AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Congo RDC Congo RDC - Fin de la coalition gouvernementale


Politique

iciLome | | Commenter |Imprimer

Le chef de l’Etat, dans un discours d’une trentaine de minutes qu’il a prononcé ce dimanche 6 décembre 2020, annonce la fin de la coalition gouvernementale suite à une série de consultations nationales.

Ces dernières ont eu lieu au cours du mois de novembre et c’est pour faire leur bilan que Félix Tshisekedi informe ses compatriotes qu’il met fin au tandem FCC (de Joseph Kabila)-Cach.

« Mes chers compatriotes, je vous ai consultés, vous m'avez parlé », « la colère a été prise en compte », insiste-t-il. En clair, selon lui, une grande majorité de ses compatriotes est contre la coalition, l’empêchant « de mettre en œuvre mon programme et de répondre aux attentes des Congolais ».

« La majorité actuelle s'étant effritée, une nouvelle majorité est nécessaire », a déclaré le président de la République. Ce qui, précise-t-il, constitue un « tournant décisif dans la construction démocratique ».

Félix Tshisekedi déclare nommer un informateur dont le rôle justement est de s’employer à trouver une nouvelle coalition gouvernementale comme l’autorise la Constitution.

L’informateur a 30 jours pour y parvenir. Dans le cas contraire, « J'userai des prérogatives constitutionnelles qui me sont reconnues, pour revenir vers vous, peuple souverain, et vous demander cette majorité », a souligné le chef de l’Etat. Allusion à la dissolution du parlementaire suivi de la convocation de nouvelles élections législatives.

Dans le camp de Joseph Kabila, on prend acte de la fin de la coalition gouvernementale. Lambert Mendé, membre du FCC, trouve néanmoins qu’à l’heure actuelle, la seule solution qui s’offre au fils d’Etienne Tshisekedi est la « cohabitation. Parce qu'il a été élu président de la République et que le FCC est détenteur de la majorité parlementaire, celle qui doit former le gouvernement ».

D’autres encore pensent que la crise est plus profonde et qu’elle nécessite un dialogue entre les principaux acteurs politiques.

A.H.



Autres titres
Burkina-Faso Numérisation des structures de l’ANPE: la direction régionale du Centre ouvre le bal 
Mali Communiqué de la mission d’évaluation de la CEDEAO sur la transition au Mali 
Burkina-Faso Affaire Pazanni: les éclairages du ministre d'Etat 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com