AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Côte D'Ivoire J’ai décidé d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 (Alassane Ouattara)


Politique

AFRICAHOTNEWS.COM | | 1 Commentaires |Imprimer

En remplacement du défunt premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, le Président Alassane Ouattara rempile pour un troisième mandat. Dans un discours prononcé à l'occasion de la célébration du 60ème anniversaire d'indépendance de la Cote d'Ivoire, Alassane Ouattara a annoncé sa candidature à la prochaine élection.

Mes chers compatriotes,

En ce qui me concerne, j’ai, comme vous le savez, fait part, le 5 mars dernier, à toute la Nation, devant le Parlement réuni en Congrès à Yamoussoukro, de ma volonté, bien que la nouvelle Constitution m’y autorise, de ne pas faire acte de candidature et de passer la main à une nouvelle génération.
Depuis cette décision, j’avais commencé à organiser mon départ; à prendre toutes les dispositions au plan personnel et au plan politique.

J’avais planifié ma vie après la Présidence. J’avais entrepris de relancer les activités de mon Institut et de créer la Fondation Internationale ADO, dont les locaux sont en cours de finition.
J’envisageais ainsi de mettre mon expérience en matière économique et de gouvernance au service des pays et des Institutions qui le souhaiteraient.

Au plan politique, ma décision avait abouti à la désignation, le 12 mars 2020, d’un candidat, chef d’équipe de cette nouvelle génération de cadres compétents et dévoués, à même de préserver les acquis de notre pays en matière de paix et de progrès.
Mais, comme le dit l’adage, l’Homme propose, Dieu dispose.
Les récents événements tragiques, avec le décès du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, laisse un vide au niveau de l’équipe que j’avais mise en place pour poursuivre et consolider le programme de développement économique et social pour lequel vous m’avez fait confiance.

Par ailleurs, le calendrier très serré, à peine trois mois avant l’élection présidentielle ; les défis auxquels nous sommes confrontés pour le maintien de la paix, la sécurité nationale et sous régionale ainsi que la nécessité de juguler la crise sanitaire ; le risque que tous les acquis, après tant d’efforts et de sacrifices consentis par toute la population, soient compromis ; le risque que notre pays recule dans bien des domaines ; tout cela m’amène à reconsidérer ma position.
Face à ce cas de force majeure et par devoir citoyen, j'ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Je suis donc candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.
Je peux vous assurer que cette décision, mûrement réfléchie, est un devoir que j’accepte dans l’intérêt supérieur de la Nation ; afin de continuer de mettre, sans relâche, mon expérience au service de notre pays.

Compte tenu de l’importance que j’accorde à mes engagements et à la parole donnée, cette décision représente un vrai sacrifice pour moi, que j’assume pleinement, par amour pour mon pays.
Par cette décision, je veux aussi prendre le temps d’achever de préparer la relève. J’entends également renforcer les actions de rassemblement et de réconciliation de tous nos compatriotes.



Autres titres
Côte D'Ivoire Côte D'Ivoire - Guillaume Soro contre les 3ème mandats dans la sous-région 
Sénégal Sénégal - Karim Wade de nouveau éligible sur les listes électorales sénégalaises (avocats) 
Togo Togo - La Dynamique Mgr Kpodzro annonce son premier grand meeting 
Plus de nouvelles




 1   Innocent Aziadouvor | Lundi, 10 Août 2020
  Où sont les grands grands professeurs de droit constitutionnel pour arrêter ce fléau qui est :"Nouvelle constitution=Remise du compteur à ZÉRO"au nom d'une certaine certaine "non rétro activité de la loi"
Ce fléau commencé en Afrique touche déjà une super puissance eurasienne
La rétro activité de la loi signifie t Elle la remise du Compteur à zéro ?
Aucunement pas puisque l'ancienne loi loi est toujours évoquée quand il s'agit des faits antérieurs à la nouvelle loi
La succession des lois est comme une course de relais où le coureur suivant prend le bâton là où son prédécesseur achève sa course.Cela ne veut pas pour autant dire que la course du prédécesseur est nulle pour ceux qui connaissent une course de relais
Pour arrêter ce fléau il faut plutôt mettre dans les constitutions ce qui suit : "Tous les citoyens sont nés égaux.pour cela aucun n a le droit de faire plus de deux mandats à la tête
du pays" et d ajouter que cette assertion ne doit en aucun faire l objet de révision



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com