AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Togo - Les vérités de Gerry Taama au ministre Akodah Ayewouadan


Politique

iciLome | | 9 Commentaires |Imprimer

Dans une note de service rendue publique le 20 novembre dernier, le ministre en charge de la Communication et des Médias a dénoncé certaines « pratiques » des confrères des médias d’Etat sur les lieux de reportage. Il est reproché à ces derniers « d’exiger de l’argent sur le terrain auprès des institutions, ministères et organismes publics et privés en contrepartie du traitement des reportages pour lesquels ils ont été sollicités ». Le ministre Prof. Akodah Ayewouadan va jusqu’à menacer de sanctionner désormais tout confrère journaliste des médias publics qui « exigerait de l’argent » sur un lieu de reportage.

Sur sa page Facebook, le député Gerry Taama a réagi par rapport à cette sortie. A en croire le président de Nouvel Engagement du Togo (NET), cette décision du ministre Akodah est fort appréciable, mais elle est loin de résoudre le problème, quand on connait les réalités du terrain et la précarité des journalistes togolais.

« A coup sûr que les nouveaux ministres veulent marquer leur territoire et quoi de mieux que des décisions fortes, pour montrer qu'ils ont la main. Depuis bientôt 10 ans que je suis en politique, aucun journaliste, du privé ou du public, n’a jamais exigé qu’on leur paye pour le reportage. Je n'ai jamais vu un journaliste public imposer le paiement. C'est simplement devenu une habitude acceptée par tous les acteurs. A la fin d'un évènement, on donne quelque chose aux journalistes. Chez beaucoup d'organisateurs d'événements, ça fait même partie du budget. Mais je le répète, de mon expérience, il n’y a aucune obligation. Du coup, difficile de sanctionner un délit qui n'est pas matérialisé », a lancé le député.

Selon lui, le problème est ailleurs. Et le ministre Akodah, depuis son « bureau climatisé » est loin de connaitre la réalité que vivent tous les hommes de médias, y compris ceux du privé. Gerry Taama recommande au ministre en charge des Médias de temporiser plutôt que de lancer des menaces. Le mieux serait de discuter avec les syndicats et les différents acteurs du secteur pour une amélioration des conditions de vie et de travail de ces hommes de médias, que ce soit du privé ou du public.

« La réalité est que le journaliste togolais vit dans une précarité affligeante. On ne devient pas journaliste par vocation, mais plutôt par vacation. Parce qu’on n’a rien trouvé d'autre à faire. Même dans les médias publics, la majeure partie des reporters sont soit des pigistes, des stagiaires ou des contractuels. Le journaliste n'est pas valorisé, il est le premier à arriver sur l'événement et le dernier à en partir. Quand on prend ceux du privé, parfois leur direction compte sur le communiqué final pour assurer leur déplacement. Voilà, c'est plutôt dur d'être journaliste au Togo. Le ministre fait preuve d'engagement et c'est bien, mais il faut davantage discuter avec les syndicats et les différents acteurs pour trouver des solutions pérennes », a ajouté le natif de Siou.



Autres titres
Togo Togo - Élections régionales : le gouvernement poursuit les consultations avec l’opposition 
Togo Togo - Voeux du RNDP 
Côte D'Ivoire Côte D'Ivoire - Guillaume Soro ne participera pas aux législatives 
Plus de nouvelles




 9   Danhomey | Mercredi, 25 Novembre 2020
  Réponse à 1-Faux type
  COMMENT UN DÉPUTÉ SENSÉ DIRE ET VOTER LES LOIS PEUT VOULOIR ENCOURAGER LA CORRUPTION DES JOURNALISTES. L' AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES JOURNALISTES EST UN AUTRE DÉBAT. QUE TAAMA OU TAAMEA SE TAISE. IL N'A RIEN À DIRE.

 8   Fernando garcia | Mercredi, 25 Novembre 2020
  Ce militaire rate de l'armee togolaise fait trop du bruit. Le ministre Akodah Ayewouadan ne va pas sortir un tel communique sans avoir recu de plaintes venant des clients. Cet homme devenu depute par faute du boycott de l'opposition doit controller ses sorties dans les medias. C'est un faux type qui avait encaisse 72 millions de l'Etat en 2015 en tant que candidat aux elections presidentielles et aller se cacher dans son village a Siou. Cet homme ne doit pas donner de lecon a qui que ce soit.

