous jeter des fleurs parce-que vous gérez bien notre commune, mais pour exprimer notre ras-le bol face à l’envahissement démesuré des Peuls des villages du canton de Tohoun. Les Peuls dont leurs bétails ne font que dévaster nos cultures de saison en saison nous exposent à la famine.

Comment comprendre que des bœufs dévastent nos cultures et quand nous nous présentons au commissariat ou à la gendarmerie pour nous plaindre, paradoxalement nous sommes incompris. Si on ne nous enferme pas, on nous oblige à payer des amandes.

Monsieur le maire,

C’est avec nos cultures obtenues à la sueur de nos fronts que nous arrivons à nourrir nos familles et payer la scolarité de nos enfants. Nous somme dépassés des abus des Peuls avec la complicité de nos autorités locales y compris vous, monsieur le maire, notre fils.

Quand on est dépassé, il faut avoir le courage de dire non

Hier lundi 18 mai 2020, un événement mémorable s’est produit à Aglamassoe où la paisible population a avalé des gaz lacrymogènes de la police de la ville de Tohoun, parce qu’elle a osé dénoncer les abus des bœufs des Peuls.

Monsieur le maire, on piétine mes droits et quand j’ose protester, on me gaz. Nous ne comprenons rien. C’est pourquoi nous voudrions vous dire que le sentiment à trop duré et qu’il faille vous cracher la vérité en face. Quand on n’est pas d’accord, on dit non!

Si vous, vous profitez des fruits des Peuls dont leurs bétails dévastent entièrement nos cultures, nous autres agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun, nous, nous somme exposés à la famine. C’est pourquoi nous vous invitons à transmettre à qui de droit, les recommandations suivantes:

1.) Que la police ou la gendarmerie rétablisse la justice et cesse de nous prendre pour animaux sauvages à abattre sans sommation.

2-) Que les Peuls quittent définitivement notre canton, sans condition au seul cas nous ferons d’eux nos ennemis: ou bien ils nous chassent ou bien nous les chassons.

Fait à Tohoun, le 19/ 05/2020

Pour les agriculteurs et agricultrices

Porte-parole



Autres titres
Togo Togo - L’assassinat du Col Bitala Madjoulba nécessite plutôt une enquête de commandement 
Togo Togo - Covid-19 : Un confiné raconte son enfer à l’hôtel Eda-Oba 
Togo Togo - Covid-19 : Un cas au sein de la Banque Atlantique du Sénégal 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle



.

 4   Paix | Jeudi, 21 Mai 2020
  il faut prier Moïse et Jésus-Christ et il faut lire la Tora et la Bible pour la paix au pays. Que Dieu bénisse le pays et toute l'Afrique Noire.

 3   Adzesu | Jeudi, 21 Mai 2020
  La révolte de la communauté Agotimé (dans le Sud-Agou) en 1991 suite à l'assassinat d'un chef.
Dans les mêmes conditions que dans le Moyen-Mono aujourd'hui. Vous en souvenez-vous?
Cela a débouché sur une guerre communautaire terrible qui a décimé le peuple Peul de la région à l'époque. Les mêmes cause produisent les mêmes effets. Mais chez nous au Togo, nous répétons les mêmes erreurs en espérant des résultats différents. Quand apprendrons-nous de l'histoire?

 2   issifou | Mercredi, 20 Mai 2020
  Il n'y a aucun citoyen togolais qui est d'accord avec le gouvernement, à part une poignée de richissimes propriétaires de troupeaux de bovins, pour permettre ce phénomène de la transhumance. Le gouvernement a toujours invoqué la solidarité avec les pays sahéliens voisins pour imposer à ses ressortissants cette activité devenue une calamité pour la sécurité des biens des braves cultivateurs et une menace pour notre patrimoine naturel. L'attention du gouvernement a été attirée à plusieurs reprises sur le danger de ce phénomène et la nécessité d'instaurer dans le pays les modes d'élevage conformes à l'évolution culturelle de nos populations en interdisant cette activité d'un autre âge. Sinon on s'achemine inexorablement à un affrontement généralisé entre agriculteurs et éleveurs aux conséquences imprévisibles.

 1   Etiko | Mercredi, 20 Mai 2020
  Chère population aidez-vous avec les produits DDT comme les vaches appartiennent à ces faux hauts dignitaries. Arrosez les feuilles non comestibles de vos cultures avec ce produit et laissez les vaches. Je vous donne une journée et vous serez satisfaits. N'allez pas chez eux ou ne protestez pas pour leur donner l'occasion de vous taper ou gazer. Résistez pacifiquement.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com