AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

République Centrafricaine République Centrafricaine - Des Coups de feu en pleine élection


Politique

iciLome | | Commenter |Imprimer

Malgré la menace de groupes rebelles à l'offensive contre le Président centrafricain Faustin Archange Touadéra, un grand nombre des Centrafricains se sont rendus dimanche dans les urnes pour élire leur président et leurs députés.

L'organisation des nations unies a déclaré que ses forces avaient repoussé les attaques des groupes armés dans les régions de Bria et de Paoua, permettant aux électeurs de voter pacifiquement.

« À Bria (Est), des éléments armés ont tiré des coups de feu à proximité des centres de vote pour semer la panique au sein de la population. Des patrouilles MINUSCA ont été envoyés sur les lieux, occasionnant leur fuite », a affirmé dimanche la mission Onusienne.

Avec les gardes rwandais et onusiens à la remorque, le président sortant Faustin-Archange Touadera a été l'un des premiers à voter à l'ouverture des urnes lors des élections présidentielles et législatives de ce dimanche.

Touadera a tenu à montrer à ses compatriotes nerveux que le vote avait lieu malgré la reprise des violences des rebelles.

Les partis d'opposition avaient exprimé la crainte que le vote ne soit pas possible en dehors de Bangui où les groupes armés et les milices exercent un contrôle, mais leur appel pour un report a été rejeté par le tribunal.

D'après le principal candidat de l'opposition, Anicet Dologuele, le fait de tenir ce scrutin face à l'insécurité prive les personnes à l'extérieur de la capitale d'y participer.

« Malheureusement, j’ai l’impression que plus de la moitié du pays n’a pas voté, ce que nous craignions lorsque nous avons demandé que les conditions soient fixées pour que chaque citoyen puisse exercer son droit de vote, j’ai l’impression que beaucoup ont été privés du droit de vote et c'est dommage », a déclaré Dologuele après avoir voté à Bangui.

Ces rebelles qui s'opposent catégoriquement au processus électoral, réclament plutôt un gouvernement de transition.

Mensah A.



Autres titres
Burkina-Faso Numérisation des structures de l’ANPE: la direction régionale du Centre ouvre le bal 
Mali Communiqué de la mission d’évaluation de la CEDEAO sur la transition au Mali 
Burkina-Faso Affaire Pazanni: les éclairages du ministre d'Etat 
Plus de nouvelles



.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com