 7   Ebizovo | Mardi, 24 Novembre 2020
  Réponse à 6-Fb
  Tous des comediens.On connait tous pour qui ce bouc noir de Gerry roule.
Alors qu'il mange bien son argent le moment venu il n'y aura pas de pitié pour eux.
On va les fesser devant le parlement á la place de l''independence filmer et montrer au monde entire.Tes fesses noires la on va les abimer tu verras.
Des intellectuels Togolais sont les plus betes au monde.
Vous etes intelligent et au lieu de l''utilizer pour aider le bas people et graver votre nom dans l'histpire de votre pays ,vous avez choisi d'apporter votre intelligence á la dictature.
Des negres et exclaves de maison

 6   Fb | Mardi, 24 Novembre 2020
  Humm...fb du bl*nc, tu as fait hein
C'est plutot bizarre qu'un depute a l'assemblee qui est cense voter des lois n'ait son mot a dire que sur sa page fb, a critiquer et y ecrire des recits, allez voir l'erreur

 5   Petit piment | Mardi, 24 Novembre 2020
  Gerry est un jaloux, il est jaloux du petit. Qu'il dégage et arrête de servir de bequille pour le système RPT-UNIR

 4   toulouse-OK- | Mardi, 24 Novembre 2020
 

.......... ²En ces troubles jours, une papaye verte tombera d'un bananier en pleine décomposition. Ne soyez donc pas étonnées, filles de ma mère. Les cousines, elles, en prendront grand plaisir. Cela devrait arriver!

Toulouse chapitre 2, verset 2

 3   Schopenhauer | Mardi, 24 Novembre 2020
  Réponse à 1-Faux type
  Je suis d'accord avec vous. Je ne sais pas pourquoi Mr TAAMA se croit obligé de se mêler de toutes les sauces. Il dit que le journaliste vit dans une précarité comme si les autres professions étaient plus nanties dans ce pays. A part eux les députés qui vivent confortablement tout simplement en levant les bras collectivement pour approuver des lois politiciennes, sans rien proposer individuellement dans l'intérêt de la population, je ne vois pas qui vient bien avec son salaire.
Nous crions qu'il y a trop de laisser aller dans le pays. Si pour une fois une autorité essaie d'assainir un secteur sous sa responsabilité pour limiter la corruption endémique, au lieu de l'encourager, voilà ceux qui sont chargés de lutter contre les fléaux, ce sont ceux là même qui critiquent.

"Depuis bientôt 10 ans que je suis en politique, aucun journaliste, du privé ou du public, n'a jamais exigé qu'on leur paye pour le reportage. Je n'ai jamais vu un journaliste public imposer le paiement"
Mr TAAMA, vous êtes le chef de la mafia ou quoi? Ils vous rendent toujours compte de leur forfaiture avant exécution?
Cessez de raconter des sottises.

 2   Moba | Mardi, 24 Novembre 2020
  Sur la base de quel projet de développement ne serait-ce que pour sa circonscription électorale Mr Taama a été élu député?
Cette question va pour les autres députés aussi.
Ont ils un projet de création d'emplois pour leur électeurs?
Pondre des communiqués sur Facebook pour soutenir, confirmer ou infirmer ceci ou cela n'est pas ce que veut la jeunesse togolaise , la population togolaise
Merci

 1   Faux type | Mardi, 24 Novembre 2020
  Je n'apprécie pas la sortie de Gerry Taaama. A force de dédouaner les pratiques qui n'honorent pas la démocratie et l'éthique, on finira d'ériger en norme la corruption dans le ce pays. Le journalisme au Togo est au plus offrant. C'est inacceptable.
Cela nuit grandement la démocratie et favoise le régime de Faure Gnassingbé car il a l'argent du pays à sa disposition pour faire parler de lui positivement.
Encourager cette pratique comme le soutient Taama c'est soutenir indirectement le plus fort, donc UNIR. Je dis plus fort, pas en terme de popularité mais en terme de moyen financier car le régime est assis sur la caisse de l'État et s'en sert comme bon le semble.
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com