AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Togo - Vers 12 Mois d’hibernation politique… : Gangstérisme contre Gangstérisme


Politique

Fraternité | | 11 Commentaires |Imprimer

C’est un événement plutôt rare sur la scène politique nationale. Sept mois après la présidentielle du 22 février 2020, tout sommeille à la tête du pays. On aurait cru en finir hier mardi mais c’est plutôt à six autres mois supplémentaires d’hibernation auquel on aura droit, selon l’Assemblée nationale. Une si curieuse léthargie sans précédent qui repose le débat de la méthode de lutte face au pouvoir cinquantenaire de Lomé.

Léthargie et hibernation…

L’on croyait le débat clos depuis le 3 mai dernier. Mais non ! Quatre mois après sa prestation de serment, Faure Gnassingbé éprouve toutes les difficultés à former un nouveau gouvernement. Inaudible depuis le 1er avril dernier, le Chef de l’État ne fait signe de vie que de façon sporadique. Soit dans son palais où il est cloîtré, soit à l’occasion de ses curieux voyages qui l’ont amené ces derniers jours en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Congo Brazzaville et au Ghana. L’avant dernier voyage annoncé sur le Niger pour le sommet des Chefs d’État de la CEDEAO a suscité une polémique de faux au point que la présidence ait dû réagir par presse interposée. Mais sans la moindre once de réponse tangible pour débouter ceux qui ont pointé du doigt une supercherie entre les affirmations du tweet du Chef de l’État et la photo de famille de fin de sommet. Pendant ce temps, le gouvernement sortant se complaît et sombre dans une impertinente loi d’habilitation pour, dit-on juguler la crise sanitaire au nom de la Covid-19. Quant à l’Assemblée nationale, elle se résout à de simulacres de séances et plénières sans grands enjeux. L’une d’entre ces séances a été celle opérée hier mardi avec six autres mois supplémentaires d’état d’urgence arrivé à échéance hier mardi 15 septembre. In fine, l’on s’achemine vers 12 mois d’hibernation politique au Togo.

Méthode Agbéyomé

À l’origine de cette stagnation politique dans le pays, une hydre d’opposition portant la griffe Agbéyomé Kodjo. Le candidat classé deuxième au scrutin présidentielle du 22 février, selon les résultats officiels, mais qui clame être le vrai vainqueur.

En effet, malgré les persécutions multiformes du pouvoir, le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro n’est pas prêt à abdiquer. Avec une détermination et un courage inédit, le Président du MPDD brave tous les interdits en vue de rentrer dans « ses droits ». Ceci, en conquérant le pouvoir et l’exercer. Ainsi, du haut de sa conviction de « Président démocratiquement élu », il a déjà procédé à une série de nominations allant d’un Premier ministre aux ministres et ambassadeurs. Des faits interprétés par la justice togolaise comme « tentative d’atteinte à la sécurité de l’État ». Contraint au maquis depuis juin dernier, Agbéyomé Kodjo est aujourd’hui visé par un mandat d’arrêt international. Mais loin de lâcher prise, le candidat de la Dynamique Kpodzro continue de donner de la voix depuis son lieu de refuge tenu secret par ses proches. Il traduit ainsi dans les faits, son opposition affichée à la mascarade électorale de février dernier.

Bras de fer juridique

Et la dernière estocade est la saisine du comité des droits de l’homme des nations unies par son conseil. Il s’agit des avocats Pierre Bovis et Robin Binsard du barreau de Paris, acquis à la cause de M.Kodjo qui, au nom de leur client, demandent à l’ONU de sanctionner le pouvoir de Faure Gnassingbé pour « fraude électorale » lors du dernier scrutin présidentiel.

Dans les faits, ces derniers dénoncent en substance, outre la fraude électorale, les violences et les menaces de mort dont est constamment victime leur client depuis le contentieux électoral qui l’oppose au régime en place.

« C’est donc à l’issue d’une élection entachée de fraudes et de violences que le Président de la République sortant Faure Gnassingbé a été déclaré vainqueur avec un score s’élevant prétendument à hauteur de 72,3% des votes. Les persécutions dont M. Agbéyomé KODJO fait désormais l’objet parachèvent d’établir le recul de l’Etat de droit au Togo », relèvent ces deux avocats français.

