AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Afrique Afrique - Électionsv: La France est-elle consciente de l'hypocrisie des institutions africaines ?


Politique

iciLome | | 1 Commentaires |Imprimer

Aux lendemains des élections présidentielles dont le bloc ouest-africain CEDEAO et l'Union Africaine (UA) qualifient d'élections “crédibles et transparentes”, l'on remarque des contestations des résultats qui sont malgré tout, suivies des lettres de félicitations aux supposés gagnants. Cette année, la France a profité de la “réélection” du président guinéen, Alpha Condé pour indirectement exposer l'iniquité de ces organisations qui devraient plutôt consolider la démocratie dans leurs pays membres.

Après la victoire controversée d'Alpha Condé à l'élection présidentielle du 18 Octobre dernier, les dirigeants de ces grandes institutions africaines, notamment l'UA et la CEDEAO ont adressé leurs messages de félicitations aux président sortant, malgré les violences pré et post-électorales pour dénoncer le troisième mandat et les fraudes électorales.

Mais le président français Emmanuel Macron reproche son homologue guinéen d'avoir intentionnellement favorisé son troisième mandat, en faisant réformer la Constitution.

« Le président Condé a une carrière d'opposant qui aurait justifié qu'il organise de lui-même une bonne alternance. Et d'évidence, il a organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir. C'est pour ça que je ne lui ai pas encore adressé de lettre de félicitations », a déclaré le président français dans d'un entretien avec l'hebdomadaire Jeune Afrique la semaine dernière.

Macron a également ajouté qu'il a “eu plusieurs fois des discussions avec le président Alpha Condé – des discussions très franches, y compris le 15 août 2019, quand il était en France.”

Quant à la situation en Côte d'Ivoire où Alasane Ouattara se déclare vainqueur de l'élection présidentielle, en dépit des insurrections contre sa nouvelle décision de briguer un troisième mandat, M. Macron estime que Ouattara "s'est présenté par devoir" et la France ne peut s'en opposer.

« La France n'a pas à donner de leçons (...) Notre rôle, c'est d'en appeler à l'intérêt et à la force qu'a le modèle démocratique dans un continent de plus en plus jeune », explique-t-il.

Pourtant, la décision du président Macron de ne pas encore féliciter Alpha Condé, est également une leçon aux dirigeants africains.

Mensah Agbenou.



Autres titres
Togo Togo - Élections régionales : le gouvernement poursuit les consultations avec l’opposition 
Togo Togo - Voeux du RNDP 
Côte D'Ivoire Côte D'Ivoire - Guillaume Soro ne participera pas aux législatives 
Plus de nouvelles




 1   Lada | Mardi, 24 Novembre 2020
  Oui par devoir.
Par devoir de continuer de servir cette France qui ne sait sa destinée
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com