AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Ghana Ghana - Akufo-Addo promet la gratuité de l'enseignement supérieur


Société

iciLome | | 4 Commentaires |Imprimer

Le président Akufo-Addo a déclaré que son gouvernement envisageait de mettre en place un enseignement supérieur gratuit dans le pays.

Selon le Chef de l'État ghanéen, le plus grand investissement à faire dans un pays est d’investir dans son peuple. Par conséquent, il a l’intention de le faire en investissant dans l’éducation du peuple.

« Ce que j’ai réalisé, c’est que les pays qui sont à la pointe du développement ont commencé par investir dans l’éducation de leur population et cela a beaucoup aidé », a-t-il déclaré Samedi sur Wontumi FM, une radio basée à Kumasi.

Nana Akufo-Addo, après avoir pris ses fonctions en 2017, a introduit l'enseignement gratuit dans les lycées (SHS) dans le pays pour alléger la pression sur les parents et renforcer la base de ressources humaines du pays.

Selon lui, regarder les gens qui abandonnaient l'école en raison de difficultés financières était un problème majeur pour lui, il a donc décidé de sauver la situation.

Ceci, a-t-il dit, a conduit à la naissance et à la mise en œuvre de la politique "Free SHS (Enseignement secondaire gratuit).

Prenant le cran plus haut, le président Akufo-Addo a déclaré que son gouvernement est susceptible d'ajouter également l'enseignement supérieur gratuit.

« Je ne veux pas donner de chronologie, mais je suis sûr que c'est possible », a-t-il déclaré.

« Pour l'instant, ce qui a été mis en place, c'est un système dans lequel les étudiants de l'enseignement supérieur reçoivent des prêts pendant leurs études pour les aider à répondre à leurs besoins, mais nous envisageons également la gratuité de l'enseignement supérieur », a ajouté le président.

Il est à rappeler que les prochaines élections présidentielles et législatives dans ce pays voisin du Togo, sont prévues pour le 07 Décembre prochain, et pour l'instant, l'ancien président John Dramani Mahama et son successeur Akufo-Addo se sont déjà annoncé candidat pour le scrutin avenir.

Mensah A.



Autres titres
Togo Togo - Répartition par âges des décès de Covid-19 
Togo Togo - La Police indique avoir arrêté les braqueurs du 13 septembre au grand marché de Lomé 
Togo Togo - Inondations : Le gouvernement se planche sur le sujet 
Plus de nouvelles




 4   Horrible people | Lundi, 3 Août 2020
  Réponse à 3-Procureur!!
  Bandit de grand chemin.. vous êtes des voyoux au Togo.

 3   Procureur!! | Lundi, 3 Août 2020
  Réponse à 1-AFP
  AFP, ce n'est en rien une information. Quand on a un pays comme le Togo et les religieux se comportent de cette façon, ce n'est pas scandaleux qu'ils soient écoutés par les services.

Vous trouvez peut-être normal que l'évêque émérite s'agite et aille ouvrir des comptes dans les pays étrangers pour déstabiliser le pays. Vous trouvez ça normal.

Vous êtes à plaindre dans ce Togo comme citoyens!

 2   ATP | Lundi, 3 Août 2020
  Réponse à 1-AFP
  C'est une bonne chose. S'ils sont des hommes de Dieu îles n'ont rien a cacher et par conséquent ne devraient pas avoir à se plaindre.

 1   AFP | Lundi, 3 Août 2020
  Comment le Togo a utilisé le logiciel israélien Pegasus pour espionner des religieux catholiques et des opposants.

Selon une enquête menée par « Le Monde » et « The Guardian », le régime togolais a utilisé un logiciel ultra-sophisitiqué pour cibler des religieux catholiques, des militants de la société civile et des opposants politiques.

Par Joan Tilouine Publié aujourd'hui à 12h30, mis à jour à 12h43

A ses paroissiens de Kpalimé, ville agricole du sud-ouest du Togo, Mgr Benoît Alowonou aime répéter que « Dieu connaît la vérité du cœur ». Pas tout à fait les secrets qui intéressent le régime togolais ; lui « connaît » jusqu'au contenu du smartphone de l'homme de foi.

Selon une enquête menée par Le Monde et The Guardian, le religieux de 71 ans est l'un des six Togolais identifiés pour l'instant à avoir été ciblés par un logiciel espion très sophistiqué dénommé Pegasus. Une arme numérique développée et vendue aux Etats par la société israélienne NSO Group, officiellement pour lutter contre le terrorisme et la grande criminalité. Au Togo, elle a été utilisée contre des religieux catholiques, des militants de la société civile et des politiciens de l'opposition. Ces voix qui critiquent le pouvoir du président Faure Gnassingbé ont subi à leur insu des infections de leurs smartphones au cours de l'année 2019.

« Je n'ai rien à cacher, mais il semble clair que ce type de logiciel est dangereux pour nos libertés, pour notre démocratie », répond Mgr Alowonou, joint par Le Monde. En tant que président de la Conférence des évêques du Togo, il a eu à orchestrer des dialogues et des tractations délicates entre l'opposition et ce pouvoir que les religieux critiquent régulièrement pour ses dérives autoritaires. « Il est de notre devoir de dire publiquement des vérités qui dérangent », insiste l'évêque de Kpalimé. Cette liberté de parole lui a-t-elle valu d'être ciblé par le logiciel Pegasus, qui permet notamment, dans sa version basique, de géolocaliser la victime, lire ses messages et ses courriels, voire activer le micro et la caméra de son smartphone ?

« Cette violation claire des libertés des citoyens est très grave », pense le père Pierre Chanel Affognon. Avec le mouvement citoyen Forces vives Espérance pour le Togo, ce prêtre est lui aussi engagé dans la lutte pour la démocratie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest dirigé d'une main de fer par la dynastie Gnassingbe.



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com