Appréciant très mal l’interdiction faite à leur client par la justice togolaise de se prononcer, de quelque manière que ce soit sur la dernière présidentielle, Me Pierre-Henri Bovis et Robin Binsard, y voient une sorte de « privation de liberté » de leur client. Une manœuvre du régime qu’ils qualifient d’« inique et attentatoire au droit international ainsi qu’à la constitution togolaise, lesquels consacrent la liberté d’expression, d’opinion et, plus largement, le droit de participer à la vie publique et politique, droits indispensables à toute démocratie».

Mais avant, en guise d’une stratégie endogène, le candidat de la DMK dispose également d’un conseil au plan. Il s’agit des avocats Célestin Agbogan et Atsou Darius qui, déjà en mars dernier, à la veille du passage de leur client devant le Scric, sont montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils appellent « un acharnement contre leur client».

Qui es-tu, Agbéyomé?

C’est dire donc que pour contrarier Faure Gnassingbé, Agbéyomé ne manque pas d’inspiration et de stratégie. A la bataille juridique, il associe la pression populaire et internationale au travers des manifestations de rue qui se tiennent au Nigeria, en Allemagne, en France et aux États-Unis. Des manifestations qu’organisent ses ambassadeurs qu’il a précédemment nommés dans le cadre de sa lutte.

Dans un contexte marqué par la restriction des libertés publiques et interdiction des marches au plan national, cette approche se révèle si pertinente et intelligente de Kodjo lorsqu’on sait justement que le Togo est bien connu par le comité des Nations-Unies et d’autres institutions internationales surtout américaines comme, étant un mauvais élève en matière du respect des droits de l’homme. Et c’est bien là, une pression supplémentaire que le natif de Tokpli, en vieux briscard, met sur Faure et son régime plus que jamais en difficulté.

Contre un pouvoir autocrate, une opposition atypique

« Tu me tiens, je te tiens ! », avait déjà titré votre Journal Fraternité analysant le duel Faure-Agbéyomé. Et c’est à juste titre. Contre un pouvoir particulier et autocrate, une opposition exceptionnelle et atypique. Et c’est ce que semble incarner aujourd’hui Agbéyomé qui a tout le mérite d’avoir su jusqu’ici faire bien coordonner sa stratégie de participationniste et gangstérisme. Une stratégie qui contraint aujourd’hui le pouvoir de Lomé à une léthargie et à une hibernation sans précédent. Et ce, depuis plusieurs mois.

Loin d’évaluer sa pertinence, il est tout simplement constaté que la lutte que mène actuellement le candidat de la Dynamique Kpodzro se montre plus dérangeante par sa particularité d’allier stratégiquement intelligence et voyoucratie. La seule approche qui siet au pouvoir cinquantenaire de Lomé qui doit sa longévité à la même méthode. Une lutte qui vaut la peine d’être menée pendant que le reste de la classe de l’opposition regarde le bras de fer depuis les tribunes.

Source: FRATERNITE



Autres titres
Côte D'Ivoire Election présidentielle: le chef de l’ONU appelle à un scrutin pacifique 
Togo Togo - Le pouvoir, les lieux de culte et les libertés : A quand la fin de l’échappatoire Covid-19 ? 
Togo Togo - Chronique de Kodjo Epou : Notre marche dos à la route 
Plus de nouvelles




 11   Gery | Mardi, 22 Septembre 2020
  Réponse à 9-gogoligo
  Que se psse-t-il? Dans l'incapacité se former un nouveau gouvernement, on proroge indéfiniment l'État d'urgence. Quel problème le président a pour sortir un nouveau gouvernement ? Dans la foulée les hommes de tout faire comme Bawara et Boukpessi propose une conférence nationale. C'est encore une autre ruse pour berner le togolais. Il y'a sûrement un problème qu'on cache. Soyons vigilant.

 10   koromsa | Lundi, 21 Septembre 2020
  Réponse à 4-impartial
  Tu m'as très bien compris:
GANG NO PLAY GANG !

 9   gogoligo | Lundi, 21 Septembre 2020
  Togo Confidentiel: Quand Bawara et Boukpessi veulent convaincre à une Conférence Nationale Souveraine bis.

