AZIZO.NET  | AFRICAHOTNEWS.COM   
HOME
Actualité Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Togo Togo - Les taux d’intérêt des banques trop élevés


Economie et Finances

iciLome | | 6 Commentaires |Imprimer

Le ministre de l’Économie et des Finances ne comprend pas pourquoi les institutions bancaires de la place continuent d’accorder des taux d’intérêt difficilement supportables en cette période de crise sanitaire qui appelle à la solidarité.

Sani Yaya, lors de la dernière session de l’année du Conseil national de crédit (CNC) tenu ce jeudi 24 décembre 2020 à Lomé, a dit haut et fort que les taux d’intérêt des banques commerciales de la place sont en déphase avec les mesures sociales prises par le gouvernement, destinées à soutenir les consommateurs en cette période de pandémie de coronavirus.

En effet, insiste-t-il, « …les taux d'intérêts débiteurs ressortent toujours à des niveaux relativement élevés, en dépit des détentes observées en 2020 par rapport à 2019 ». Surtout que, rappelle-t-il, « la Banque Centrale a baissé son taux directeur à 2%, à compter du 24 juin 2020 ».

En conséquence, il est difficilement compréhensible « que le coût du crédit soit à un niveau élevé », dénonce le ministre de l’Économie et des Finances à mots voilés.

Pour finir sur cette problématique, il demande que les banquiers se planchent sur cette question sérieusement pour lui trouver une solution.

A.H.



Autres titres
Afrique de l'Ouest La BAD alloue une subvention de 320 000 dollars américains pour l’intégration du genre dans les opérations financières numériques de la CEDEAO 
Burkina-Faso Bagrépôle: Une convention de partenariat signée avec la BADF pour la promotion et la commercialisation du riz 
Côte D'Ivoire Sinematiali: la ministre Ramata Ly-Bakayoko pose la première pierre d’une usine de production de jus de mangue 
Plus de nouvelles




 6   Edem | Mercredi, 30 Décembre 2020
  Réponse à 5-Awilo
  Bien dit. Nous arrivons à la même finalité, le fait que les Banques commerciales appliquent des taux relativement élevés(Mais toujours plus faibles que celui des SFD), ne dépend pas de ses Banques. Il faudrait donc revoir à la base nos politiques monétaires. Être maitre de nos monnaies. Actuellement l'avènement de l'ECO selon sa configuration actuelle, risque d'empirer cette situation. Mais naïvement nos dirigeants et surtout ceux qui se disent avoir les meilleurs diplômes se mettent en complot avec le colon d'hier.

 5   Awilo | Mercredi, 30 Décembre 2020
  Réponse à 4-Edem
  En partie ton raisonnement passe mais le problème des banques de la zone de l' UMOA prend sa racine depuis la banque de France à Paris. C' est à dire si la CEDEAO a sa monnaie unique et capable de décider de sa souveraineté pleine monétaire la banque centrale aura la flexibilité de décider sur le taux d'intérêt qui sera applicable aux banques autrement dit les banques appliqueront un taux moins cher et passeront un taux d' intérêt moins cher aux entreprises et aux individus. La banque centrale de la CEDEAO pourra adopter la stratégie de quantitative Easing en imprimant de l'argent pendant des moments difficiles tels que la pandémie de covid.
En gros tant que la zone francophone sera sous l' emprise de la France avec le CFA ou l'arnaque de Eco par la France et Allassane Ouattara, les banques appliqueront toujours des taux très élevés avec des conséquences néfastes sur créateur d'entreprise etc.

 4   Edem | Mercredi, 30 Décembre 2020
  Réponse à 3-Kondo
  Rien que des effets d'annonce. Est-ce qu'il connaît le mécanisme de détermination du coût du crédit? Pensez-vous que c'est la BCEAO qui fournit les ressources aux Banques? Il faut d'abord savoir de quoi on parle. La BCEAO fait du refinancement pas du financement. Avant de faire du refinancement, il faut d'abord financer les crédits. Les ressources sont chères dans la sous région. Vous imaginez que le taux minimum d'épargne dans notre zone est de 3,5%? Si la Banque achète l'argent à 3,5% au minimum et que nos institutions publiques et parapubliques cherchent à rémunérer leurs ressources à plus de 6%, vous imaginez qu'une Banque qui achète ses ressources en moyenne à 5% va le revendre à combien? Il faut tout d'abord cadrer le coût de l'épargne aux Banques pour vouloir cadrer le coût des crédits aux opérateurs économique. Faites des recherches pour connaître la moyenne de rémunération des épargnes dans les économies développées. C'est simple si la collecte de ressource est moins chère, le crédit sera moins chère. Si le ministère des finances par l'entremise de la BCEAO finance directement les Banques commerciales à des taux concessionnels, le crédit sera moins coûteux aux opérateurs économiques et notre économie ne peut qu'en profitez?
En plus de tout ça, savez vous combien les Banques payent en terme d'impôt annuellement? Si on reporte le coût de l'exploitation bancaire sur les crédits accordés, imaginez le taux que les Banques peuvent réellement appliquer.
Les Banques sont sur le même marché que les autres opérateurs économiques et subissent les mêmes difficultés.

 3   Kondo | Mercredi, 30 Décembre 2020
  Dénoncer ne suffit plus au Togo, il faut imposer une régulation pour toutes les banques au Togo. Ces banques font trop de profit aux profit des pauvres togolais.

 2   Etikonami | Mercredi, 30 Décembre 2020
  Bonne initiative

 1   Koami | Mercredi, 30 Décembre 2020
  M. Ministre, faut-il dénoncé simplement ou travailler à réguler ces taux d'intérêt vers un niveau acceptable pour le développement de notre économie!
.


Accueil | Contactez-nous |
iciBenin.com