AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Mali Mali - Attaque meurtrière d'Ogossagou : Un rapport accable les hauts gradés


AFRIQUE

iciLome | | Commenter |Imprimer

Dans leur rapport sur le massacre d’Ogossagou remis ce vendredi 14 août 2020 au conseil de sécurité de l’ONU, les experts pointent du doigt les responsabilités de hauts officiers de l’armée malienne.

Les enquêteurs de l’Organisation des nations unies, après leurs investigations relatives à l’attaque meurtrière d’Ogossagou, ont conclu que des hauts militaires maliens entravent le processus de la paix. Ils ont cité nommément le rôle trouble que le général Kéba Sangaré, actuel directeur de la sécurité d’Etat, anciennement chef d’état-major de l’armée de terre, y a joué.

Leur rapport n’est pas encore rendu public officiellement. Certaines sources ont pu le lire. Et ses bonnes feuilles démontrent que l’armée malienne aurait pu faire éviter ledit massacre intervenu le 14 février 2020. « Les victimes ont été poursuivies dans les buissons, certaines ont été mutilées et d'autres décapitées », souligne le document, ressassant 35 civils tués et 19 portés disparus.

Le général Kéba Sangaré, responsable de la sécurité de la région du centre à l’époque des faits, rapporte rfi, « est informé à 17h du départ de l’unité, 10 heures avant l’attaque, il est aussi informé des menaces, de la préparation et du début de l’assaut. Mais ne donne aucun ordre. Il va jusqu’à donner à sa hiérarchie une fausse information, indiquent les experts. Ceux-ci rappellent les soutiens apportés par l’État malien à des groupes armés ou milices ».

Et la radio mondiale d’ajouter : « Comme en témoigne l’initiative prise par la sécurité d’État. En avril 2019, les services maliens font pression sur le gouvernement du Niger pour qu’il libère des membres d’un réseau de drogue. Une protection promise par les services maliens en échange d’un paiement mensuel « au moins jusqu’en juillet 2018 » précise le rapport. Un paiement versé par Mohamed Ould Mataly, député et membre de la Plateforme, un groupe armé progouvernemental, sous sanction de l’ONU, au général Moussa Diawara, actuel directeur de la sécurité d’État malien et à son adjoint chargé de la lutte antiterroriste, le colonel Ibrahima Sanogo ».

Le Mali mène une guerre contre les extrémistes qu’il peine à gagner malgré les soutiens sous-régionaux et les appuis d'une partie de la communauté internationale.

A.H.



Autres titres
Afrique Afrique - OMC : Ngozi Okonjo-Iweala, l’espoir de l’Afrique 
Côte D'Ivoire Côte D'Ivoire - Les violences ont déjà fait 6 décès et plus de 100 blessés 
Angola Angola - Un fils de l’ex-président Dos Santos écope 5 ans de prison 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com