Le régime RPT-UNIR du clan Gnassingbé semble dos au mur, face aux multiples pressions du peuple, à travers diverses démarches de la DMK, la société civile, la diaspora togolaise dans son ensemble, et de certains partis politiques, conscients et fidèles à la lutte patriotique.

Toutefois, il existe, certains leaders politiques qui, avides de gains faciles, refusent de voir plus loin que le bout de leurs nez et préfèrent comme toujours, saboter et porter une entorse à la lutte pour l'alternance sur la terre de nos aïeux.

Comme le dit si bien la Bible qu' »il n' y a rien de nouveau sous le soleil », eh bien le régime du gnasseron aux abois veut rééditer l'histoire de la soif de l'alternance à la tête du Togo, des année 1990, avec la même tactique, le même dynamisme, mais avec de faux acteurs que tous, connaissons aujourd'hui.

De par nos enquêtes, il ressort que les sieurs Gilbert BAWARA et Payadowa BOUKPESSI, respectivement ministres de la fonction publique et de l'administration territoriale, tous deux griots du gnasseron planifient un simulacre de Conférence Nationale Souveraine (CNS) à l'image de celle de 1990, conduite par Monseigneur Kpodzro.

Pour ce faire, les deux hommes forts en mission commandée, ont débloqué des millions de francs CFA, puisqu'ils détiennent toutes les sources de provenance d'argent du pays au détriment du peuple, dans les mains d'un sieur presque chauve, un des leaders de l'opposition, afin que ce dernier convainque ses camarades de la lutte et les rallie à leur cause de l'éternité du pouvoir.

Actuellement, le monsieur presque chauve de l'opposition togolaise dont nous préférons pour le moment taire le nom, et rassurez-vous, il ne s'agit pas de Jean-Pierre Fabre, a déjà commencé sa tournée de sensibilisation des partis politiques, pour les convaincre de recevoir les millions et accepter la proposition de la fameuse nouvelle CNS, qui ne connaîtra pas la participation de Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, rentré dans le maquis depuis quelques semaines, pour échapper à une élimination de sa personne, car continue de réclamer la victoire du peuple togolais qui l'a choisi à la présidentielle du 22 février dernier.

Par ces écrits nous tenons à informer le peuple, ce qui d'ailleurs est notre devoir, et tirer la sonnette pour que tout le monde sache ce qui se prépare, et se tienne prêt, lorsqu'un soi-disant leader de l'opposition viendra avec une quelconque proposition d'une CNS, qu'il sache qu'il s'agit d'un traitre, vendeur de la lutte, car les résolutions de cette CNS ont déjà été discutées, élaborées et n'attendent que la participation de faux frères pour être adoptées et entrer en vigueur.

S'il y a une chose dont nous pouvons être sûrs, c'est que ce ne va vraiment pas dans le camp bleu du gnasseron. Ils sont dos au mur et ne savent plus à quel Saint se vouer; le cas échéant, pourquoi chercheraient-ils à négocier avec le peuple, sous une CNS déguisée? Sûrement parce que les pressions du peuple se maintiennent sans relâche.

De plus, avec la situation du Mali ces derniers jours, même la confiance au sein de l'armée clanique formée par les assassins du peuple n'est plus à son summum. Actuellement, les armes de même que les munitions au sein de la BIR et autres garnisons, ne sont plus accessibles, car le meurtre de Bitala Madjoulba, n'a pas aussi fini de faire effet dans le cœur de ses frères d'armes. Alors seuls le Lieutenant-Colonel BELEYI et Faure GNASSINGBE en personne, détiennent les clés des entrepôts d'armes, et seules quelques personnes dites dignes de confiance détiennent des armes, pour éviter tout soulèvement au sein de l'armée, à la malienne.

Le peuple togolais, doit savoir que ses pressions de différentes manières qu'elles soient, sont entrain de porter leurs fruits et le peuple doit tenir ferme sans ni chanceler, ni prêter le flanc à ces usurpateurs en acceptant un quelconque marchandage habillé en CNS, de par certains délinquants en peau de leaders politiques. L'heure n'est plus au dialogue, mais à l'action; sinon à combien voulons-nous porter le nombre de dialogues avec ce régime cinquantenaire, qui n'a à cœur que de s'éterniser au pouvoir?

