AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Sénégal Sénégal - Karim Wade de nouveau éligible sur les listes électorales sénégalaises (avocats)


Politique

iciLome | | Commenter |Imprimer

Le Collectif des avocats de Karim Wade, qui a été´ condamne´ arbitrairement a` l’issue d’un procès politique et une parodie de justice, informe l’opinion publique nationale et internationale que, depuis le 21 aou^t 2020, le code e´lectoral ne peut plus e^tre invoque´ par l’Etat du Se´ne´gal pour faire obstacle a` l’inscription de leur client sur les listes e´lectorales et a` sa candidature a` toute e´lection.

Alors que la Cour de re´pression de l’enrichissement illicite (CREI), juridiction d’exception, n’e´tait pas alle´e jusqu’a` priver Karim Wade de ses droits civils et politiques, l’Etat du Se´ne´gal a arbitrairement, sans aucune base le´gale, radie´ notre client des listes e´lectorales en se pre´valant de l’article L.31 du code e´lectoral qui interdit l’inscription aux personnes condamne´es.

Toutefois, l’article L32 du code e´lectoral limite cette interdiction d’inscription sur les listes a` une dure´e de 5 ans. Ainsi, depuis le 21 Aou^t 2020, Karim Wade devient e´lecteur et e´ligible en vertu de la loi e´lectorale et par l’expiration du de´lai de 5 ans suivant la de´cision de la Cour supre^me du 20 Aou^t 2015 qui avait rejete´ son pourvoi contre l’arre^t de condamnation par la CREI.

Le collectif rappelle que l’E´tat du Se´ne´gal a gravement et de manie`re persistante bafoue´ les droits de Karim Wade et refuse´ d’appliquer la de´cision du Comite´ des droits de l’homme des Nations Unies qui a juge´, en 2018, que l’arre^t de la CREI violait le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et que l’E´tat du Se´ne´gal e´tait tenu de faire re´examiner la condamnation de Karim Wade. Par ailleurs, le 31 octobre 2019, le Comite´ avait solennellement de´clare´ qu’il e´tait «pre´occupe´ par le fait que la de´cision du Conseil constitutionnel intervenue le 20 janvier 2019 (...) a invalide´ la candidature de celui-ci au motif qu’il avait e´te´ condamne´».

Le Collectif rappelle a` l’E´tat du Se´ne´gal qu’il est tenu de se conformer strictement au respect de la Constitution et des traite´s internationaux qui garantissent les droits de Karim Wade, viole´s par les autorite´s de son pays depuis 2012.

Il lui demande de proce´der sans de´lai a` la re´inscription de Karim Wade sur les listes e´lectorales et re´affirme sa de´termination a` faire re´viser son proce`s, comme l’exigent le Comite´ des droits de l’homme des Nations Unies ainsi que de nombreuses organisations qui agissent pour la de´fense des droits de l’homme et le respect des liberte´s et de la de´mocratie au Se´ne´gal.

Fait a` Dakar, le 21 septembre 2020

Me Demba Cire´ BATHILY , Avocat au barreau de Dakar

Me Cire´ Cle´dor LY , Avocat au barreau de Dakar

Me Michel BOYON, Avocat au barreau de Paris

Me Seydou DIAGNE, Avocat au barreau de Dakar



Autres titres
Togo Togo - Le pouvoir, les lieux de culte et les libertés: A quand la fin de l’échappatoire Covid-19 ? 
Togo Togo - Nouveau gouvernement: Tout ça pour ça 
Nigéria Nigéria - Violentes manifestations au Nigéria : Buhari regrette les faits 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com