AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Afrique La CEDEAO va achever un projet WAPP de 567 millions de dollars en 2023


Economie et Finances

iciLome | | 1 Commentaires |Imprimer

Les pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), à travers le West African Power Pool (WAPP), ont fixé une date sur 2023 pour l'achèvement du projet de 567,5 $ et 600 mégawatts.

L'organisme sous-régional a déclaré que le grand marché de l'électricité devait permettre un approvisionnement fiable et abordable en électricité aux citoyens des États membres, selon la "Transmission Company of Nigeria" (TCN).

WAPP, une institution spécialisée de la CEDEAO couvre 14 des 15 pays de la communauté économique régionale, dont le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Ghana, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, Sierra Leone et Togo.

À l'époque, le directeur général du TCN, M. Gour Mohammed, qui a été limogé par le président Muhammadu Buhari la semaine dernière, était le président du WAPP, jusqu'à ce qu'il soit relevé de ses fonctions.

Selon la TCN, dans le cadre des réseaux d’interconnexion, la Côte d’Ivoire - Ghana - Bénin / Togo - Nigéria disposera de l’épine dorsale côtière, tandis que le Ghana - Burkina Faso - Mali partagera, entre autres, le hub interzonal.

Il a indiqué que l'infrastructure comprend principalement 875 km de lignes de transmission à double circuit de 330 kV de Birnin Kebbi (Nigéria) à Ouagadougou (Burkina Faso) en passant par Zabori (Niger) et Gorou Banda (Niger) et de Zabori (Niger) à Malanville (Bénin).

En outre, la compagnie a noté qu'il existe des lignes de transmission de 24 km 225kV DC au Burkina Faso, tandis que le réseau serait bouclé à l'intérieur de la ville de Ouagadougou.
«Cinq sous-stations (Zabori et Gorou Banda au Niger, Ouaga Est et Ouaga Sud-Est au Burkina Faso, Malanville au Bénin) seraient exécutées dans le cadre du projet et quelques SCADA et SVC supplémentaires.

«Au Nigéria, nous avons 62 km de ligne de transmission au Niger, nous en avons 420 km, au Burkina Faso nous en avons 381 km et au Bénin 12 km, totalisant 875 km de lignes de transmission de 330 kV tandis qu'au Burkina Faso nous avons 24 km de lignes de transmission de 225 kV.» a souligné la TCN.

Le projet comporte également une composante d'électrification rurale pour fournir de l'électricité aux communautés le long des lignes de " 330 kV, dans un rayon de 5 km, au Burkina Faso et au Niger. Cela sera mis en œuvre par leurs services publics respectifs, SONABEL et NIGELEC".

«De la même manière, l'Étude d'Impact Environnemental (EIE) du projet a identifié les impacts négatifs sur l'environnement, la santé et la sécurité qui sont traités par des Plans de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) spécifiques dans chaque pays», est-t-il déclaré.

Le coût total du projet s'élève à 567,5 millions de dollars pour la partie régionale, le gouvernement fédéral du Nigéria contribue à 0,9%, l'Agence française de développement (AFD) 6%, la Banque africaine de développement 20,5% et la Banque mondiale contribue 72,6%.

Les travaux devraient durer 30 mois (2 ans et demi) et devraient donc être mis en service au deuxième trimestre de 2023.


Y.Mensah



Autres titres
Gabon La filière café veut retrouver des couleurs 
Burkina-Faso Filière banane: le ministre en charge de l’Agriculture encourage une coopérative à Fara dans les Balé 
Niger ZLCAf: le concours continental des Start UPs sur l’industrialisation lancé 
Plus de nouvelles




 1   Johannes | Mardi, 26 Mai 2020
  A Monsieur Y. Mensah, quand tu ecris un article, prends le temps de le relire avant de le poster... Ton article est ambigu
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com