Que le peuple et ceux des opposants qui sont encore loyaux au peuple de même que la société civile togolaise se donnent le devoir de sensibiliser sur ce danger qui se prépare en douce contre le peuple, pour de nouveau décider de son avenir sans la participation de gens capables de le défendre et que chacun se dresse contre quiconque viendra avec cette idée empoisonnée de soutenir une quelconque CNS.

À bon entendeur...

source : Kangni Coco LOCOH / kangnicoco - togoactualite


 8   123 | Dimanche, 20 Septembre 2020
  En tout cas ça sent le vinaigre. Faut s'attendre à des évènements innatendus dans les prochains jours( mois ) au togo.

 7   Gambeno | Dimanche, 20 Septembre 2020
  Non à la conference nationale bis qui se prépare au togo.
Pourquoi une conference nationale pour la transition au Togo? C'est pour redorer le blason à ce blaser faure gnassingbé et le rpt/unir, c'était la même chose que eyadema gnassingbé avait fait pour reprendre la main. Je ne pense pas que les Togolais sont des bêtes pour accepter ce magouille encore. on dit non à cette conference nationale bis qui est en préparation au Togo pour sauver faure gnassingbé. Le vouloir du peuple Togolais est que faure gnassingbé libère la planche pour le bien du peuple togolais. Le togo à un président élu qui est Agbéyomé Kodjo.
Vive le président de la république du Togo Agbéymé Kodjo.
Vive le grand Togo libre.

 6   impartial | Dimanche, 20 Septembre 2020
  Réponse à 5-Au togo
  Qu'est ce qu'il raconte celui là; je n'ai que donné mon avis sur certains limogeage dans un contexte bien précis , je suis juste objectif et j'ai donné aussi pour exemple la préfet de Tchamba qui a été limogée ce qui me permet de dire que certainement le prince veut maintenant ratisser le milieu.

 5   Au togo | Dimanche, 20 Septembre 2020
  Réponse à 4-impartial
 
D'où sors-tu toi encore avec tes contortions pour masquer que tu es un soutient gorge des sanguinaires .
Au togo les paysans qui doivent travailler la terre pour que les cytadins puissent manger n'ont pas eux mêmes avec assurance un seul repas par jour ; Mais encore ils manquent d'eau potable , de centres de santé , des infrastructures routières , etc ... ; Enfin quand papa n'a pas pu réaliser du moins ces besoins primordiaux des droits de l'homme au
togo durant 38 ans et que moi le fils non plus durant 15 ans ; QU'EST-CE QU'UN TOGOLAIS PEUT ENCORE ATTENDRE
DE CES HOMMES ET DE CETTE NOMINATION AUX ETATS UNIS , PUISQU'ON TIRE SUR LES ENFANTS AU TOGO ET PERSONNE N'ENLEVE PAS DE MAUVAIS HERBES CAR CA DEVIENT UNE HABITUDE !!!

 4   impartial | Dimanche, 20 Septembre 2020
  Réponse à 3-Koromsa
  moi je pense que le prince veut assainir le terrain, enlever les mauvaises herbes dans son parti, il ne fait plus confiance, le respect des regles. Il suffit de voir comment la prefet de tchamba qui a ete limogee

 3   Koromsa | Dimanche, 20 Septembre 2020
  Bien vu:
" GANG NO PLAY GANG " !!!

 2   Kaykay Fire | Dimanche, 20 Septembre 2020
  A mon humble avis, le blocage du régime de Faure Gnassingbé depuis février 2020 n'est pas tellement lié aux gesticulations chaotiques d'Agbeyomé Kodjo et de sa bande de manipulateurs, de menteurs et de calomniateurs regroupés sous la bannière d'une prétendue 'dynamique kpodzro'.
A mon avis, le malaise est plutôt lié à un risque d'implosion du système archaïque FAT-RPT/UNIR actuellement traversé par des GUERRES DE CLAN, des LUTTTES INTESTINES sans merci, des TRAFICS D'INFLUENCE sans pitié !
Actuellement, c'est la guerre de tous contre tous au sein des FAT et au sein du cercle très fermé de la secte UNIR! Chacun épie chacun et chacun tente de glisser des peaux de banane à l'autre, soit par convoitise pour la position et l'influence de l'autre, ou soit par simple cynisme qui est une habitude de la maison ...
Et dans tout ce cafouillage infernal, l'acteur principal Faure Gnassingbé qui croit naïvement manipuler les gens qui l'entourent est plutôt le dindon de la farce qui est proprement manipulé de tous les côtés par ses thuriféraires alimentaires!
Si les Togolais ont un peu de chance, ce scénario va déboucher à court ou à moyen terme sur une véritable IMPLOSION du système qui emportera aussi bien Faure Gnassingbé que beaucoup de barons cachés du régime.
La stratégie que les Togolais intelligents doivent adopter à présent, c'est d'encourager tous ces thuriféraires à intensifier leur lutte fratricide sans merci en poussant les uns et les autres à comettre davantage des scandales et des bévues pour s'attirer la haine de leurs co-religionaires au sein de la secte UNIR.
Et pendant que ces mafieux d'UNIR vont se bouffer entre eux pour des postes, pour des passe-droits ou simplement pour des histoires de fesses, les Togolais intelligents militaires comme civils (particulièrement au sein de la Diapora) doivent s'organiser discrètement en mettant en place ce que les Anglo-Saxons appellent "Shadow Cabinet" pour tous les secteurs de la Vie Nationale (Défense et Sécurité, Économie et Finances, Instruction publique, Enseingnement supérieur et Recherche scientifique et technologique, Mines et Energies, Production agricole et Sécurité alimentaire, Santé publique, Diplomatie et Relations internationales, etc. etc. etc.)

 1   Noir | Dimanche, 20 Septembre 2020
  Israel appartient aux Noirs. Les Africains Afrique Noire. Ce sont les Noirs les Africains Afrique Noire qui ont créé Israel. il n'y a que les Noirs qui sont Hébreux. Moïse des Juifs est Noir. Jésus-Christ des Chrétiens est Noir.
Voici les prénoms des fils de Ako = Gbagbo = Jacob = Yakov qui sont les noms des tribus Israélites que nous avons chez nous au pays : Réoubé Shimon Lévi Yéhouda Dan Naftali Gad Ashér Issachar Zébouloun Yoséf Benyamin
Chaque tribu a ses signes représentatifs. Dan c'est le serpent.C'est pour cela que nous appelons le serpent Dan.Ako c'est Yakov.Ewé c'est éoué. Lévi c'est Tévi. Shimon c'est Djimon.Ashér c'est Lasséy ou Adjé. Yoséf c'est José. Naftali c'est Atayi. Gad c'est Ga. Benyamin c'est Benjamin ...il faut citer les noms de toutes les tribus pendant les cérémonies Vodous.
Si tu vas au Ghana à Accra ils sont Ga. Ga c'est Gad.
Pendant les cérémonies Vodous nous disons que nous sommes des Ivrits. Ivrit veut dire Hébreu. Nous disons aussi que nous sommes des Yéhous. Yéhou veut dire Juif.
Pour dire Juif nous disons Yéhou. Pour dire Chrétien nous disons Notri ou Kpoti.
C'est de l'hébreu.
Kra Noir Tora Noir Tona Noir Tana Noir Bible Noir

Israel faisait partie de l'Afrique. il n'y avait que des Noirs
qui vivaient en Afrique. il n'y a que les Noirs qui sont Hébreux.
Nous avons aussi vécu à Babylone . Nous avons été attaqués.Jérusalem a été attaqué et nous avons perdu la guerre. L'exil a duré 70 ans.
D'ailleurs le Chef Ewé président des Chefs traditionnels du Togo a écrit un livre en 2018 où il décrit cette partie de notre histoire.
Nous avons aussi vécu en Egypte. D'ailleurs nous dessinons tout le temps des pyramides pour décrire cette période de notre histoire.Avant, il n'y avait que des Noirs en Afrique. Toute l'Afrique était Noire. les égyptiens aussi étaient Noirs.
Nous avions aussi déjà vécu en Europe. Nous y avons été déportés par les Romains qui ont attaqué Jérusalem. Ce qui est sûr est qu'il n'y a que les Noirs qui sont Hébreux. Abraham est Noir. Isaac est Noir. Jacob est Noir. Moïse est Noir. Jésus-Christ est Noir. Cela va faire 6000 ans que nous pratiquons les traditions Hébraïques. Chez nous en Afrique le mois de Septembre c'est la nouvelle année Juive. l'année 2020 est l'année 5780. Le samedi c'est shabbat.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com